DÉVELOPPEMENT – L’agriculture réorientée vers de nouveaux défis

4
DÉVELOPPEMENT - L’agriculture réorientée vers de nouveaux défis
DÉVELOPPEMENT - L’agriculture réorientée vers de nouveaux défis

Africa-Press – Madagascar. Le gouvernement prévoit d’augmenter la part du budget alloué au développement rural dans le Projet de Loi de finances initiale 2024. Une marche vers la redynamisation du secteur agricole.

Booster l’agriculture pour atteindre l’autosuffisance alimentaire. Un objectif que Madagascar compte concrétiser à différents termes et coûte que coûte. Justement, le choix du mot n’est pas fortuit car le ministère de l’Économie et des finances, à travers le Projet de Loi de finances initiale (PLFI) pour l’exercice 2024, entend augmenter le budget consacré au développement rural. La Grande île envisage, en effet, de faire passer celui-ci de 1,9 à 2,6% du budget de l’État en 2024. Les enjeux sont vastes. En plus de faire décoller un secteur d’activité qui vaut son pesant d’or avec, tout de même, 29% du Produit intérieur brut et 70% de l’emploi total et d’amener le secteur agricole malgache à la florissance, il s’agit également de se réorienter vers de nouveaux horizons mais aussi et surtout atteindre l’autosuffisance alimentaire.

Hausse

Raison pour laquelle ce changement intervient dans la configuration générale du budget de l’État, inscrite dans le PLFI 2024. Le défi, afin d’atteindre cet objectif de résilience et d’autosuffisance alimentaire d’ici 2030, est d’ordre technique, surtout par rapport à la productivité si l’on se fie à la programmation financière de l’État. Le ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage a déjà impulsé des stratégies nationales dans ce sens, à l’instar de la « Stratégie nationale de développement de la riziculture », un plan selon lequel l’État s’est engagé à atteindre une production de six millions de tonnes de paddy d’ici 2024. « Cela implique l’extension des zones irriguées, la distribution d’engrais minéraux à combiner avec des engrais organiques aux agriculteurs, la fourniture de semences certifiées et améliorées », indique le MEF. Tout autant de moyens de booster le socle de l’économie du pays. Dans sa vision, la résilience des systèmes alimentaires et la redynamisation du secteur agricole constituent les seuls moyens afin de parvenir à l’autosuffisance alimentaire. L’État projette également de s’appuyer sur d’autres denrées comme le Manioc (une projection de récolte de 7 millions de tonnes d’ici 2027) ou encore le maïs avec un rendement envisagé de 6 à 8 tonnes par hectare, augmentant ainsi la production de celles-ci.

Rappelons que le gouvernement s’est engagé à quasiment doubler la part du budget consacré à l’agriculture d’ici à 2028, faisant passer celui-ci de 6 à 10% au cours de cette période. Cette hausse du budget alloué à ce secteur d’activité primordial pour le pays se traduit par l’allocation de 350 millions de dollars par an au secteur agricole sur les cinq années à venir. À travers cette enveloppe dédiée à la promotion du secteur agricole, l’État projette de créer de la valeur agricole pour les produits agricoles prioritaires, notamment le riz, le manioc, le maïs, les arachides et le soja, bref, tant de filières porteuses qui affichent tous d’énormes potentialités.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Madagascar, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here