Jirama : à quand le Bout du tunnel ?

1
Jirama : à quand le Bout du tunnel ?
Jirama : à quand le Bout du tunnel ?

Africa-Press – Madagascar. Les consommateurs, qui ont depuis longtemps épuisé leur réserve de patience, ont maintenant préféré se résigner et ont fini par s’adapter à la situation. Après avoir écouté les explications fournies par la direction générale de la Jirama, ils ont accepté bon gré malgré l’inéluctable et malgré les problèmes rencontrés dans leur vie d’usager, ils sont devenus philosophes. Les délestages, leur dit-on, vont encore durer quinze jours car la remise en marche des infrastructures d’Andekaleka ne se fera qu’après un travail particulièrement acharné. Le terme « titanesque » qui a été utilisé donne une idée de l’ampleur de la tâche à accomplir.

Andekaleka est une usine hydroélectrique qui a été construite au début des années 80. Cette usine qui a fait la fierté du régime du président Didier Ratsiraka a subi l’usure du temps et aucune réparation sérieuse n’a eu lieu depuis. Les infrastructures devaient subir des dégradations. La Jirama paie aujourd’hui une politique de laisser aller qui devait un jour ou l’autre aboutir à ces incidents techniques à répétition. Des réparations ont été faites par les équipes techniques, mais elles n’ont fait que retarder l’inéluctable. La promesse d’une alimentation suffisante du réseau d’Antananarivo n’a pas pu être tenue et ce qui est arrivé durant les fêtes de fin d’année n’est pas un coup du sort, mais doit pousser les responsables à reconsidérer toute la stratégie qu’ils ont mise en place. C’est un transformateur en service depuis ‘82 qui a pris feu, explique le DG par intérim de la Jirama. On est alors tenté de lui demander pourquoi avoir laissé en service un matériel aussi vétuste. Les assurances faites après les réparations du mois de novembre laissaient présager un retour à une situation normale. Le pire est donc arrivé durant les fêtes de fin d’année. Les délestages ont repris de plus belle et le service de communication de la Jirama va encore durer quinze jours. Le consommateur doit donc prendre son mal en patience et espérer voir enfin le bout d’un tunnel bien sombre.

Patrice RABE

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Madagascar, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here