Recharger 100 km d’autonomie en 3 minutes, qui dit mieux ?

2
Recharger 100 km d’autonomie en 3 minutes, qui dit mieux ?
Recharger 100 km d’autonomie en 3 minutes, qui dit mieux ?

Africa-Press – Guinee Equatoriale. Plus encore que l’autonomie, le temps de recharge reste le principal obstacle au développement de la voiture électrique. Mais le progrès dans ce domaine est rapide, comme en témoigne la première station ouverte par Kallista Energy qui exploite 36 parcs éoliens en Europe. Kallista compte ouvrir à terme un réseau de 90 stations sous la marque Yaway, alimentées principalement par le vent.

Anticiper la prochaine génération de voitures électriques

La station de Vernon-Douains, non alimentée par le vent, propose deux bornes de recharge ultrarapide, atteignant jusqu’à 360 kW, une puissance bien supérieure à ce qu’acceptent même les véhicules les mieux équipés, comme la Porsche Taycan ou la Tesla Model 3. Cette borne encore en test permettra aux prochaines générations de voitures électriques de récupérer jusqu’à 100 kilomètres d’autonomie en moins de trois minutes, selon son concepteur, le groupe helvético-suédois ABB. Il est ainsi possible d’imaginer des voyages au long cours ponctués de pauses d’une dizaine de minutes toutes les deux heures de route, comme le recommande la Sécurité routière. Des exemplaires de ce modèle de borne ultrarapide fabriqué en Italie et appelé « Terra 360 » fonctionnent déjà en Allemagne avec le pétrolier Shell et en Norvège avec l’énergéticien Eviny.

Puissance partageable entre quatre voitures

Mais attention, cette charge ultrarapide ne sera disponible que lorsqu’une seule voiture sera branchée, la borne partageant sa puissance entre ses quatre prises. La charge coûte encore 0,55 euro la minute, mais elle sera bientôt facturée au kilowattheure. En route pour Paris depuis la côte, un SUV Audi s’y est rechargé mercredi, passant de 2 à 80 % d’autonomie en trente-deux minutes, a expliqué son propriétaire, Benoist Girard, 43 ans, en repassant sur le chemin du retour. Sur un marché de la recharge en pleine explosion, avec la multiplication des voitures électriques sur les routes, Kallista utilise de l’électricité produite par des éoliennes pour « la majorité » de ses bornes. Cette première station de recharge de Kallista Energy n’est pas alimentée par une éolienne, car elle est trop proche d’une base aérienne. Mais il y a « beaucoup de synergies » entre ces métiers, et l’investissement dans les bornes est bien plus léger, a indiqué le directeur général de Kallista, Johann Tardy. En reliant la production et la distribution d’énergie renouvelable, Kallista compte à terme offrir des tarifs de recharge attractifs, a souligné M. Tardy. L’agglomération Seine Normandie a mis à disposition ce terrain au bord de l’autoroute et à deux pas de la future usine Hopium, qui mise sur les voitures à hydrogène. Chaque point de charge a aussi été financé à hauteur de 18 000 euros par le programme public Advenir, qui a mis l’accent depuis 2020 sur la recharge ultrarapide.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinee Equatoriale, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here