La sécuritaire en Afrique…entre « failles et réformes »

1
La sécuritaire en Afrique…entre « failles et réformes »
La sécuritaire en Afrique…entre « failles et réformes »

Africa-Press – Guinee Equatoriale. Malgré leurs progrès relatifs constatés au fil des ans, et compte tenu de la faiblesse persistante de leurs institutions, de la corruption endémique et de l’entrave au développement, les pays africains ont été accompagnés d’une situation de fragilité qui leur collait (et qui leur colle toujours) à la peau, du fait que les contraintes découlant du manque de capacité institutionnelle, de transparence de la gestion et des contraintes opérationnelles de l’économie humaine et de la société, ne peuvent qu’entraver les efforts de construction de la paix, de la sécurité et surtout de la stabilité.

Nous constatons que la sécurité en Afrique est liée entre plusieurs zones et son homogénéité entre les pays qui les constituent sur le continent. Pour ce qui est de l’Afrique du Nord, souvent associée au Moyen-Orient, puisqu’elle est séparée du reste du continent par le Sahara, car ce dernier, avec ce qui se trouve en dessous, constitue la région Sahel et du Sahara, nous retrouvons l’Afrique centrale où existent quatre régimes de sécurité régionaux :

• la région du golfe de Guinée à l’ouest,
• la région du bassin du lac Tchad au centre-ouest,
• la région des Grands Lacs au centre,
• l’Afrique de l’Est qui contient la sous-région connue sous le nom de « Corne de l’Afrique »,
• en plus du système de sécurité de l’Afrique australe.

Chaque région constitue un système ou un complexe de sécurité régionale qui peut être défini comme « un groupe d’États si étroitement liés que les considérations de sécurité des différents régimes ne peuvent être considérées isolément les unes des autres ».

Par conséquent, ce qui suit n’adoptera pas seulement l’État comme unité d’analyse de la sécurité africaine, mais s’intéressera également à ses dimensions régionales.

La sécurité africaine dans les stratégies globales : où est-elle située ?

Forces de sécurité onusiennes en Afrique

La préoccupation internationale pour la sécurité de l’Afrique a commencé internationalement ; Depuis les années soixante du siècle dernier, l’ONU s’est préoccupée de régler les conflits armés entre pays voisins.

Ceci a fait que les puissances internationales se sont livrées à la compétition pour les rares ressources du continent africain afin de maximiser le bien-être de ses citoyens. Ainsi, l’orientation de ces puissances vers l’Afrique est motivée notamment par la recherche de leurs propres intérêts stratégiques matériels. Par conséquent, leur préoccupation pour la sécurité du continent dans ce contexte est de créer un contexte sécurisé pour protéger ces intérêts et assurer leur bonne circulation.

De facto, La forte demande de sécurité africaine n’a jamais été destinée à satisfaire les besoins sociaux des peuples africains, mais plutôt à sauvegarder les intérêts étrangers sur le continent.

Toutefois, d’un autre angle, nous constatons que, pour les puissances internationales, occidentales en particulier, l’Afrique a été synonyme de violence armée et de pauvreté, de maladie et de famine qu’elle a engendrées. Ainsi, lorsqu’ils l’appelaient le continent noir, ce n’est pas pour la « couleur de la peau des son peuple », mais plutôt en référence à l’obscurité du bourbier d’insécurité dans lequel il s’est enlisé. Ainsi, le continent a finalement été oublié par les grandes puissances, à l’exception de la tentative des États coloniaux historiques, en particulier la France, d’influencer les pratiques politiques et économiques de ses anciennes colonies en Afrique.

Aussi, après la baisse d’attractivité de la région du Moyen-Orient, qui attire les ambitions des grandes puissances du fait de son entrée dans le processus d’attrition et du coût élevé du maintien de son système de sécurité régional, et après que l’Afrique, traditionnellement, est restée dans l’arrière-plan géopolitique de ces puissances, celles-ci ont commencé, ces dernières années, à s’orienter vers le continent africain, car les pays africains dotés de ressources naturelles ont beaucoup attiré l’attention de la communauté internationale.

