Risques d’éboulement rocheux sur la Haute ville : Des drapeaux rouges dans sept fokontany pour avis de danger imminent

2
Risques d’éboulement rocheux sur la Haute ville : Des drapeaux rouges dans sept fokontany pour avis de danger imminent
Risques d’éboulement rocheux sur la Haute ville : Des drapeaux rouges dans sept fokontany pour avis de danger imminent

Africa-Press – Madagascar. Pas moins de 1 580 foyers sont exposés directement aux risques d’éboulements rocheux et de glissement de terrain sur le versant Est et Ouest de la Colline de Manjakamiadana. Les drapeaux rouges ont été érigés dans les fokontany concernés depuis hier

Un énième appel à la vigilance

. Après les fortes pluies de ces derniers jours, les risques d’éboulement de rochers et de glissement de terrain sur la colline de Manjakamiadana se sont accrus. C’est dans ce sens que le Bureau national de gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) accompagné par le Corps de protection civile (CPC), la préfecture de police, les sapeurs-pompiers, les districts Tana I et II ainsi que les chefs fokontany ont effectué une délimitation des zones fortement à risque. Des poses de drapeaux rouges ont été effectuées hier pour conscientiser les habitants dans les zones concernées par le risque. Le danger est imminent et cette opération sera menée dans sept fokontany, selon le Dr Lalah Christian Andriamirado, technicien auprès du BNGRC. « Ces drapeaux seront installés à Tsimialonjafy, Ampamarinana, Ankadilalana, Tsarafaritra, Ambohipotsy, Manjakamiadana et Ambavahadimitafo. La majorité des rochers sont déjà en altération et risquent de s’écrouler à tout moment. Cette situation s’avérant très risquée, les travaux de déroctage sont pourtant impossibles surtout en cette période de pluies », a-t-il indiqué.

Évacuation.

C’est la seule option qui s’offre aux habitants face à ce danger imminent. Le directeur des études et de la gestion des risques auprès du BNGRC, Paolo Emilio Solonavalona était clair dans ses propos. « Le glissement de terrain ne peut être comparé aux autres catastrophes car tout peut basculer en une fraction de seconde. Pour les locataires, il est primordial de quitter les lieux et de trouver des maisons qui ne se trouvent pas dans ces zones rouges. Pour les propriétaires des maisons sur cette colline, la vie est beaucoup plus précieuse que les biens matériels », a-t-il souligné. Il a aussi noté à l’occasion que 1 580 toits sont exposés directement au danger, dont 470 sur le versant Ouest de cette colline contre 1 110 sur le versant Est.

Solution.

Les habitants de la Haute ville ont été sollicités à maintes reprises de quitter les lieux, mais les efforts du BNGRC ont été vains. Ils réclament des mesures d’accompagnement et demandent à être relogés. Paolo Emilio Solonavalona a tenu à les rassurer: la mise en place des sites d’hébergement est déjà à l’étude au niveau des districts.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Madagascar, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here