Démantèlement d’un réseau international de trafic de cocaïne

Bamako : Démantèlement d’un réseau international de trafic de cocaïne
Bamako : Démantèlement d’un réseau international de trafic de cocaïne

Africa-PressMali. La Division des Opérations de l’Office central des stupéfiants annonce avoir démantelé un réseau international de trafic de cocaïne. Dans un communiqué datant de ce jeudi 24 décembre, le Directeur de l’OCS révèle les détails d’une opération qui change désormais les données de la lutte contre le trafic de drogue au Mali.

Des interpellations de dealers, le 15 décembre dernier, à Yirimadio et Djelibougou, respectivement en Commune VI et Commune I du District de Bamako, « a abouti au démantèlement d’un réseau international de cocaïne », a indiqué le Magistrat Colonel Adama Tounkara, Directeur de l’OCS. Tout est parti de l’interpellation d’un consommateur de cocaïne. En poussant leur investigation, les enquêteurs de l’Office central des stupéfiants ont identifié un premier fournisseur à Yirimadio.

Munis d’informations sur le domicile et son occupant, Cheick Diallo sera cueilli chez lui à 6h, par les agents de l’OCS. L’homme était en possession de 10 grammes de cocaïne, 36,68 grammes de Haschisch qui représentent, comme il le reconnaîtra plus tard, le reste de sa marchandise écoulée la veille. A Djélibougou, une opération simultanée était en cours. Là, l’interpellé se nomme Ousmane Diaki Diarra, perçu comme un gros client de Diallo.

« Une perquisition chez ce dernier a permis de découvrir un atelier de fabrication du crack et d’Off »

, informe le communiqué de l’OCS. Cuisinés, les deux individus se mettent à table. Ils glissent le nom de leur fournisseur, un Nigérian dénommé Akpati Obi, recherché depuis huit mois par les différentes antennes de l’OCS. L’homme sera cueilli chez lui comme un poisson, à l’Hippodrome II en Commune II du district de Bamako.

Nouveau cap…

La découverte et le démantèlement de ce réseau ouvrent la voie à une nouvelle aire. « Le Mali n’est plus seulement un pays de transit de la drogue, mais bien un pays de consommation », a indiqué le Chef des opérations de l’OCS interrogé par Maliweb.net. A ses dires, Cheick Diallo avoue dealer dans les boites de nuit et des restaurants chics à Bamako. Il reconnaît être à mesure de vendre 500 grammes de cocaïne en une nuit. Quand on sait que le gramme de cocaïne est cédé à 40 000 FCFA au consommateur final, il y a de quoi s’inquiéter. « Jamais, plus d’un demi-kilo de cocaïne par vendeur et par nuit ». C’était, nous apprend-on, la devise du réseau démantelé.

Mamadou TOGOLA

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here