En Afrique, la canicule a entraîné la perte de 75 milliards d’heures de travail en 2021

4
En Afrique, la canicule a entraîné la perte de 75 milliards d’heures de travail en 2021
En Afrique, la canicule a entraîné la perte de 75 milliards d’heures de travail en 2021

Africa-Press – Mali. Le dérèglement climatique cause non seulement des pertes agricoles, mais aussi des problèmes de santé, surtout dans les régions peu développées. Les pays contribuent eux aussi au réchauffement du climat en subventionnant les énergies fossiles, selon un nouveau rapport de la revue The Lancet.

La chaleur croissante compromet de plus en plus la capacité de travail des gens. Le continent africain notamment, qui ne provoque que 3,8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, pâtit des effets néfastes du changement climatique sur la santé des habitants et sur l’économie. C’est ce qui découle d’un rapport publié en octobre 2022 par la revue médicale britannique The Lancet.

L’année dernière, l’exposition à la chaleur a entraîné la perte de 470 milliards d’heures de travail potentielles dans le monde, avec des pertes de revenus potentielles équivalentes à 0,72% de la production économique mondiale. Soit une croissance de 37% par rapport à la moyenne annuelle de 1990 à 1999. Les pertes d’heures de travail sont surtout enregistrées dans le secteur agricole (40%) et les pays à faible indice de développement humain. 75 milliards d’heures de travail ont ainsi été perdues rien qu’en Afrique, les pertes de revenus potentielles étant estimées à 4,2% du produit intérieur brut (PIB) cumulé du continent.

Les températures plus élevées enregistrées en Afrique ont raccourci, au cours de l’année écoulée, les saisons de croissance des cultures notamment du maïs, du riz et du blé par rapport à la moyenne annuelle de la période allant de 1981 à 2010.

La santé menacée

Les décès liés à la canicule en Afrique ont également augmenté de 115% par rapport à 2000-2004, la hausse moyenne mondiale s’élevant à 68%. L’exposition à la chaleur a un impact délétère sur la santé, qui s’exprime en particulier par l’aggravation des maladies cardio-vasculaires ou respiratoires, la détérioration du sommeil et de la santé mentale.

Le changement climatique facilite la propagation des maladies infectieuses comme le paludisme. Le risque de transmission de la dengue par des moustiques de type Aedes aegypti a augmenté en Afrique de 6% sur la période étudiée, ajoute The Lancet.

Les énergies fossiles en cause

À l’échelle mondiale, les événements climatiques extrêmes (sécheresses, canicules, inondations, ouragans, feux de forêt…) ont causé des pertes économiques cumulées d’environ 253 milliards de dollars en 2021. D’ailleurs, la plupart des pays du monde contribuent eux-mêmes à ces crises sanitaires et alimentaires en subventionnant les énergies fossiles, condamne la revue.

Le rapport en question, intitulé “The Lancet Countdown on health and climate change”, est paru à quelques jours du début de la conférence de l’Onu sur le climat (COP27). Il analyse l’impact du dérèglement climatique sur la santé des Terriens selon 43 indicateurs.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Mali, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here