CONTESTATION ÉLECTORALE – Le collectif des candidats fait du sur place

3
CONTESTATION ÉLECTORALE - Le collectif des candidats fait du sur place
CONTESTATION ÉLECTORALE - Le collectif des candidats fait du sur place

Africa-Press – Madagascar. Le collectif des candidats multiplie les réunions cette semaine. Cette fois-ci, les candidats se sont donné rendez-vous à Andohanimandroseza pour faire une déclaration.

La lutte continue. C’est devenu la phrase phare du collectif des candidats durant les jours qui ont suivi la date du scrutin présidentiel du 16 novembre dernier. Les onze candidats ont remis cela hier dans l’après-midi au QG de Siteny Randrianasoloniaiko à Andohanimandroseza, lors d’un meeting avec leurs partisans ainsi que les élus qui adhèrent à leur cause. À l’issue de cet évènement, le collectif a prononcé par l’intermédiaire de Hajo Andrianainarivelo, candidat numéro deux, une déclaration visant à inciter l’ensemble de la population et toutes les entités et forces vives du pays à rallier à leur lutte.

Cependant, jusqu’à présent, les actes n’ont toujours pas joint les paroles car le mouvement blanc reste toujours en suspens, et certains partisans commencent à douter de la suite. Depuis le jour du scrutin, et surtout après la proclamation des résultats provisoires par la Commission électorale nationale indépendante, le collectif des candidats n’a plus fait de rassemblement populaire comme il l’a fait depuis plusieurs semaines. Les membres du C11 n’ont pourtant pas cessé de répéter que la lutte continue, qu’elle n’est maintenant plus celle des candidats mais celle de tous les Malgaches, qui se sentent opprimés par le régime actuel.

La suite

«Il est clair que toutes les doléances des candidats et des citoyens sont plausibles et sont recevables par rapport à la présidentielle. Par contre, la plupart des décisions prises par la HCC ne le sont pas», a expliqué le numéro un du « Malagasy miara-miainga », hier à Andohanimandroseza. Il conteste donc à l’avance le résultat que la Haute Cour Constitutionnelle va prononcer aujourd’hui, et pour eux, il n’y a pas eu d’élection présidentielle le 16 novembre car ce qui s’est passé n’était qu’une mascarade politique dans le but de faire réélire le Président sortant. Huit des onze candidats membres du collectif étaient présents sur les lieux et la salle était pleine de partisans du mouvement blanc. Les candidats ont appelé aussi hier après-midi les fonctionnaires à se lever, et les Forces de défense et de sécurité à protéger le peuple au lieu de bombarder de gaz lacrymogènes ceux qui luttent pour l’indépendance et le développement du pays.

Un petit dérèglement aussi s’est produit avant hier avec la publication d’un communiqué avec l’en-tête du collectif des candidats, stipulant une feuille de route pour aller vers une transition de quelques mois avant de refaire les élections. Hier, le candidat numéro quatre Rolland Ratsiraka a publié sur sa page Facebook que ce communiqué ne venait pas du collectif et que c’était de la désinformation. Ce communiqué, même faux, a eu de l’ampleur puisqu’en début de semaine, le collectif des candidats s’est réuni avec des membres de la communauté internationale à la tour Zital Ankorondrano.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Madagascar, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here