Vie Politique au Mali : Que veut l’Imam Mohamoud Dicko ?

1
Vie Politique au Mali : Que veut l’Imam Mohamoud Dicko ?
Vie Politique au Mali : Que veut l’Imam Mohamoud Dicko ?

Africa-Press – Mali. Maliens et maliennes, soyons vigilants face aux restaurateurs qui se préparent encore avec une autre stratégie pour freiner la refondation du Mali et revenir aux affaires. Je n’aime pas me prononcer sur les positions des hommes de cultes, sur quelque terrain qu’ils s’affichent.

Cependant en voyant , comprenant et analysant ce qui se prépare à l’horizon comparable à une connexion indirecte entre un influent homme de culte et des instigateurs du régime pour faire croire à la CEDEAO que le peuple malien est contre les autorités actuelles de la transition, est une forme de tentative de récupération et de restauration. Les maliens doivent le comprendre pendant qu’il est temps pour éviter à notre pays de sombrer encore dans un chaos total.

Comment voir un homme de culte qui fut récemment qualifié par un ancien premier du Mali d’un imam hybride, surtout que ce dernier après les événements du 18 août 2020 pensait avoir tout gagné et crié très tôt victoire. Les enseignements sont là. Tout se répète dans la vie mais pas exactement la même manière. Et l’homme de culte doit le savoir surtout qu’il avait déclaré être retourné dans sa mosquée ce qui jusqu’ici ne l’a pas empêché de s’attaquer indirectement aux nouvelles autorités lors de ses prêches de vendredi dans sa mosquée.

Les maliens ne sont-ils pas avertis par les postures de cet imam faiseur de roi et avec une ambition de diriger le Mali dans un proche avenir, son véritable rêve.

Grand manipulateur d’opinions, dangereux, et très stratégique, il pense maintenant que la viande est pourrie et qu’il ne reste plus que l’odeur en témoignent les multiples préavis de grèves syndicaux, les sanctions de la CEDEAO, les durcissements de positions au sein de la classe politique sur la tenue des assises nationales de la refondation du Mali…. Il annonce une cérémonie de prière pour le Mali , qui sera conclue avec une conférence de presse le dimanche 28 novembre prochain à Djicoroni à quelques encablures de son institut de lobyying.

Et si l’imam était de connexion avec certains hommes politiques restaurateurs de surcroît qui ne supportent pas la perte de leurs privilèges quand ils étaient aux affaires et avec plusieurs régimes dont ils ont contribué à leur échec. Et si cette connexion serait rétablie avec le Parena, qui sans risque de se tromper ressemble en ce moment à un parti politique qui se résume à son seul Bureau Politique National. Depuis les évènements de mai 2021, pour la rectification de la Transition et avec la volonté affichée des nouveaux occupants des lieux , et qui sont incarnés par de jeunes officiers sans état d’âme d’assainir un peu les arcanes , que certains hommes politiques et de surcroît pourfendeurs de l’ancien régime démocratique de l’ex président Ibrahim Boubacar Kéita, mécontents de leurs postures actuelles, sont vent debout contre la réussite de la transition politique en cours.

Pour illustrer cette affirmation , il suffit de lire le communiqué en date du 2 novembre 2021 , via les réseaux sociaux du Parena dirigé par Tieblé Drame celui-là même que IBK qualifiait de fou du Palais de Koulouba quand il animait le boulevard de l’independance en se sucrant de la confiance de feu Soumaïla Cissé qu’il fini d’bandonner en plein vol. Aujourd’hui, il sort de son silence politique et refuse de prendre part aux processus de refondation en vue au Mali , malgré la main tendue du Chef d’Etat Assimi Goïta.Voilà qu’en lisant ce communiqué, on s’aperçoit qu’à chaque fois que les responsables de ce parti du bélier blanc sont oubliés dans leur silence, ils ont la ruse et la méthode de procéder par un plan machiavélique aux fins d’obtenir un poste gouvernemental ou international afin de se taire . N’oublions pas que c’est avec la même méthode qui avait valu à Tieblé Dramé d’intégrer le gouvernement de l’ancien pouvoir démocratique au poste de chef de la diplomatie malienne. Il avait réalisé le rêve pour lui. Et mieux, même absent dans le gouvernement de transition rectifié en mai 2021, Tieblé Dramé était devenu muet comme carpe , car son épouse était invitée au banquet.

Au moment le plus difficile de l’existence du Mali , Tieblé Drame et son parena sans conviction politique et surtout sans base électorale, se sentant mis dans les oubliettes , ne bénéficiant plus des mêmes privilèges à lui accordés par l’Etat en son temps, mais étant aujourd’hui dans le besoin , il refait surface avec ses coups de gueule .

Oui c’est cela la politique et la gestion de la démocratie à la malienne, pour ne pas dire l’homme politique en mission pour la CEDEAO. Nos sois disants grands partis politiques en réalité ne sont que des moutons de panurges, car il suffit que la Communauté internationale s’aligne pour les voir s’aligner derrière elle. Le Mali a changé, on ne fait pas son temps et vouloir faire le temps d’autrui. Ils nombreux parmis ces restaurateurs des responsables et leaders qui doivent avoir honte aujourd’hui car ayant volé, et enfoncé le Mali dans cette crise depuis 1991.

Aujourd’hui un de leur rêve est que le Mali soit un pays isolé . Hier ils étaient comme chiens et chats, aujourd’hui avec le début réussit de la lutte contre la corruption et l’impunité, qui les menace, ils veulent se retrouver en devenant des amis de circonstances d’un bout de temps .

Les enseignements des 30 des années sont là, nous devons barrer le chemin aux restaurateurs. Pour notre époque, le premier exemple est le cas Amadou Aya Sanogo, le deuxième exemple est l’ancien président de la Transition issue des évènements du 18 août dernier, donc soyons vigilants et accompagnons les jeunes militaires qui sont sur le terrain politique malgré eux-mêmes afin de remettre le puzzle et permettre en fin l’instauration d’une vraie démocratie au Mali où il n y aura plus de coups d’état.

Gaoussou Kiassou Coulibaly, manifestant société civile lors des mouvements et assemblées générales animés par imam Mahmoud Dicko

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Mali, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here