Électrification transfrontalière : Le Gabon et la Guinée équatoriale négocient le contrat d’achat/vente

3
Électrification transfrontalière : Le Gabon et la Guinée équatoriale négocient le contrat d’achat/vente
Électrification transfrontalière : Le Gabon et la Guinée équatoriale négocient le contrat d’achat/vente

Africa-Press – Guinee Equatoriale. Le ministre d’État à l’Énergie et aux Ressources hydrauliques, Alain-Claude Bilie-By-Nze, a ouvert ce mardi 4 octobre, à Libreville, les travaux relatifs aux négociations du contrat d’achat et de vente d’électricité entre la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) et la Société d’électricité de Guinée équatoriale (Segesa). Une opération participant de l’intégration économique et surtout de l’interconnexion des réseaux électriques dans la sous-région d’Afrique centrale.

Alain-Claude Bilie-By-Nze et Rigobert Gbazi à l’ouverture des travaux, le 4 octobre 2022 à Libreville. © Gabonreview

Au-delà de l’intégration politique dans la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), l’intégration économique fait également son bout de chemin. Sous l’égide du Secrétariat permanent du Pool énergétique de l’Afrique centrale (PEAC), la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG), agissant en qualité de délégataire du service public de l’eau et de l’énergie électrique et le ministère de l’Énergie et des Ressources hydrauliques ont entamé ce 4 octobre et ce, jusqu’au 7, les négociations du contrat d’achat et de vente d’électricité en vue de l’aboutissement du projet d’interconnexion entre le Gabon et la Guinée équatoriale.

Cette rencontre de Libreville a pour objectif de convenir des modalités et des conditions techniques, financières, commerciales et juridiques de la commercialisation de l’électricité entre la SEEG et la Segesa et d’élaborer un contrat d’achat / vente d’électricité au bénéficie de toutes les parties. Lors de cette signature, le chef du département de l’Énergie et des Ressources hydrauliques a fait remarquer que «l’Afrique centrale est une des régions les mieux équipées, les mieux fournis à travers le monde en possibilités naturelles de fourniture d’électricité, que ce soit l’hydroélectricité ou d’autres capacités. Malheureusement nous sommes également l’une des zones les moins bien éclairées à travers le monde».

Les travaux vont donc permettre selon lui, de «relever les défis, de faire en sorte qu’il y ait échange d’énergie entre différents pays». Alain-Claude Bilie-By-Nze explique en cela que «la signature de ce contrat entre la SEEG et son homologue de Guinée équatoriale permettra en réalité une interconnexion entre nos deux pays et fera en sorte qu’à terme, il puisse y avoir un échange d’énergie afin que le Gabon, lorsqu’il est en surproduction, puisse en fournir à son voisin, la République de Guinée équatoriale, et vice-versa».

Une signature essentielle pour le Gabon dans la mesure où «le chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, fait, selon le ministre de l’Énergie, de la lutte contre le réchauffement climatique un élément stratégique de sa politique nationale et internationale. Et la production d’électricité dans le nord du Gabon aujourd’hui est pour l’essentiel thermique et thermique gazole».

Il s’agira donc de travailler à l’amélioration de tout cela et par la convention entre les deux sociétés. «Nous parviendrons effectivement à fournir dans cette région nord du Gabon (Bitam) une énergie propre, suffisante pour les ménages, pour les industries et, bien sûr, qui soit également compétitive». «C’est tout l’enjeu de ce projet sous l’impulsion du Pool énergétique d’Afrique centrale», a fait savoir Bilie-By-Nze.

Ce processus qui a démarré il y a longtemps, selon le Secrétaire permanent du Pool énergétique d’Afrique centrale Rigobert Gbazi, avec, dans un premier temps, la signature d’accords entre les deux pays, entame ainsi sa phase concrète de négociations concernant la signature de contrat d’achat et de vente qui permettra aux deux parties de s’engager afin d’aboutir à l’interconnexion transfrontalière entre la Guinée équatoriale et le Gabon. Les travaux s’achèvent le 7 octobre à Libreville.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinee Equatoriale, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here