La finance islamique a-t-elle un avenir en Afrique ?

4
La finance islamique a-t-elle un avenir en Afrique ?
La finance islamique a-t-elle un avenir en Afrique ?

Anouar CHENNOUFI

Africa-Press – Guinee Equatoriale. À la lumière de ce que le monde vit aujourd’hui comme pressions financières et crises économiques, exacerbation des problèmes environnementaux, transition vers une économie de marché, intégration dans l’économie mondiale et émergence de nouvelles puissances économiques, les économies islamiques sont en train de devenir celles qui connaissent la croissance la plus rapide au monde.

La guerre provoquée par la Russie en procédant à l’invasion de l’Ukraine, est considéré comme étant un facteur qui va pousser tout le « système mondial » à subir d’énormes transformations, et la plus importante vise l’économie et la finance mondiales.

Au jour d’aujourd’hui, on relève prés de 600 institutions financières, dans 75 pays, proposant des produits et services conformes à la charia islamique, et la tendance mondiale à ce type de financement a renforcé la confiance autour de cette opportunité.

Selon les experts économiques, la finance islamique a connu une croissance importante au cours de la dernière décennie et les produits financiers islamiques se sont répandus sur les principaux marchés du Moyen-Orient, d’Europe et d’Asie. Alors pourquoi pas en Afrique ?

Sachons d’abord ce qu’est la « Finance islamique »

S’agissant d’un secteur méconnu de la finance mondiale il y a encore quelque temps, la finance islamique connaît une forte progression depuis plusieurs années et représentait, en 2015, près de 1.700 milliards d’euros d’actifs à travers le monde, et aurait même atteint environ 2.900 milliards en 2021.

Le terme finance islamique recouvre l’ensemble des transactions et produits financiers conformes aux principes de la loi coranique, qui supposent l’interdiction de l’intérêt, de l’incertitude, de la spéculation, l’interdiction d’investir dans des secteurs considérés comme illicites (alcool, tabac, paris sur les jeux, etc.), ainsi que le respect du principe de partage des pertes et des profits.

Ce type de financement a-t-il ou non un avenir sur le Continent africain

Siège de la Banque islamique à Khartoum

En Afrique, on constate que l’extension de la finance islamique s’est accrue et qu’elle est devenue l’un de ses marchés et sources les plus importants, en particulier dans le nord, du fait que les institutions financières islamiques sur le continent ont atteint 38 institutions financières.

Il semble bien que de nombreux pays africains se sont empressés d’adapter leurs conditions juridiques, leurs politiques et leurs systèmes financiers à la finance islamique, dans laquelle « leurs gouvernements et leurs peuples » espèrent trouver une solution globale à leurs problèmes économiques et financiers et les libérer de l’hégémonie d’un système économique qui a causé la détérioration des conditions de tout le continent et les crises que le monde a connues.

Les expériences vivantes stockées dans la mémoire de la nation, et leur compatibilité avec ses croyances, ses idées et ses valeurs morales, et leur lien avec la réalisation de ses intérêts, sont parmi les importantes dynamos de ces expériences et les garanties de leur efficacité et de leur avenir.

L’Islam en Afrique n’a pas été qu’une période historique, car ses racines se sont approfondies dans son entité et les divers aspects de la vie en elle comme la plus grande composante civilisée de son histoire, des transactions financières et autres, et en font une exigence urgente qu’il exprime une sincère le désirer.

En plus d’accompagner ses expériences profondes dans la conscience et la mémoire du continent, dont certaines sont encore vivantes et renouvelées, comme le système de la zakat, du « waqf », et de la solidarité sociale.

Il importe de noter que l’industrie de la finance islamique et du financement islamique en Afrique est un renouvellement des expériences antérieures du continent qui soutiennent aujourd’hui son mouvement et son activité. Les pays islamiques d’Afrique de l’Ouest jouissaient, à l’ombre des États et royaumes islamiques, d’une civilisation islamique pure et d’un système islamique global, dans lequel les systèmes politique, économique et social étaient appliqués comme un système intégré, incarnant la dimension pratique des applications des principes et des dispositions de l’islam, ainsi que sa foi et ses valeurs morales.

L’histoire du continent a été témoin d’exemples d’application des outils de financement islamique. Les dirigeants des pays islamiques d’Afrique de l’Ouest ont tenu à mettre en œuvre le système financier qui a suivi les systèmes islamiques dérivés des enseignements du Noble Coran, tels que la zakat, le tribut et le butin, et d’autres impôts payés au trésor.

