STAMP+ : 75 000 éleveurs des régions du Nord et du Centre impactés par le projet

STAMP+ : 75 000 éleveurs des régions du Nord et du Centre impactés par le projet
STAMP+ : 75 000 éleveurs des régions du Nord et du Centre impactés par le projet

Africa-PressMali. La SNV, Organisation Néerlandaise de Développement, a présenté, ce jeudi 17 décembre, au cours d’une conférence de presse dans un hôtel de la place, les objectifs et les résultats préliminaires de la mise en œuvre du projet Sustainable Technology Adaptation for Mali’s Pastoralists (STAMP+).
« Renforcer la résilience des éleveurs -pasteurs et agro-pasteurs dans les régions Gao, Ménaka, Kidal, Tombouctou et Mopti ». Tel est l’objectif principal du projet STAMP+. En partenariat avec Orange Mali, le projet a mis à la disposition des éleveurs un service d’informations dénommé GARBAL. A partir d’un appel ou une requête USSD, les éleveurs des localités citées ont accès aux informations suivantes : la disponibilité et la qualité de la biomasse, la disponibilité des eaux de surface, la concentration de bétail et les prix sur le marché.
Changement climatique et élevage…
Depuis toujours, la mobilité du bétail en zone sahélienne est la norme pour les éleveurs afin de faire face aux caprices du climat et à la production fourragère imprévisible. « Le changement climatique accentue les contraintes des éleveurs avec son corolaire d’augmentation des températures et la baisse de la production des pâturages. Tout cela conduit à moins de résilience des systèmes pastoraux », a indiqué Thomas Sommerhalter, gestionnaire du projet STAMP+. STAMP+ est la deuxième phase de projet STAMP. Elle est financée par le Royaume des Pays-Bas et la Coopération Suisse pour une durée de trois ans (2019 – 2021).
Aujourd’hui, STAMP+ a développé des informations disponibles sur le web ou accessibles par appel ou par messagerie automatique. Déjà, 75 000 éleveurs ont eu recours au service GARBAL. Un système qui a suscité l’intérêt au plan sous régional et des projets similaires sont en cours de mise en œuvre au Burkina et au Niger. Dans les prochaines semaines, a annoncé le gestionnaire du projet STAMP+, « des informations sur les infrastructures pastorales, sur l’exploitation et la santé animale seront aussi disponibles ».
« L’une des difficultés, c’est que la couverture en réseau télécom n’est pas disponible dans plusieurs localités du Nord et du Centre », a souligné Abdoul Aziz Ag Alwalid, éleveur et coordinateur des programmes de l’ONG TASSAGHT. A 50 F, le coût d’une requête USSD pour GRABAL, Abdoul Malick Diallo, représentant d’Orange Mali estime que « tout est une question d’économie d’échelle ». Pour l’instant, explique-t-il, le nombre d’utilisateurs du service ne permet pas de générer suffisamment de ressources pour l’entretien et la prise en charge du centre d’appel et de messagerie. «50 F, c’est un tarif social, subventionné par le projet STAMP+ », a-t-il assuré.
Mamadou TOGOLA/maliweb.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here