Une pétition réclamant la tenue d’une conférence extraordinaire à L’URD divise : Mamadou Igor Diarra appelle au consensus et à la cohésion

2
Une pétition réclamant la tenue d’une conférence extraordinaire à L’URD divise : Mamadou Igor Diarra appelle au consensus et à la cohésion
Une pétition réclamant la tenue d’une conférence extraordinaire à L’URD divise : Mamadou Igor Diarra appelle au consensus et à la cohésion

Africa-PressMali. Rien ne va plus au sein de la formation politique de Feu Soumaila Cissé. Les cadres et militants sont à Hue et à Dia, ils sont divisés entre la tenue ou non d’une conférence nationale extraordinaire pour remembrer le Bureau Exécutif National de l’URD et surtout mettre quelqu’un à la place de leur président rappelé à Dieu. Dans ce combat avec une arrière-pensée politique, deux camps se battent pour le contrôle de l’appareil du parti afin d’assouvir leurs ambitions, celui de Me Demba Demba Traoré et le camp de Boubou Cissé. Mais dans ce tohu-bohu, un vice-président du parti et non moins potentiel candidat à la présidentielle, Mamadou Igor Diarra appelle au consensus, à l’unité et à la cohésion afin de préserver les précieux acquis que Soumaïla Cissé et ses camarades ont réalisé. Igor sera-t-il entendu ? Les cadres URD vont-ils mettre en lambeaux le bel héritage légué par son charismatique Président, Soumaïla Cissé ? Et si chaque révisait sa position afin de trouver une solution médiane ?

Les jours ou semaines à venir seront très déterminants dans la vie du parti de la poignée des mains. Pris dans un tourbillon violent, l’URD risque de sortir très affaibli de cette dure épreuve et qui du coup réduirait ses chances d’accéder au pouvoir, alors même que le vent lui est favorable. Une pétition entre les mains d’un huissier assermenté circule entre les membres du BEN-URD réclamant la tenue d’une conférence extraordinaire pour remembrer le Bureau dont plusieurs postes sont vacants y compris celui du Président Soumaïla Cissé.

Les partisans de la tenue d’une conférence extraordinaire pensent que le parti n’est pas bien dirigé par le Pr Salikou Sanogo qu’ils soupçonnent d’ailleurs d’être un homme de clan. Gouagnon Coulibaly et Amadou Cissé dit Djadjiri, les deux têtes de proues des frondeurs affirment haut et fort que le premier vice-président, Salikou Sanogo n’est pas capable de diriger l’URD et qu’il serait même dans des manœuvres dilatoires pour imposer Me Demba Traoré comme candidat du parti à la prochaine présidentielle, alors même que ce dernier n’a ni le charisme, ni les moyens financiers et ne serait pas un rassembleur.

Comme une réponse du berger à la bergère, les partisans de Me Demba Traoré ont répliqué en disant que ceux qui se battent pour la tenue de la conférence nationale extraordinaire ont un agenda caché, celui de faire de l’ancien Premier ministre Boubou Cissé le candidat de l’URD. Pour Me Demba Traoré et ses partisans la candidature de Boubou Cissé serait une insulte à la mémoire de Soumaila Cissé dont le parti s’est battu contre un régime dont Boubou Cissé était une des figures de proue. Ils pensent également que le bilan catastrophique qui est celui d’IBK et de Boubou Cissé ne peut pas permettre à l’URD de faire de Boubou Cissé son candidat au risque d’avoir toutes les forces sociopolitiques contre le parti. Me Demba Traoré et ses partisans renchérissent en disant que les partisans de la conférence extraordinaire font un procès d’intention à Salikou Sanogo, qui est la caution morale du parti et est neutre dans le combat pour le choix du candidat à la présidentielle.

Alors que les deux camps, celui de Me Demba Traoré et le camp de Boubou Cissé, se donnent en spectacle, un des vice-présidents de l’URD en l’occurrence Mamadou Igor Diarra et non moins potentiel candidat à la candidature du parti de la poignée des mains, appelle au consensus, à la cohésion et à l’unité, vertus indispensables pour gagner la prochaine bataille présidentielle. Joint par téléphone, Mamadou Igor Diarra se dit favorable à un large consensus et appelle à la retenue pour ne pas mettre à l’eau les précieux acquis du parti. Pour Igor, la solution pourrait être une conférence nationale tout court en lieu et place de celle extraordinaire qui divise déjà, et cela pour permettre de corriger les nombreux dysfonctionnements et pourvoir les postes vacants si nécessaires.

Pour Igor, nul n’a intérêt à ce que le parti soit divisé et tous les militants et cadres ont leur place en son sein pour préserver les acquis et mettre en œuvre son programme. Son souhait le plus ardent est de voir le parti uni et soudé à bloc pour aborder les futures échéances électorales. Mamadou Igor Diarra dit que si son parti n’est pas divisé, il remportera toutes les élections prochaines.

Le vice-président Mamadou Igor Diarra sera-t-il entendu ? La réponse, c’est dans quelques jours ou semaines car la pétition continue et selon nos dernières informations ils seraient entre 102 et 104 membres du BEN à avoir apposé leurs signatures sur un nombre de 179 nécessaires pour atteindre les 2/3. Le réalisme va-t-il l’emporter sur la passion ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here