Grande commission mixte de coopération Guinée-Mali : Une feuille de route élaborée pour booster la coopération bilatérale

2
Grande commission mixte de coopération Guinée-Mali : Une feuille de route élaborée pour booster la coopération bilatérale
Grande commission mixte de coopération Guinée-Mali : Une feuille de route élaborée pour booster la coopération bilatérale

Africa-Press – Mali. Conakry a abrité, du 15 au 17 novembre 2022, les travaux de la 9e session de la Grande commission mixte de coopération Guinée-Mali. Ils se sont déroulés sous la conduite du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI) et celui des Affaires étrangères, de la Coopération internationale, de l’Intégration africaine et des Guinéens de l’étranger, respectivement M. Abdoulaye Diop et Dr Morissanda Kouyaté.

Cette 9e session de la Grande commission mixte de coopération Guinée-Mali a donné lieu (du 15 au 17 novembre 2022) à «des échanges de qualité et à des discussions franches» entre des hauts fonctionnaires et des responsables du secteur privé des deux pays. Selon le Bureau de l’information et de la presse du MAECI, «les travaux ont permis de faire l’état des lieux de la coopération bilatérale et ont abouti à des fortes recommandations et engagements sur les questions de coopération politique, diplomatique, judiciaire, sécuritaire, de défense, économique, commerciale, de développement scientifique, technique, culturelle et sociale».

Ainsi, pour donner plus de «vitalité à la coopération bilatérale», les deux parties ont élaboré une feuille de route de l’ensemble des activités devant être tenues durant les deux années à venir. Les travaux ont abouti à la signature de cinq accords de coopération, quatre conventions et deux mémorandums. Il s’agit, entre autres, des accords de coopération dans les domaines du commerce ; de la sécurité et de la protection civile ; de la santé ; des mines, de la géologie, de l’exploration minérale et de l’énergie ; de la pêche. Les conventions portent sur l’extradition ; l’entraide judiciaire en matière pénale et en matière civile et commerciale ; le transfèrement des condamnés. Quant au mémorandum d’entente, il porte sur la coopération en matière de gouvernance migratoire et d’intégration africaine.

Par rapport aux questions politiques, diplomatiques ainsi que de justice, de défense, de sécurité et d’Administration du territoire, les deux parties ont souligné la nécessité de «renforcer leur concertation bilatérale afin de promouvoir une coopération sous régionale efficace susceptible de garantir la paix, la stabilité, la sécurité et le développement dans la sous-région». Elles ont en outre convenu de «l’institutionnalisation des rencontres périodiques entre les autorités transfrontalières des deux pays et l’organisation de patrouilles conjointes pour sécuriser les populations frontalières».

Le Mali et la Guinée se sont engagés à dynamiser davantage leurs échanges commerciaux et à encourager les opérateurs économiques des deux pays à renforcer leurs relations d’affaires. A cet effet, elles ont convenu de la tenue régulière des semaines commerciales et économiques dans les deux pays. Ils ont également salué les avancées significatives des travaux d’aménagement visant à faire du Port de Conakry, la principale infrastructure portuaire de transit des marchandises maliennes. A cet effet, le gouvernement guinéen est disposé à accorder les facilités y afférentes. Par ailleurs, les deux Etats ont convenu de «mutualiser leurs efforts» pour la recherche de financements en vue de la construction de la ligne ferroviaire à écartement standard sur le corridor Conakry-Bamako.

Le Mali et la Guinée ont également reconnu l’existence d’énormes potentialités minières, énergétiques et hydrauliques dans les deux pays et ont convenu de poursuivre leur coopération, à travers des démarches conjointes pour la réalisation de, entre autres, la cartographie géologique et minière des zones frontalières des deux pays ; la signature de la déclaration conjointe du barrage à buts multiples de FOMI, comme ouvrage d’intérêt commun pour la République de Guinée et la République du Mali.

En marge de la 9e session de la Grande commission mixte Guinée-Mali, de nouvelles infrastructures ont été inaugurées au port de Conakry par le président de la Transition de la Guinée, Colonel Mamadi Doumbouya. Les aménagements inaugurés concernent la pénétrante routière d’environ 4 km ainsi que du parking de stationnement de 1 200 camions, dont un espace de 250 places dédiées uniquement aux camions maliens. Sans oublier une auberge moderne de 70 lits pour les chauffeurs maliens.

Pour le ministre de l’Industrie et du Commerce, Mahamoud Ould Mohamed, «l’accès au port de Conakry est une question stratégique pour notre commerce…». Il a ajouté que le développement des infrastructures d’appui au commerce (routes, chemins de fer, port sec, entrepôts) et l’accès au port de Conakry constituent «des questions stratégiques pour le renforcement des rapports commerciaux entre le Mali et la Guinée».

Pendant son séjour, la délégation malienne a été reçue en audience par le président de la Transition de la Guinée, Colonel Mamadi Doumbouya, jeudi dernier (17 novembre 2022). Le ministre Abdoulaye Diop et son homologue guinéen, Dr. Morissanda Kouyaté, lui ont rendu compte «des importants résultats atteints» lors des travaux de la Grande commission mixte, notamment les dix accords signés ainsi que les engagements pris en vue de «favoriser la concrétisation des projets à impact direct et durable en faveur des populations des deux pays».

En marge de cette Grande commission mixte Guinée-Mali, la délégation malienne a rencontré la communauté malienne établie en République de Guinée. Les échanges ont porté sur la situation sociopolitique au Mali, les conditions de vie de nos compatriotes en Guinée, leurs préoccupations majeures ainsi que leur participation active pour le développement socioéconomique du Mali.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Mali, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here