Faisabilité du système financier islamique en Afrique

Transaction financière islamique

Une forte conviction a été générée, en particulier, de la faisabilité du système économique islamique et de ses transactions financières et applications dans la finance et autres, qui a transcendé les musulmans à d’autres, et s’est fermement établie à l’échelle mondiale, en particulier après la crise mondiale qui a affirmé la confiance dans le la justice, l’intégrité et les valeurs morales du système économique islamique répandu en Afrique. Cela permet de s’engager positivement dans l’activité de financement islamique et d’assurer sa réussite et sa continuité.

La finance islamique répond à la demande de services financiers éthiques, au désir d’un système économique équitable et aux principes qui le sous-tendent, tels que l’équilibre, le partage des risques, l’équité, la transparence et un contrôle efficace, qui, dans le sillage de la crise financière, sont devenus plus important et attractif que jamais, et les convictions de la faisabilité de la finance islamique se sont établies à tous les niveaux.

De plus, le secteur de l’industrie financière islamique est l’un des secteurs financiers à la croissance la plus rapide en termes de disponibilité de nouveaux produits islamiques et de répartition géographique, et le taux de croissance de cette industrie varie entre 15 et 20% par an, et il y a plus de 500 milliards de dollars américains. investis dans cette industrie, sachant que plus de 275 institutions financières des pays islamiques sont présentes dans 75 pays, ce qui permet à cette industrie de réaliser davantage de croissance au cours des prochaines décennies.

Les dernières prévisions indiquent que le marché international des « sukuk islamiques » augmentera de plus de 140 %, cependant, le niveau de l’offre est toujours inférieur à la demande, et il existe un important excédent qui peut être investi dans le monde islamique et autres, là où existent de nombreuses activités disponibles, telles que le financement du commerce, le fonds de roulement, le capital de croissance et le financement par crédit-bail.

Les résultats et les conclusions sont de fortes motivations envers l’industrie financière islamique et la finance islamique dans le monde, et en Afrique en particulier, qui annoncent son avenir et sa prospérité, et la force réside dans ses caractéristiques et ses avantages, qui ont coïncidé avec un désir mondial d’un système économique réel, sinon nouveau, caractérisé par des transactions et des services financiers éthiques, et rendre justice à ceux qui y font affaire.

Au niveau du marché africain et islamique, les perspectives de son avenir s’élargissent, puisqu’il est devenu son premier choix, dans lequel il voit sa libération de la domination du système économique oppressif (capitaliste ou socialiste), des solutions à ce qu’il subit, et assurer son développement global et le bien-être de sa population.

A noter que la responsabilité d’une bonne commercialisation de la finance islamique, garantissant son efficacité dans l’engagement et la sensibilisation, ainsi qu’une bonne gestion et planification, incombe aux gouvernements islamiques, aux principales institutions financières islamiques, aux centres de recherche et aux études spécialisées.

Engagement de la Banque mondiale et des Institutions financières internationales

La Banque mondiale

La participation des institutions et des entreprises multinationales internationales à l’économie islamique est l’une des dynamiques les plus importantes de l’environnement mondial, car elle s’est positionnée pour jouer un rôle vital dans le développement de l’industrie de la finance islamique.

Pour attirer les investissements compatibles avec la loi islamique, il existe même des institutions internationales, y compris les grandes banques (telles que: Deutsche Bank, HSBC, Citibank, et autres), et certaines grandes entreprises internationales (telles que Nestlé et la chaîne mondiale de supermarchés Carrefour pour fournir de la nourriture halal), qui mènent le développement de l’économie islamique.

Et en raison de l’importance de la finance islamique, et de ce qu’elle peut apporter aux programmes de développement et à divers projets, la Banque mondiale a noué des « relations officielles avec deux des principales institutions dans le domaine de la finance islamique, à savoir :

• la Banque islamique de développement (BID)
• et le Centre international de sensibilisation à la finance islamique (INCEIF).

En plus d’accroître la coopération avec diverses banques centrales et bourses dans les pays du Conseil de coopération du Golfe, la Turquie et la Malaisie », et la coopération existante entre la Banque du Soudan et le Programme des Nations Unies pour le développement.

Par ailleurs, la Banque mondiale a confirmé qu’elle sera en mesure d’agir comme un canal principal de connaissances et d’expertise dans le domaine de la finance islamique, ainsi que d’aider à concevoir des services et des outils financiers islamiques connexes, qui auront un impact sur la lutte contre la pauvreté, et qu’il est bien placé pour lancer des efforts visant à faire face aux nombreux défis auxquels est confronté le financement islamique et ses dirigeants.

La Finance islamique, pourrait être une éventuelle « alternative » de redynamisation pour nombre de pays africains, dont les économies sout toujours « entre le marteau et l’enclume ».

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinee Equatoriale, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here