Vieux de 2500 ans, un casque de guerrier illyrien a été découvert dans une nécropole antique en Croatie

3
Vieux de 2500 ans, un casque de guerrier illyrien a été découvert dans une nécropole antique en Croatie
Vieux de 2500 ans, un casque de guerrier illyrien a été découvert dans une nécropole antique en Croatie

Africa-Press – Guinee Equatoriale. Belle surprise pour les archéologues croates qui fouillent depuis quatre ans le site de Gomile sur la péninsule de Pelješac, près de Dubrovnik, en Croatie: pour la seconde fois, ils ont mis au jour un casque militaire vieux d’environ 2500 ans dans une nécropole illyrienne. En 2020, ils avaient déjà trouvé un spécimen similaire à une dizaine de mètres à peine !

Rare découverte d’un casque illyrien en Croatie

Le site de Gomile est une vraie mine d’or pour les archéologues croates dont les recherches sont coordonnées par le Centre de recherche préhistorique de Zagreb. Dès la première campagne de fouilles, en 2020, ils ont mis au jour un artefact des plus rares: un casque illyrien datant du 4e siècle avant notre ère, à peine endommagé, qui devait appartenir à un membre de l’élite guerrière puisque des vestiges d’armes en fer (au moins trois lances et un couteau de combat) étaient également présents dans la sépulture.

Ce type de casque en bronze, qui est une variante de casque grec, est largement ouvert ; il ne protège pas la nuque, mais encadre le visage jusqu’au cou grâce à sa découpe rectangulaire, bordée d’une frise décorative, qui couvre particulièrement les joues.

Un spécimen du 6e siècle avant notre ère

Comme ils viennent de l’annoncer dans un communiqué publié sur le site des musées de Dubrovnik, un second spécimen, légèrement différent du premier et provisoirement daté du 6e siècle avant notre ère, vient d’être mis au jour dans l’annexe d’une sépulture: une structure en pierres qui a été ajoutée ultérieurement au tumulus primaire.

Il s’agit probablement d’une offrande votive, destinée à marquer le statut et le pouvoir du défunt. Pour l’archéologue Hrvoje Potrebica, de l’Institut d’archéologie de l’université de Zagreb, cette seconde occurrence et la proximité entre les deux objets indique “une continuité du pouvoir au sein de ces communautés”.

Une nécropole d’une grande richesse

Le site de Gomile abrite une nécropole constituée de 27 tumuli en pierre. Dans les quelques sépultures communes qui ont été fouillées depuis quatre ans, les chercheurs ont retrouvé de nombreux bijoux et autres objets funéraires de prix: épingles, boucles, fibules, perles d’ambre et de verre, bracelets, anneaux, et même un diadème de bronze dans la tombe d’une femme.

D’autres types d’objets, liés au quotidien et à la toilette, ont également été déposés aux côtés des défunts, comme des pinces à épiler et des fusaïoles (accessoire de fuseau). Des tessons de plusieurs types de céramiques ont aussi été mis au jour. Originaires de Grèce et d’Italie, il s’agissait de récipients de très grande valeur, signe de l’importance des personnes inhumées.

Tous ces artefacts fournissent de précieuses informations sur les pratiques funéraires des Illyriens. Des analyses ADN sont également prévues afin d’obtenir des données biologiques sur les personnes inhumées, en déterminant leur nombre exact – car les ossements sont mélangés –, leur sexe et leur âge au décès.

Le rêve d’un projet à l’échelle européenne

Pendant l’Antiquité, l’Illyrie correspondait à la région qui s’étend sur la côté orientale de l’Adriatique ; elle fut largement colonisée par les Grecs qui y établirent de nombreux comptoirs.

La diversité des céramiques retrouvées sur place laisse supposer un réseau commercial étendu, même si les chercheurs envisagent également qu’elles aient pu arriver par le biais de la piraterie.

Si des archéologues slovènes sont déjà venus épauler les chercheurs croates, ces derniers attendent également l’arrivée de collègues italiens – dans l’espoir de faire de Gomile le point de départ d’un projet européen à plus grande échelle, à même de renouveler les connaissances sur les colonies grecques de l’Adriatique et, plus largement, de toute la Méditerranée.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Guinee Equatoriale, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here