Lycée Filira (Boké) : « sur les 500 élèves qu’on attendait, nous n’avons eu qu’une cinquantaine »

10
Lycée Filira (Boké) : « sur les 500 élèves qu’on attendait, nous n’avons eu qu’une cinquantaine »
Lycée Filira (Boké) : « sur les 500 élèves qu’on attendait, nous n’avons eu qu’une cinquantaine »

Africa-Press – Guinée. Comme annoncé par le département de l’Enseignement Pré universitaire et de l’alphabétisation (MEPU-A), les écoles de Boké ont rouvert leurs portes ce mardi, 4 octobre 2022. Mais, cette première journée a été plutôt timide. Même si la plupart des enseignants et le personnel de direction ont répondu à l’appel, la quasi-totalité des élèves ont plutôt boudé les salles de classe.

Malgré la faible représentativité des apprenants dans les établissements scolaires, ceux qui sont venus ne sont pas rentrés bredouilles. Au lycée Filira, sur les 500 élèves attendus, une cinquantaine seulement a rallié l’école au compte de cette première journée.

Harouna Bérété, proviseur du lycée Filira, explique : « nous sommes là depuis le matin et à 7h45 nous avons monté les couleurs. Les 8 professeurs qui étaient programmés au compte de 8H-10H, 5 étaient présents. Sur les 500 élèves qu’on attendait, nous n’avons eu qu’une cinquantaine. Mais, nous avons commencé les cours avec ceux-ci. Il faut que les élèves et les parents sachent que les cours ont déjà débuté. On a un programme à suivre et à achever. On ne peut pas attendre les retardataires », a-t-il dit.

La même situation a été constatée à l’école privée Franco-Arabe Ansar Islam. Là aussi très peu d’élèves ont répondu présent à l’appel. Comme le témoigne Mohamed Lamine Dabo, maître de la 6ème année. « Les enfants n’ont pas répondu massivement comme on le voulait. Chez nous ici, on attendait plus de 200 élèves, mais nous n’avons eu que 36 pour toutes les promotions. Mais de toute façon, nous avons travaillé avec eux. On ne pouvait pas les laisser partir, nous leur avons dit de dire à leurs camarades de venir. Nous allons continuer de venir et nous-mêmes, si c’est un seul élève qui sera là, nous allons l’enseigner ».

Pour sa part, Ibrahima Fofana, directeur préfectoral de l’éducation de Boké, a appelé les uns et les autres à prendre leurs responsabilités. « Aujourd’hui, j’ai déployé 7 missions différentes pour pouvoir superviser la rentrée. Il faut retenir que la reprise est effective partout. Seulement, les élèves n’étaient pas nombreux. Mais, il faut saluer le fait que ceux qui sont venus ont reçu les cours parce que les enseignants étaient là.

Nous les encadreurs et les enseignants, nous sommes disposés à rectifier le tir par rapport aux échecs passés lors des examens nationaux. Alors, c’est aux élèves de savoir que seul le mérite pourra faire passer quelqu’un d’une classe à une autre. Cette rigueur ne sera pas seulement au niveau des examens, nous serons rigoureux même avec les classes intermédiaires. Donc, aux parents de prendre leurs responsabilités parce que c’est eux qui financent tout. Ils n’ont qu’à dire aux enfants de reprendre le chemin de l’école ».

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here