La société civile interpelle la HCC et les forces de l’ordre

0
La société civile interpelle la HCC et les forces de l’ordre
La société civile interpelle la HCC et les forces de l’ordre

Africa-Press – Madagascar. A quelques jours de la proclamation officielle des résultats des législatives par la HCC, une cinquantaine d’organisations de la société civile regroupées dans la plateforme Rohy a tenu une conférence de presse hier à Ambatonakanga. Elle lance un appel aux institutions électorales, la justice et les forces de l’ordre pour qu’ils ne soient pas un instrument de penchant politique.

Dans sa déclaration, la plateforme Rohy pointe du doigt la violation du principe de la neutralité de l’administration prévu par les articles 60 et 62 de la loi organique 2018-008 relative au régime général des élections, mentionnant notamment les « inaugurations masquées en déplacements en régions et pour soutenir des candidats » du Président de la République. Elle dénonce également plusieurs irrégularités dont l’usage des prérogatives de puissance publique, des autorités locales, en proférant des menaces, des pressions et intimidations de toutes sortes, envers les candidats et ses partisans, les institutions électorales, les agents de l’Etat, les observateurs électoraux, et même les simples citoyens qui veulent montrer leur soutien ou participer à des meetings » ainsi que l’ « usage par des candidats des ressources publiques, des biens administratifs dont des véhicules (les véhicules font partie des biens publics) durant la campagne électorale ».

Inquiète sur les cas d’irrégularités et de transgressions de l’Etat de droit lors des dernières élections législatives, elle recommande à la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) le strict respect de la démocratie par l’application impartiale des lois en vigueur afin de protéger le choix et la volonté du peuple et protéger le pays des dérives dictatoriales que peuvent exercer une personne ou un groupe quelconque.

« La Haute Cour Constitutionnelle a une grande responsabilité pour traiter, avec diligence, impartialité et dignité, les requêtes et plaintes des parties prenantes afin de protéger les choix et la volonté du peuple malgache. Elle a une grande responsabilité de ne pas être une source de conflits et de désordre. Nous osons espérer qu’elle jouera pleinement son rôle pour faire respecter l’état de droit et consolider la démocratie à Madagascar, déclare Rohy ».

Par ailleurs, elle appelle les forces de l’ordre à ne pas être un instrument de répression politique. La déclaration publique après le scrutin des forces de l’ordre semble vouloir poursuivre les pratiques répressives durant les élections présidentielles en niant le droit de manifester, au détriment de la population qui réclame les libertés et le respect de l’état de droit, affirme Rohy. « Nous demandons aux forces de l’ordre de faire preuve de baïonnette intelligente et de faire régner l’ordre en exécutant le rôle qui lui est dévolu avec l’argent du contribuable, de manière impartiale. », poursuit-elle.

Au mois d’avril, la société civile a déjà dénoncé les représailles politiques et l’instrumentalisation de la HCC après la déchéance des deux leaders du Parlement. Christine Razanamahasoa et Herimanana Razafimahefa, auparavant fervents partisans du président ont été écarté après des propos critiques sur la dérive du régime.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Madagascar, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here