le parti SADI condamne « les allégations de complot contre la transition » attribuées à Oumar Mariko

3
le parti SADI condamne « les allégations de complot contre la transition » attribuées à Oumar Mariko
le parti SADI condamne « les allégations de complot contre la transition » attribuées à Oumar Mariko

Africa-Press – Mali. Alors qu’il reste introuvable depuis sa convocation par la brigade d’investigation judiciaire de Bamako, l’ancien leader estudiantin, Oumar Mariko et l’imam Mahmoud Dicko, en séjour spirituel en Arabie Saoudite, sont au cœur d’une nouvelle polémique « de complot contre la transition ». Le bureau politique du parti SADI condamne et apporte un démenti catégorique.

Le bureau politique du parti SADI, dans un communiqué signé le 22 avril 2022, s’insurge contre ces allégations, contenues dans une vidéo qu’il qualifie de montage. « Un montage vidéo circule sur les réseaux sociaux dans lequel, un nommé Fadjigui Traoré affirme détenir le contenu d’une conversation téléphonique entre l’imam Mahmoud Dicko et le Dr Oumar Mariko, Président du Parti SADI dans laquelle les deux personnalités, ayant vainement tenté de freiner sans succès la marche en avant de la Transition, ont mis au point un nouveau plan de liquidation physique de son Président, le Colonel Assimi Goita », explique le parti dans ce communiqué. Lequel poursuit que le scenario mis au point, selon l’auteur de l’audio, est le fruit d’une action concertée entre l’Imam Mahmoud Dicko et le Dr Oumar Mariko.

Le parti SADI explique que l’auteur de cette vidéo assure détenir « les extraits audio de leur conversation téléphonique, dans un premier temps, une invitation officielle que les autorités émiratis adresseraient au Président de la Transition pour se rendre au Qatar afin de renforcer la dynamique coopération entre nos deux pays » et qu’une fois sur place, « le Président de la Transition serait séquestré, voire empoisonné ».

Toujours dans le communiqué, le parti dirigé par Oumar Mariko affirme que l’auteur de la vidéo a accusé l’imam Mahmoud Dicko d’avoir « reçu du Royaume d’Arabie Saoudite, la somme astronomique de 50 Milliards de FCFA dont la somme de 20 milliards de FCFA prélevée et envoyée aux représentants du Parti SADI, basés en Côte-d’Ivoire, afin d’alimenter la rébellion djihadiste aux frontières Sud du Mali ». En s’appuyant sur ses allégations, le bureau politique deSADI estime que le nommé Fadjigui Traoré, à l’origine de ces propos, soutient que « le Royaume d’Arabie Saoudite et le Qatar sont les principaux soutiens financiers des groupes armés terroristes qui sévissent au Mali ». Accusations infondées

Le bureau politique du parti SADI dit se porter en faux contre ces allégations incriminant son président, Dr Oumar Mariko. La formation condamne ces « accusations infondées montées de toutes pièces »,dans le but de salir l’honorabilité et la réputation du Parti SADI et de son Président. De plus, le parti dénonce un « lynchage médiatique et l’instrumentalisation des émotions » par des « vidéomans » qui, selon le parti, polluent les réseaux sociaux, racontent des énormités, appellent au meurtre de ceux qui ne partagent pas la « vérité des princes du jour », sous le regard bienveillant d’une justice aux ordres. Le parti de Oumar Mariko déplore l’absence d’une réponse du Procureur de la République afin d’apporter toute la lumière sur une si grave accusation dont il se dit victime.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Mali, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here