MALI, VOICI POURQUOI LES 46 MILITAIRES IVOIRIENS N’ONT PAS ÉTÉ LIBÉRÉS SAMEDI

13
MALI, VOICI POURQUOI LES 46 MILITAIRES IVOIRIENS N’ONT PAS ÉTÉ LIBÉRÉS SAMEDI
MALI, VOICI POURQUOI LES 46 MILITAIRES IVOIRIENS N’ONT PAS ÉTÉ LIBÉRÉS SAMEDI

Africa-Press – Mali. Les nouvelles étaient pourtant bonnes pour les militaires ivoiriens incarcérés au Mali si l’on s’en tient à certaines sources diplomatiques qui annonçaient leur retour à Abidjan le samedi 8 octobre 2022. Mais hélas, Bamako et Abidjan n’ont pas pu tomber d’accord sur certains points pour la libération des 46 militaires.

Au terme des dernières négociations dans cette crise ivoiro-malienne, tout était mis en place pour que le reste des 49 soldats ivoiriens arrêtés à l’aéroport de Bamako depuis le 10 juillet soit remis en liberté, le samedi 8 octobre 2022.

Selon plusieurs informations, confirmées par nos sources, Abidjan et Bamako ne sont pas parvenus à se mettre d’accord sur le lieu où seraient remis les 46 soldats ivoiriens emprisonnés depuis trois mois au moment de leur libération.

C’est d’ailleurs ce blocage qui a été abordé le 6 octobre à Abidjan, au cours d’un entretien entre Alassane Ouattara et son homologue togolais Faure Gnassingbé. Le président togolais, il faut le rappeler, est le médiateur dans “ce dossier qui empoisonne les relations entre les deux voisins ouest-africains. À cette rencontre, le directeur de cabinet de Ouattara, Fidèle Sarassoro, impliqué dans les négociations, de même que le ministre d’État, ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara, étaient présents. C’est la première fois que les deux chefs d’État qui discutaient jusqu’ici par téléphone ont abordé directement ce dossier”, précise le confrère panafricain Jeune Afrique.

Des sources proches du président ivoirien Alassane Ouattara, indiquent par ailleurs que c’est Lomé, qui a été choisi pour accueillir ces éléments des forces de défense et de sécurité ivoirienne, comme ce fut d’ailleurs le cas pour les 3 soldats, membres du contingent arrêté à leur descente d’avion début septembre.

Les premières négociations ouest-africaines avaient permis la libération de ces 3 femmes soldates, samedi 3 septembre, sur les 49 militaires initialement arrêtés et placés sous mandat de dépôt par la justice malienne.

Mercredi à Abidjan, le chef de l’État ivoirien s’est montré très confiant quant à la libération prochaine des 46 autres. Alassane Ouattara s’exprimait sur la question après sa rencontre avec le président togolais Faure Gnassingbé.

Il y a huit jours, une mission de haut niveau dépêchée au Mali par la Cédéao a rencontré le chef de la junte militaire au pouvoir à Bamako, le colonel Assimi Goïta, pour tenter de dénouer la crise diplomatique avec la Côte d’Ivoire.

“Les choses vont s’arranger par la volonté de Dieu”, avait alors dit un haut responsable malien à un correspondant de l’AFP sous le couvert de l’anonymat. Invoquant les efforts de différents intervenants, il avait ajouté: “Nous n’allons pas les décevoir“.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Mali, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here