Immatriculation, permis, carte grise : Mettre un frein à l’anarchie routière

1
Immatriculation, permis, carte grise : Mettre un frein à l’anarchie routière
Immatriculation, permis, carte grise : Mettre un frein à l’anarchie routière

Africa-Press – Mali. En vue d’apporter de l’ordre et d’assurer la sécurité routière, le gouvernement du Mali vient d’annoncer la mise en œuvre de certaines mesures pour que les routes cessent de tuer et que la vie des usagers soit sauvée. Désormais les conducteurs des tricycles et des engins à deux roues sont obligés d’avoir le permis de conduire avec des engins immatriculés.

Pour faciliter l’obtention des pièces que les propriétaires des tricycles, taxi-motos et autres vélomoteurs seront astreints d’avoir pour pouvoir circuler, le ministère des Transports a lancé, le lundi 15 novembre, une opération spéciale d’immatriculation et de délivrance de permis de conduire.

C’est une opération spéciale qui va durer 9 mois notamment du 15 novembre 2021 au 20 août 2022 sur toute l’étendue du territoire nationale. Elle vise à permettre à la catégorie de conducteurs concernés d’avoir facilement le permis de conduire, la carte grise et la plaque d’immatriculation à coût réduit de 5 000 F CFA au lieu de 13 750 F CFA par exemple pour le permis. Après cette période de promotion, les documents seront délivrés au tarif normal.

Avec ces nouvelles mesures, les autorités veulent réguler la circulation de ces engins, lutter contre l’insécurité routière et sauver la vie des citoyens. « L’inefficacité du transport en commun et l’encombrement des chaussées ont fait que les gens se sont donnés comme moyen de transport les engins à deux roues et des tricycles. Quand ces engins ont été autorisés à utiliser les chaussées, il a été constaté des cas d’accidents souvent mortels. Il fallait prendre des dispositions pour pouvoir les réglementer conformément au code de la route », a justifié Mme le ministre ajoutant que les demandes de permis de conduire et les dossiers de cartes grises et de plaques d’immatriculations doivent être déposés au niveau des directions régionales et des subdivisions des Transports terrestres et fluviaux.

Pour veiller à l’application correcte de ces mesures, Mme Dembélé Madina Sissoko a sollicité l’implication de son homologue de la Sécurité et de la Protection Civile ainsi que celui de l’Administration et des Collectivités territoriales. Alassane Cissouma

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Mali, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here