Une sécheresse extrême menace 20 millions de personnes en Afrique de l’Est

4
Une sécheresse extrême menace 20 millions de personnes en Afrique de l’Est
Une sécheresse extrême menace 20 millions de personnes en Afrique de l’Est

Africa-Press – Guinee Equatoriale. La Corne de l’Afrique est « au bord de la catastrophe » : pour la quatrième saison consécutive, le phénomène climatique La Niña empêche les pluies de s’abattre sur la région.

20 millions de personnes dans quatre pays d’Afrique doivent affronter des conditions et des pénuries alimentaires d’une difficulté extrême en raison d’une sécheresse inhabituellement longue et sévère qui sévit dans la Corne de l’Afrique. Trois saisons des pluies consécutives ne sont jamais arrivées, et la communauté scientifique et les organisations humanitaires craignent que la suivante, prévue pour ce mois-ci à Djibouti, en Éthiopie, au Kenya et en Somalie, leur emboîte le pas.

Si c’est le cas, cette absence de pluie marquera la plus longue sécheresse de la région depuis quarante ans, et cela à cause du changement climatique qui engendre une succession d’événements météorologiques extrêmes dans une partie du monde qui n’est pas en mesure de les supporter.

« Nous sommes indubitablement au bord de la catastrophe », a affirmé le mois dernier Rein Paulsen, directeur de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (ONUAA). « Le temps presse. »

Michael Dunford, directeur régional du Programme Alimentaire Mondial (PAM) de l’ONU pour l’Afrique de l’Est, a ajouté : « Les récoltes sont ruinées, le bétail meurt et la faim augmente. »

L’espoir repose désormais sur les pluies saisonnières censées arriver dans les prochaines semaines. Malheureusement, les prévisions ne sont pas encourageantes et, peut-être sans surprise, il semblerait que le changement climatique en soit la cause. Pour le Famine Early Warning Systems Network (FEWS NET), Chris Funk et ses collègues au Centre pour les aléas climatiques de l’Université de Californie ont utilisé des modèles climatiques afin de générer des cartes d’estimation des précipitations dans le monde. Ils ont ainsi découvert que les récentes sécheresses dans la Corne de l’Afrique auraient pour origine les eaux chaudes (et en plein réchauffement) de l’océan Pacifique occidental, ainsi que le phénomène climatique connu sous le nom de La Niña.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinee Equatoriale, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here