Saisie de drogue à la gare routière de Kouroula : le tribunal de Labé condamne un chauffeur à 2 ans de prison

4
Saisie de drogue à la gare routière de Kouroula : le tribunal de Labé condamne un chauffeur à 2 ans de prison
Saisie de drogue à la gare routière de Kouroula : le tribunal de Labé condamne un chauffeur à 2 ans de prison

Africa-Press – Guinée. Je ne connaissais pas le contenu du colis. Quand nous sommes arrivés à la gare routière, j’ai laissé le véhicule et les clés dans les mains de mon ami pour partir à la maison. C’est à mon retour que j’ai trouvé un monde fou autour de mon véhicule avec des agents de la gendarmerie. J’ai appelé mon ami Thierno à trois reprises pour qu’il m’envoie les clés, mais il n’a pas décroché. Il fallait tirer le véhicule pour le déposer à l’escadron mobile Numéro 8 », a expliqué Mamadou Nouhou Barry.

Accusé de détention et de transport illicite de chanvre indien, Mamadou Nouhou Barry, taximan de profession, a été reconnu coupable par le tribunal de Labé, hier, mardi. Il a été condamné à 2 ans d’emprisonnement alors que le propriétaire supposé de la substance prohibée, Abdoulaye Lafond, en fuite, écope de 10 ans de prison ferme. un mandat d’arrêt a été délivré contre lui par le tribunal.

Les faits remontent à la nuit du samedi 13 août 2022. Près de 500 kilogrammes de chanvre indien ont été saisis dans la commune urbaine de Labé par l’escadron mobile numéro 8 de la gendarmerie. La saisie de cette importante quantité de drogue a été faite à la gare routière de Kouroula à bord d’un véhicule de transport en commun en partance pour Kounsitel, dans la préfecture de Gaoual.

Alors que le propriétaire de la drogue est en fuite, le conducteur du taxi en question a été jugé ce mardi au tribunal de première instance de Labé.

A la barre, Mamadou Nouhou Barry a expliqué ce qui s’est passé, tout en niant son implication dans cette affaire. « J’étais à Donghora, lorsque j’ai été appelé par un de mes amis du nom de Thierno pour me demander si je pouvais aller à Kounsitel pour déposer des bagages. Je lui ai dit que je devais aller à Conakry le lendemain. Mais, il m’a dit que ça sera un aller-retour. C’est ainsi qu’on est parti ensemble là où se trouve le colis dans une cour. Il est entré pour parler avec le propriétaire du colis. Il est ressorti pour me dire qu’ils ont convenu 700 mille francs guinéens pour transporter les colis. Il a embarqué les sacs et il a pris lui-même le volant du véhicule et on est venu à la gare routière. Moi, je ne connaissais pas le contenu du colis. Quand nous sommes arrivés à la gare routière, j’ai laissé le véhicule et les clés dans les mains de mon ami pour partir à la maison. C’est à mon retour que j’ai trouvé un monde fou autour de mon véhicule avec des agents de la gendarmerie. J’ai appelé mon ami Thierno à trois reprises pour qu’il m’envoie les clés, mais il n’a pas décroché. Il fallait tirer le véhicule pour le déposer à l’escadron mobile Numéro 8 », s’est défendu Mamadou Nouhou Barry.

Après plusieurs heures de débats, suivis des réquisitions et plaidoiries des parties au procès, le prévenu a été reconnu coupable de détention et de transport illicite de chanvre indien. Pour la répression, Mamadou Nouhou Barry a été condamné à deux ans d’emprisonnement.

Quant au nommé Thierno, évoqué par le chauffeur, le procureur soutient que ce Thierno est juste un nom imaginaire. Pour le procureur, Nouhou Barry est le seul responsable de la détention et du transport illicite de cette quantité de chanvre indien.

Quant à Abdoulaye Lafond, le présumé propriétaire de cette quantité de chanvre indien, en cavale, il écope de dix ans d’emprisonnement. Un mandat d’arrêt est décerné contre lui.

Par ailleurs, Mamadou Nouhou Barry et Abdoulaye Lafond sont condamnés cumulativement au paiement d’une amende de Dix million de francs guinéens (10 000 000 GNF). Un montant qui équivaut au triple de la valeur marchande de cette quantité de chanvre indien saisie, a précisé le tribunal.

Interrogé après l’énoncé du verdict par le tribunal, le procureur a montré sa fermeté dans le cadre de la lutte contre la drogue et autres crimes. « Par rapport à cette peine infligée à ce chauffeur, elle s’inscrit dans le cadre de l’application strict de la loi. Le juge n’a fait qu’appliquer la loi. Parce qu’aujourd’hui, que ça soit dans le cadre des violences basées sur le genre, des agressions sexuelles ou du trafic de drogue, la politique pénale du parquet du tribunal de première instance de Labé, c’est la tolérance zéro. Accessoirement à cette décision, le tribunal a ordonné la destruction par incinération de la quantité qui a été saisie. Et en exécution de cette décision, nous allons réunir le comité préfectoral d’incinération à l’effet de procéder à l’incinération de la drogue qui avait été saisie » a précisé Amadou Oury Diallo, le procureur.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinée, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here