9ème Journées Minières et Pétrolières du Mali (JMP) : Le développement du contenu local au cœur des débats

3
9ème Journées Minières et Pétrolières du Mali (JMP) : Le développement du contenu local au cœur des débats
9ème Journées Minières et Pétrolières du Mali (JMP) : Le développement du contenu local au cœur des débats

Africa-Press – Mali. Le mardi 16 novembre 2021 a eu lieu le lancement de la 9ème édition des Journées minières et pétrolières du Mali au Centre International de Conférences de Bamako, sous la présidence du Premier ministre Dr Choguel Kokalla Maiga. C’était en présence des membres du Gouvernement et des ministres de Mines du Burkina Faso et du Niger aux cotés de leur homologue malien, Lamine Seydou Traoré.

Ces journées ont rassemblé tous les acteurs des secteurs miniers et pétroliers du Mali ainsi que des investisseurs venus d’ailleurs. A travers ces journées, ces acteurs exposent leurs produits et savoir-faire. Pour cette 9ème édition, le thème portait sur : « Développement du contenu local : enjeux, perspectives et rôle de l’Etat ». Ce thème qui était au centre des discussions répond parfaitement à l’attente des autorités de la Transition qui sont imprégnées de la place qu’occupent les secteurs miniers et pétroliers dans l’économie du Mali et de ce fait, développer ces secteurs tout en valorisant les contenus locaux doivent être la mission de chaque gouvernement qui souhaite progresser.

Dans son allocution, le Ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré a rappelé que le secteur minier occupe une place importante pour notre pays, en témoignent les 450 milliards de Francs de recettes fiscales que ce secteur a apporté à l’Etat en 2020. Pour lui la question du Contenu local est une innovation très importante du nouveau Code minier qui est entré en vigueur en septembre 2019 et de dire que ce nouveau code minier est devenu totalement opérationnel à partir de novembre 2020, suite à l’adoption de son Décret d’application.

Par rapport au thème de ces journées, le ministre Traoré dira que cela répond parfaitement aux préoccupations des autorités de la Transition, à savoir : tirer du maximum de bénéfice du secteur minier à travers une implication massive et de qualité de nos entreprises nationales. « Il faut rappeler que le Mali est un pays connu historiquement en Afrique dans le domaine de l’exploitation aurifère. Depuis 30 ans, le Mali est dans la production aurifère avec une contribution significative aux recettes de l’Etat », a-t-il revelé. Il a d’ailleurs indiqué que le secteur minier n’a pas été épargné par la crise de la Covid-19 qui a fait plonger de35% les flux mondiaux d’investissements directs étrangers. Et de déclarer que les principaux acteurs dans ce domaine sont dans le secteur privé. Il a par la suite touché du doigt le problème que le secteur minier est confronté, notamment l’orpaillage illégal.

Pour sa part le Premier ministre Maïga a déclaré que ces journées se sont imposées au fil des ans comme un rendez-vous incontournable. Il a d’ailleurs précisé qu’au delà de la promotion du secteur minier et pétrolier, le gouvernement entend à travers ces assises renforcer et promouvoir le rôle et la place des ressources minières et énergétiques en tant que richesses stratégiques, créatrices d’emplois, de richesses et de croissance.

S’agissant du thème de ces journées, le chef du gouvernement a salué sa pertinence. D’autant plus qu’il s’insère dans les réalisations du Cadre stratégique pour la relance économique et le développement durable(CREED), dont l’un des objectifs spécifiques porte sur l’intégration de la production minière dans l’économie nationale comme facteur de développement durable.

Dr Choguel Kokalla Maiga dans son allocution a invité tous les acteurs du secteur minier à mener la réflexion sur les partenariats pour la recherche minière et pétrolière impliquant ainsi l’Etat, les collectivités, le secteur privé et la société civile. « Notre industrie extractive nécessite des investissements lourds qui pourront être mobilisés si les efforts sont conjugués », a-t-il dit. Et l’occasion a été opportune pour lui de remercier tous les investisseurs qui contribuent à l’émergence du secteur minier et à la création d’emplois. Et de rassurer de la volonté et de la détermination de la Transition à consolider les efforts du secteur minier et pétrolier, à promouvoir les investissements afin d’assurer un développement harmonieux et faire en sorte que les ressources du sous-sol malien brillent encore plus que par le passé.

Ces journées qui sont organisées à chaque deux ans rassemblent plusieurs participants au niveau des deux secteurs et aussi des investisseurs. Ce qui en fait une opportunité par excellence de tisser de nouvelles relations commerciales et d’acquérir de nouvelles techniques pour leur entreprise.

Adama Tounkara (stagiaire) Cheick Fantamady Keita, Directeur National de la Géologie et des Mines : « On va tout faire pour que l’Or malien brille pour les Maliens ».

En marge de la 9ème Edition des journées minières et pétrolières du Mali organisées du 16 au 18 novembre 2021 au Centre International de Conférence de Bamako(CICB), nous nous sommes entretenus avec M.Cheick Fantamady Keita, le Directeur National de la Géologie et des Mines sur le but de ces journées et l’état actuel de l’exploitation aurifère au Mali.

Ces journées (JMP) qui sont organisées chaque deux ans, dira le Directeur National de la Géologie et des Mines, mettent en évidence des activités minières que le Mali est en train de faire. Une occasion, dira-t-il, pour : « convaincre les sociétés et les pays étrangers à venir s’associer avec nous, raison pour laquelle les ministres du Burkina et du Niger sont présents. Les sociétés minières qui sont représentées sont là pour démontrer à la population malienne les activités et les innovations qui sont en train de se passer dans le secteur minier ».

Et parallèlement à cela, au niveau du Ministère des Mines, de l’Energie et de l’Eau, révèle le DNGM, il y’a eu un changement au niveau du code minier pour mettre en évidence le contenu local. « Raison pour laquelle le thème choisi pour cette édition est le développement du contenu local. C’est pour dire aux Maliens qu’on va tout faire pour que l’or malien brille pour les Maliens »a indiqué Cheick Fantamady Kéita. Pendant ces journées, des panels de haut niveau ont été organisés, au cours desquels des thèmes sont présentés au public présent et des séries de questions-réponses débattues. Tout cela, affirme le Directeur Kéita, pour mettre l’exploitation minière au Mali en avant.

« Pendant ces journées, les résultats attendus sont multiples. D’un côté que les maliens sortent gagnants du secteur minier et de l’autre côté qu’il y ait des critiques et des recommandations pour qu’au niveau national qu’on essaye de voir quels sont les défis à notre niveau et les recommandations qu’on devrait faire pour améliorer ce secteur » a exposé le directeur national de la Géologie et des Mines. Sans manquer d’indiquer qu’au nombre des difficultés que le secteur minier rencontre, il y’a le problème de l’orpaillage illégal contre lequel, le Gouvernement est en train de mener une lutte implacable. « On est en train de voir quels sont les voies et moyens qu’on doit mettre en œuvre pour mettre de l’ordre dans cette activité » a expliqué M. Kéita. Adama Tounkara (stagiaire)

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Mali, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here