Monde : la croissance mondiale devrait ralentir passant de 6,1 % l’année dernière à 3,2 % en 2022 (FMI)

3
Monde : la croissance mondiale devrait ralentir passant de 6,1 % l’année dernière à 3,2 % en 2022 (FMI)
Monde : la croissance mondiale devrait ralentir passant de 6,1 % l’année dernière à 3,2 % en 2022 (FMI)

Africa-Press – Guinee Equatoriale. Selon les prévisions de référence publiées par le Fonds monétaire international (FMI), la croissance mondiale devrait ralentir passant de 6,1 % l’année dernière à 3,2 % en 2022 soit 2,9 points de pourcentage de moins que dans l’édition d’avril 2022.D’après la récente mise à jour des Perspectives de l’économie mondiale faite par le Fonds monétaire international (FMI), il est indiqué que le ralentissement de la croissance cette année, la baisse du pouvoir d’achat des ménages et le resserrement de la politique monétaire ont entraîné une révision à la baisse de 3,4 points de pourcentage aux États-Unis.

En Chine, à la suite des reconfinements et de l’aggravation de la crise de l’immobilier, la croissance a été révisée à la baisse de 4,8 points de pourcentage, avec des répercussions majeures à l’échelle mondiale.

Quant à l’Europe, les fortes révisions à la baisse s’expliquent par les retombées de la guerre en Ukraine et le resserrement de la politique monétaire.

L’inflation mondiale a été revue à la hausse du fait de l’augmentation des prix des denrées alimentaires et de l’énergie ainsi que des déséquilibres persistants de l’offre et de la demande. Elle devrait atteindre 6,6 % dans les pays avancés et 9,5 % dans les pays émergents et les pays en développement cette année, soit une révision à la hausse de 0,9 et 0,8 point de pourcentage, respectivement.

En 2023, la politique monétaire désinflationniste devrait faire sentir ses effets, et la production mondiale augmenterait de seulement 2,9 %.

Une reprise timide en 2021 a été suivie d’épisodes de plus en plus sombres en 2022 alors que des risques commençaient à se matérialiser.

La production mondiale s’est contractée au deuxième trimestre de cette année du fait de ralentissement de l’activité en Chine et en Russie tandis qu’aux États-Unis, les dépenses des ménages étaient inférieures aux attentes.

Mitterrand MASAMUNA

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinee Equatoriale, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here