A quels défis de sécurité l’Afrique se trouve confrontée

D’une manière générale, il existe deux principales sources de menaces à la sécurité en Afrique, la plus courante étant les conflits armés

• Les plus courants sont les conflits armés pour des ressources rares nécessaires à la survie d’un individu ou d’un groupe,
• Puis la rébellion contre le gouvernement ou le statu quo qui alloue ces ressources en temps de paix.

Cependant, de nombreux conflits de l’après guerre froide en Afrique ne correspondent pas à la définition de la guerre civile ou de la guerre entre États.

Donc, en général, et étant donné que la sécurité est le produit de nombreux acteurs différents et de facteurs en interaction, où les influences internes et externes sont des déterminants importants de la sécurité, et l’interaction de l’intérieur et de l’extérieur est ce qui donne aux conflits africains le caractère de continuité, du fait que les ingérences extérieures intensifient les sources d’insécurité sur le continent, la concurrence internationale autour de la présence militaire, la lutte pour les ports commerciaux et les tentatives d’influence pratiquées par les puissances internationales contribuent à approfondir l’état d’infiltration et le déclin de la souveraineté des pays africains concernés, ce qui les empêche de devenir vulnérables à la sécurité.

Ainsi, la susceptibilité du continent africain aux influences extérieures pose, selon la perspective de la complexité, deux défis qui se chevauchent face à sa sécurité aux niveaux régional et local :

• Défis de sécurité régionale,
• Des défis de sécurité locale.

Réformes du secteur de la sécurité en Afrique

Dans ce contexte, il convient donc de noter que la sécurité africaine est également liée à des dimensions et à des acteurs complexes, et sa réforme ne pourra se faire qu’en invoquant cela, ce qui fera à terme de la réforme un très long pont en termes de nécessité de globalité et de convergence des volontés des acteurs internes et externes.

Il faut savoir d’abord que la réforme du secteur de la sécurité est plutôt perçue comme « des changements dans la structure et le comportement des institutions étatiques chargées de poursuivre et de punir les manifestations illégales de violence, à savoir l’armée, la police et le système judiciaire ».

Le but étant de changer les relations de pouvoir au sein du secteur vers un contrôle civil/constitutionnel pour transformer la culture institutionnelle, renforcer le professionnalisme, améliorer l’utilisation des ressources et l’efficacité opérationnelle (par les forces de sécurité), et une meilleure gouvernance politique (par les autorités civiles), allant de pair avec la responsabilité, le respect des droits de l’homme et du droit international, et la participation d’un large éventail de parties prenantes et d’acteurs.

De plus, l’approche de la réforme de la sécurité telle qu’elle est perçue par les acteurs externes, qu’elle soit centrée sur l’État ou sur les secteurs non étatiques, ne prend pas pleinement en compte la nature de l’État en Afrique.

Autrement dit, parce que les États africains faibles et déstructurés ne peuvent pas servir de base à des réformes significatives du secteur de la sécurité, parce que le régime autoritaire qui prévaut dans de nombreux pays africains, qui les a glissés dans des États fragiles ou défaillants ou dans des conflits et des guerres, au mieux, n’est pas propice à la réforme du secteur de la sécurité.

Il importe de mettre l’accent sur un autre facteur à l’appui de la réforme de la sécurité qui est le facteur économique, car avec la faiblesse de l’économie, les gouvernements sont incapables de fournir des services, notamment de répondre aux besoins des citoyens en matière de sécurité en tant que service social.

« Assurer la sécurité » est un service coûteux à fournir, et sans une économie forte, il n’y aura pas assez de recettes fiscales pour que le gouvernement fournisse une sécurité adéquate, et à son tour, le manque de sécurité conduit à la création de conditions économiques plus défavorables, et ces lacunes conduiront à une augmentation des conflits, qui exacerbent la situation économique et développent ainsi plus de conflits.

Par conséquent, le contournement de ce cercle vicieux constitue l’un des principaux défis de la réforme de la sécurité en Afrique, qui dispose là, en effet, d’une occasion de prendre de l’avance sur les modèles occidentaux.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinee Equatoriale, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here