Trafic fluvio-maritime : «Le Mali n’est pas un pays enclavé», dixit Bréhima Traoré

3
Trafic fluvio-maritime : «Le Mali n’est pas un pays enclavé», dixit Bréhima Traoré
Trafic fluvio-maritime : «Le Mali n’est pas un pays enclavé», dixit Bréhima Traoré

Africa-PressMali. «Le Mali, n’est pas un pays véritablement enclavé, comme enregistré dans les manuels scolaires maliens, nous avons un accès à la mer par le fleuve Sénégal. Il est consacré dans les Résolutions de la Conférence de Berlin, depuis le 25 février 1885, en ses articles 26, 27 et 28», selon Bréhima Traoré, inspecteur du trésor à la retraite.

Pour lui, le Mali a accès à l’océan atlantique à travers le fleuve Sénégal. Il estime que Le Port fluviomaritime de Kayes existait jusqu’au 20 août 1960. Le trafic était très florissant, avec le prolongement des Bateaux fluviomaritimes Occidentaux.

A ses dires, le qualificatif donné par les Occidentaux à Kayes, de Port Fluviomaritime n’est pas choisi au hasard. C’était un Port où mouillaient des Bateaux de mer, battant pavillon : « COMPAGNIE PAQUET, « COMPAGNIE LAFARGUE », « COMPAGNIE MAUREL ET PROM », « COMPAGNIE DES MESSAGERIES MARTIMES AFRICAINES ». Parmi les Bateaux généralement affrétés par ces Compagnies, ajoute-t-il, il y avait : CAP LOPEZ ; BORGNIS DESBORDES ; GALLIENI ; ARCHINARD ; BANI.

«Aucun pays, aucune frontière, ne sépare le Soudan Français de l’Océan Atlantique, par le fleuve Sénégal, version retenue dans les Articles 26, 27 et 28 des Résolutions de la Conférence de Berlin du 25 Février 1885. Le Port fluviomaritime de Kayes a vécu un embouteillage des bateaux, pour le débarquement de nos denrées de premières nécessités, commandées à l’extérieur, par des Sociétés Commerciales installées au Soudan Français, et qui animaient ce trafic fluviomaritime, jusqu’en Août 1960. Elles étaient toutes françaises et Syro Libanaises. Il s’agissait, entre autres, de : MAUREL et PROM, VEZIA, SCOA, CHAVANNEL, DEVEZ ET CHAUMET, BUHAN ET TEYSSERES, PEYRISSAC, CHARBONNAUD, MANUTENTION AFRICAINE. ». A-t-il expliqué.

Avant de préciser que: «Cet accès à la Mer permettait, à ces Sociétés Commerciales Françaises, l’exportation en Occident, de nos matières premières, et l’importation, au Soudan Français, de leurs produits manufacturés. L’arachide partait du Port de Kayes, directement à Bordeaux ; Les Archives Administratives du Soudan Français partaient directement à Nantes ; La Gomme Arabique, dont le Soudan Français était à la tête du peloton des pays exportateurs mondiaux, à l’époque, partait directement à Marseille».

A en croire M. Traoré, le volume des opérations portuaires, à l’arrêt brutal du trafic, au Port fluviomaritime de Kayes, s’élevaient à 125 000 Tonnes, information tirée de la base de données de l’Organisation pour la Mise en Valeur du Fleuve Sénégal (OMVS).

Cependant, dit-il, ce qu’il faut faire comprendre au Maliens, ce que, ce trafic fluviomaritime au Port de Kayes, a été victime d’un blocage, au lendemain des Indépendances, déroutant ainsi, tous les bateaux, vers les Ports d’Abidjan, de Dakar, de Lomé, de Cotonou, de Conakry, alors que nos produits nous étaient livrés, par bateau, directement jusqu’à Kayes.

Il demande aux autorités de revoir le traitement réservé par l’OMVS, au Programme « aménagement du fleuve Sénégal », décidé depuis sa création, il y a 49 ans, mais confronté à des difficultés de financement. Selon lui, cet argument a toujours été opposé au Mali, chaque fois que l’attention de l’Organisation a été attirée sur le retard dans le traitement du dossier.

« Cet aménagement du fleuve Sénégal », favorable à notre désenclavement, a des effets indésirables chez les autres Etats Membres, dont l’abandon de leur Port, par les Opérateurs Economiques Maliens, au profit de leur Port de proximité, Ambidédi (Kayes). Le volume des opérations effectuées par les opérateurs économiques maliens, au niveau des Entrepôts du Mali, situés dans ces Ports Côtiers, est éloquent et suffisant pour appuyer cette inquiétude des autres Etats Membres de l’OMVS. Faisons en sorte que les leviers de l’économie malienne ne soient pas tenus par les auteurs de l’effondrement du Mali. Cherchons-les parmi les Acteurs compétents, ayant l’esprit patriotique avéré. Bonne chance pour les dirigeants actuels», a-t-il laissé entendre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here