Syndrome de Guillain-Barré : le trouble neurologique qui touche certaines personnes vaccinées contre le coronavirus

2
Syndrome de Guillain-Barré : le trouble neurologique qui touche certaines personnes vaccinées contre le coronavirus
Syndrome de Guillain-Barré : le trouble neurologique qui touche certaines personnes vaccinées contre le coronavirus

Africa-PressMali. Après les craintes que certains des vaccins covid-19 puissent provoquer des caillots sanguins, un nouvel effet indésirable chez un petit nombre de personnes vaccinées suscite l’inquiétude dans le monde entier.

Il s’agit d’une maladie neurologique inhabituelle connue sous le nom de syndrome de Guillain-Barré (SGB), une maladie auto-immune qui affecte le système nerveux et provoque une paralysie progressive des muscles.

A surtout lire sur BBC Afrique :

Quelles sont les différentes variantes du virus à l’heure actuelle ?

La vente aux enchères de photos numériques permet de récolter des fonds pour financer l’aide à Gaza

Le scientifique qui a résolu un mystère génétique grâce à un artefact égyptien vieux de 2 000 ans

Pourquoi la natation est le meilleur sport pour le cerveau

Fin juillet, l’Agence nationale de surveillance de la santé (Anvisa) du Brésil a émis une alerte après l’apparition de 34 cas suspects de SGB chez des personnes qui avaient été vaccinées contre le coronavirus.

Vingt-sept avaient reçu le vaccin AstraZeneca, quatre le vaccin CoronaVac et trois le vaccin Janssen.

Le 9 juillet, l’Agence européenne des médicaments (EMA) avait mis en garde contre un lien possible entre le vaccin d’AstraZeneca et le SGB.

L’autorité de régulation indique qu’à ce stade, elle “ne confirme ni n’exclut” un tel lien, mais recommande de modifier les informations relatives au vaccin afin d’y inclure un avertissement signalant les signes et symptômes susceptibles de se manifester, en vue d’un diagnostic et d’un traitement précoces.

Comment puis-je savoir si le vaccin Covid est sûr ?

Quelques jours plus tard, la Food and Drug Administration (FDA) américaine a mis à jour les informations sur le vaccin Janssen, produit par Johnson & Johnson, pour avertir d’un risque légèrement accru de contracter le SGB.

“Les rapports d’événements indésirables suite à l’utilisation du vaccin Janssen covid-19 dans le cadre de l’autorisation d’utilisation en urgence suggèrent un risque accru de syndrome de Guillain-Barré pendant les 42 jours suivant la vaccination”, indique l’étiquette mise à jour.

“Ces cas sont signalés pour la plupart environ deux semaines après la vaccination et principalement chez des hommes, dont beaucoup sont âgés de 50 ans ou plus”, explique un porte-parole des Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) au diffuseur américain CNN.

Très peu de cas

Toutes les agences sanitaires soulignent que le lien entre la maladie et les vaccins contre le covid est encore à l’étude et que les personnes touchées représentent un très petit nombre des millions de personnes qui ont reçu ces vaccins dans le monde.

L’alerte de l’EMA est intervenue après que 227 cas suspects de SGB sont signalés parmi les quelque 51,4 millions d’Européens vaccinés avec des doses d’AstraZeneca au 20 juin.

Dans le cas du vaccin Janssen, l’avertissement est lancé après que 100 cas suspects de SGB soient détectés parmi les plus de 12 millions d’Américains vaccinés par cette inoculation à dose unique au 30 juin.

COVID : des personnes guéries expliquent leurs symptômes

Dans une déclaration publiée le 26 juillet, le Comité consultatif mondial sur la sécurité des vaccins de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) note que les “cas inhabituels de SGB” sont signalés en rapport avec des vaccins utilisant un “vecteur adénovirus”.

“Aucun rapport important de SGB n’est observé après des vaccins à ARNm”, disent-ils, faisant référence à la méthode utilisée par des vaccins tels que Pfizer et Moderna

“Des études plus rigoureuses utilisant d’autres sources de données et des modèles d’étude robustes, et comparant les populations vaccinées et non vaccinées, seraient nécessaires pour évaluer pleinement la signification de ces événements”, ajoute-t-ils.

“Dans l’ensemble, le sous-comité conclut que les avantages potentiels des vaccins covid-19 de Janssen et AstraZeneca continuent de l’emporter sur tout risque potentiel de SGB, en particulier compte tenu de l’augmentation de la variante Delta, plus transmissible”, indique-t-il.

Qu’est-ce que c’est ?

Mais qu’est-ce que cette maladie rare qui a également été liée au vaccin contre l’influenza (la grippe) et au virus Zika ?

Il s’agit d’une maladie neurologique auto-immune rare (un ou deux cas pour 100 000 personnes par an) dans laquelle le système immunitaire endommage les cellules nerveuses.

Sa cause est inconnue et ses effets sont généralement temporaires : la plupart des gens finissent par se rétablir complètement de ce trouble.

Le syndrome porte le nom des neurologues français Georges Guillain et Jean Alexandre Barré, qui ont été les premiers à décrire la maladie, avec André Strohl, en 1916.

Pourquoi la crise du Covid en Inde devrait inquiéter le reste du monde

Environ 7,5 % des personnes qui développent cette maladie en meurent, dans le monde entier.

“Le principal risque du syndrome est l’atteinte des muscles respiratoires. Dans ce dernier cas, le SGB peut entraîner la mort si les mesures appropriées ne sont pas prises”, explique Anvisa à BBC News Brazil.

Selon l’agence, les premiers symptômes du SGB chez la plupart des patients sont un engourdissement ou une sensation de brûlure dans les extrémités, d’abord dans les extrémités inférieures (pieds et jambes), puis dans les extrémités supérieures (mains et bras).

Ils se développent généralement en quelques heures à quelques semaines.

Une autre caractéristique qui se remarque dans au moins 50 % des cas est la présence de douleurs neuropathiques (causées par une atteinte du système nerveux) dans le bas du dos ou les jambes.

La faiblesse progressive est le signe le plus visible et se manifeste généralement dans cet ordre : membres inférieurs, bras, tronc, tête et cou.

Au Vietnam une nouvelle variante hybride du Covid inquiète

Le Dr Natalia Maes, du National Health Service (NHS) britannique, explique à la BBC que le SGB est une “réaction immunitaire de l’organisme qui peut survenir après diverses infections (notamment respiratoires ou gastro-intestinales) et diverses vaccinations”.

Pendant l’épidémie de Zika de 2016 au Brésil, où 215 319 cas du virus ont été signalés, 970 hospitalisations pour SGB ont été enregistrées (0,45 % de tous les cas).

Que faut-il faire ?

Si des signes et des symptômes correspondant à un SGB apparaissent après avoir reçu une vaccination contre le coronavirus, Anvisa recommande de consulter immédiatement un médecin.

D’autres symptômes suspects sont une vision double ou des difficultés à bouger les yeux, des difficultés à avaler, à parler ou à mâcher.

“Ils doivent également surveiller les problèmes de coordination et d’instabilité, les difficultés à marcher, les sensations de picotement dans les mains et les pieds, la faiblesse des membres, de la poitrine ou du visage, ainsi que les problèmes de contrôle de la vessie et des fonctions intestinales”, ajoute l’agence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here