Plan national de riposte sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA : Le Mali suspend

12
Plan national de riposte sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA : Le Mali suspend
Plan national de riposte sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA : Le Mali suspend

Africa-Press – Mali. Suite à la levée des sanctions économiques et financières de la CEDEAO et de l’UEMOA, imposées au Mali, les autorités de la Transition ont suspendu l’application de leur plan national de riposte auxdites sanctions.

La 61ème Session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), tenue à Accra au Ghana le 03 juillet 2022, s’est soldée par la levée des sanctions économiques et financières.

Cette décision de levée des sanctions est en rapport avec l’arrêté économique et financier imposé le 9 janvier 2022, la fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les États membres de la CEDEAO et le Mali, la suspension de toutes les transactions commerciales et financières entre les États membres de la CEDEAO et le Mali, le gel des avoirs de la République du Mali ainsi que celui des entreprises publiques et parapubliques, domiciliées dans les banques commerciales de tous les Etats membres de la CEDEAO, et la suspension de toutes les aides financières et transactions en faveur du Mali par les Institutions Financières de la CEDEAO, notamment la BIDC et la BOAD.

Une litanie de mesures auxquelles s’ajoute le rappel pour consultations par les Etats membres de la CEDEAO de leurs Ambassadeurs accrédités au Mali. La Conférence des Chefs d’Etat explique cette levée de sanctions par des avancées notables dans la gestion de la Transition, notamment la promulgation, le 24 juin 2022, d’une nouvelle loi électorale mettant en place, entre autres, un organe unique de gestion des élections, dénommé Agence Indépendante de Gestion des Elections (AIGE), la publication du calendrier de transition soumis par l’Autorité de transition qui prévoit une durée de 24 mois à compter du 29 mars 2022 et dont les étapes conduiraient à des élections et au rétablissement d’un régime civil, notamment la réforme constitutionnelle.

Via son communiqué N°033 du lundi 4 juillet 2022, le gouvernement de la transition dit noter, avec satisfaction, « une convergence de vues ayant permis de parvenir à un compromis et la prise en compte des demandes fortes du Peuple malien, à savoir la nécessité de mener des réformes politiques et institutionnelles avant d’organiser des élections ».

« En application du principe de réciprocité, le Gouvernement de la Transition, décide de suspendre l’application de son plan national de riposte aux sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA, adopté le 09 Janvier 2022 », indique le Porte-parole du Gouvernement, Colonel Abdoulaye Maïga, Ministre de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

Témoignant de ses gratitudes envers les uns et les autres, le Gouvernement malien salue le sacrifice et la résilience du peuple malien qu’il remercie, après sept mois de sanctions illégales, illégitimes et inhumaines contre le Mali.

Les mêmes gratitudes sont allées à certains pays amis et partenaires, ainsi que des autres Peuples africains et hors de l’Afrique pour leur élan de solidarité envers le Mali, durant période sombre de l’histoire de l’intégration régionale.

« Le Mali n’oubliera pas la solidarité agissante de SE le Colonel Mamady DOUMBOUYA, Président de la Transition, Chef de l’Etat de la République de Guinée, qui conscient de la profondeur des liens séculaires de fraternité qui unissent nos deux Peuples, a pris la décision courageuse de permettre au Mali d’avoir une ouverture sur le monde à partir de ses ports.

A SE le Président Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani de la République Islamique de Mauritanie et au Peuple frère de la Mauritanie, nous exprimons notre profonde gratitude pour son soutien fraternel et inconditionnel à l’endroit du Peuple Malien ; Au Président Abdelmadjid Tebboune de la République Algérienne Démocratique et Populaire et au Peuple Algérien frère, le Mali réitère sa reconnaissance infinie pour son soutien indéfectible », peut-on lire dans le communiqué.

Fidèle à son engagement panafricain, précise le porte-parole du Gouvernement malien, le Mali continuera d’œuvrer à la réalisation de l’unité africaine, l’intégration régionale et au renforcement des liens de solidarité, de fraternité, d’amitié, de bon voisinage et de coopération avec les autres peuples Ouest Africains et Africains.

Tout en exprimant sa profonde reconnaissance à toutes les bonnes volontés qui se sont mobilisées pour la levée de l’embargo contre le Mali, le Gouvernement de la Transition appelle à la solidarité africaine pour œuvrer ensemble à la réussite du processus de refondation de l’Etat malien.

Par ailleurs, le Gouvernement a saisi l’occasion pour remercier très chaleureusement SE Goodluck Ebele JONATHAN, Médiateur de la CEDEAO pour le Mali ainsi que SE le Président Faure Essozimna GNASSINGBE, Président de la République Togolaise, pour leurs efforts inlassables ayant permis d’arriver à un accord.

« Conformément à la vision de SE le Colonel Assimi GOÏTA, Président de la Transition, Chef de l’Etat, de rétablir un ordre constitutionnel, gage de paix, de stabilité et de bonne gouvernance, le Gouvernement prend l’engagement de tout mettre en œuvre pour réaliser les objectifs de la Transition attendus par le Peuple malien », a conclu colonel Abdoulaye Maïga.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Mali, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here