Alger affirme avoir récupéré une « tranche de la rançon » des otages

14
Mali : Alger affirme avoir récupéré une « tranche de la rançon » des otages
Mali : Alger affirme avoir récupéré une « tranche de la rançon » des otages

Africa-PressMali. L’armée algérienne assure avoir mis la main sur 80 000 euros issus de la « rançon » versée pour la libération de quatre otages en octobre. Les négociations qui ont abouti, en octobre, à la libération de quatre otages – dont la française Sophie Pétronin et l’opposant malien Soumaïla Cissé, décédé le 25 décembre – contre 200 prisonniers, avait été très mal accueillies par Alger. Les autorités algériennes ont alors dénoncé le paiement d’une rançon et la libération de jihadistes comme autant de facteurs d’aggravation de la crise sécuritaire qui sévit dans le Sahel. Alger s’est également, à plusieurs reprises, inquiété des conséquences de ces libérations pour sa propre sécurité intérieure.

Ce lundi 28 décembre, le ministère algérien de la Défense a affirmé que l’armée algérienne avait « découvert et détruit cinq casemates pour terroristes et récupéré la somme de 80 000 euros » lors d’une opération menée à Jijel, dans le nord du pays, sans donner plus de détails. Une annonce qui est intervenu quelques heures avant que la présidence française n’annonce la mort de trois soldats déployés dans le cadre de l’opération Barkhane, victimes d’un attentat à la bombe artisanale dans la zone des « trois frontières », dans le centre du Mali.

Cette somme de 80 000 euros, assurent les autorités algériennes, « s’est avérée être la première tranche de la rançon, objet du marché conclu au Sahel le mois d’octobre passé, et supposée être versée au profit des résidus des groupes terroristes traqués par les services de sécurité. »

Cette opération a pu être menée grâce aux informations obtenues après la capture, le 16 décembre,dans la même localité à Jijel, du « terroriste Rezkane Ahcene », précise par ailleurs le communiqué du ministère algérien de la Défense. C’est dans la même région que trois islamistes armés, des vétérans du jihad en Algérie, ainsi qu’un sergent-chef de l’armée avaient été tués dans un accrochage, début décembre.

Selon la presse algérienne officielle, l’armée aurait ainsi déjoué un plan de redéploiement d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) après la mort de son chef, l’Algérien Abdelmalek Droukdel, tué en juin par les forces armées françaises dans le nord du Mali.

Négociée avec le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) d’Iyad Ag Ghali, la libération en octobre de 200 prisonniers contre quatre otages, dont une Française, a alimenté les tensions entre Paris et Alger. Craignant notamment le retour de jihadistes sur leur sol, les autorités algériennes ont vivement critiqué les négociations et fustigé des « pratiques douteuses ».

Un jihadiste relâché au Mali en échange des otages et arrêté fin octobre en Algérie avait évoqué le versement d’une rançon de « millions d’euros », dans une vidéo diffusée sur la télévision publique algérienne, sans qu’il soit possible de corroborer ses dires ou de savoir dans quelles conditions les images avaient été enregistrées.

Début décembre, dans une référence implicite à la France, le Premier ministre algérien, Abdelaziz Djerad, avait indiqué que l’Algérie prenait « acte, avec une grande préoccupation, de la poursuite des transferts, au profit de groupes terroristes, de fonds colossaux au titre de rançons pour la libération des otages ».

Cette « démarche sape nos efforts de lutte antiterroriste », avait-il ajouté, selon des propos relayés par l’agence de presse officielle APS. Les autorités algériennes font état de « résidus du terrorisme » depuis la fin de la sanglante guerre civile (1992-2002) qui a opposé des groupes islamistes aux forces de sécurité et fait au moins 200 000 morts.

L’Armée nationale populaire (ANP) fait régulièrement état de l’arrestation ou de la neutralisation de « terroristes », un terme utilisé par les autorités pour désigner les islamistes armés restés actifs dans le pays depuis le début des années 1990.

Paris nie toute implication

De son côté, la France a toujours démenti avoir été impliquée dans les négociations pour la libération des quatre otages et avoir payé une rançon pour l’otage française, Sophie Pétronin. « Nous n’étions pas partie de ces négociations », a affirmé le 12 octobre le Premier ministre Jean Castex, évoquant un « geste humanitaire » des jihadistes à propos de la libération de la Française.

Les paiements de rançon dans le cadre de libération d’otages occidentaux au Sahel sont réputés courants, sans que les détails ni la véracité de ceux-ci ne soient, dans la majorité des cas, officiellement confirmés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here