BASKETBALL 3X3 – ANKOAY DAMES – Les JO de Paris 2024 dans le viseur

2
BASKETBALL 3X3 - ANKOAY DAMES - Les JO de Paris 2024 dans le viseur
BASKETBALL 3X3 - ANKOAY DAMES - Les JO de Paris 2024 dans le viseur

Africa-Press – Madagascar. Arrivées tôt mercredi matin en Égypte, les Ankoay dames de 3X3, après avoir déposé leurs bagages à l’hôtel pour se reposer un peu, ont repris l’entrainement, hier.

À quelques heures du début de l’Africa Cup qui se joue du 1er au 3 décembre en Égypte, plus précisément dans la ville d’Al Qahirah, le Caire en français, les Ankoay dames de Madagascar, vice-championnes d’Afrique 2022, entrainées par Mathieu Manitrarivo Rakotomalala, ont un double objectif : chercher le titre de championnes d’Afrique et se battre pour gagner le ticket qui ouvre la voie pour les J.O de Paris 2024.

Plus facile à dire mais très difficile à réaliser, les représentantes de la Grande île sont conscientes des attentes des amateurs de la balle orange à Madagascar. Depuis le titre de vice-championnes d’Afrique acquis toujours sur le sol égyptien en 2022, beaucoup de choses ont évolué.

L’effectif des sociétaires de l’équipe nationale malgache est un peu modifié (Sydonie Marie Erica Andriamihajanirina (MB2ALL, 1.77m, 28 ans), Muriel Harisoa Hajanirina (MB2ALL, 1.75m, 25 ans), Christiane Minaoharisoa Jaofera (MB2ALL, 1.68m, 24 ans), Sarobidy Randriatahiana (GNBC, 1.71m, 26 ans) par la non-disponibilité de Rondro Emeranchine Raherimanana, Chine pour les connaisseurs, retenue par des obligations professionnelles en tant qu’élève-gendarme. Elle a été l’une des pièces maîtresses de l’équipe féminine par son adresse en tir à longue distance.

Consciente de cette absence, la Fédération malgache de basketball s’est tournée vers Sarobidy Randriatahiana de la GNBC, qui est plus expérimentée en 3X3. Sa présence a son importance au sein de l’effectif par sa taille, plus grande que Chine.

Aucun droit à l’erreur

Placées dans la poule B avec le Bénin, le Kenya, le Maroc et le Nigeria, les Ankoay filles vice-championnes d’Afrique 2022 ont tous les atouts pour sortir des phases de poules. Classées sixième en Afrique avec 232,432 points derrière le pays hôte, avec ses 1 052 points, le Bénin à 601,329 points, l’Algérie à 404,743 points, l’Ouganda à 321,439 points et le Kenya à 249,068 points, et placées devant le Maroc avec ses 190,546 points, à la septième place et le Nigeria, neuvième avec ses 126,459 points, les Ankoay filles n’ont aucun droit à l’erreur.

Ce classement n’a aucune influence sur la force de chaque équipe, sauf pour les Égyptiennes qui ont un automatisme à couper le souffle et très fortes en évoluant à domicile. Il faut se méfier des nigérianes qui possèdent de gabarit à la morphologie qui s’approche de celle des hommes.

Mathieu Manitrarivo Rakotomalala, chef de délégation et coach de l’équipe féminine Ankoay a expliqué que « les deux équipes de Madagascar sont très attendues par tous les adversaires, ici en Égypte, surtout les hommes. Les Égyptiens n’ont pas digéré leur défaite en 2022. Pour les filles particulièrement, elles vont d’abord assurer le match contre les Marocaines qu’elles ont déjà battues avant. Nous allons suivre de près, ensuite, le match entre le Bénin et le Kenya ce jour pour épier leur niveau. Nos joueuses sont prêtes ».

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Madagascar, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here