Comme MTN, Airtel Africa subit de plein fouet la volatilité des taux de change

3
Comme MTN, Airtel Africa subit de plein fouet la volatilité des taux de change
Comme MTN, Airtel Africa subit de plein fouet la volatilité des taux de change

Folu Solomon

Africa-Press – Niger. Malgré des fondements qui restent solides, le groupe présent dans quatorze marchés sur le continent connaît un coup de frein dans la croissance de son chiffre d’affaires.

S’il reste le plus grand marché d’Airtel Africa, le Nigeria a perdu sa place de principale source de revenus pour le groupe de télécommunications au cours de l’exercice clos le 31 mars 2024. C’est la première fois qu’Airtel Africa gagne plus d’argent ailleurs qu’au Nigeria depuis sa cotation à la Bourse du pays, en 2019.

Le géant des télécoms, qui est actif dans quatorze pays du continent avec trois hubs géographiques, dont l’Afrique francophone, a enregistré une perte après impôts de 89 millions de dollars – contre un bénéfice de 750 millions de dollars l’année précédente – en raison de « vents contraires importants en matière de change », relatifs principalement à la dévaluation du naira. La monnaie nigériane est passée à 1 303 nairas pour 1 dollar américain en mars 2024, contre 461 nairas pour 1 dollar un an plus tôt.

L’Afrique de l’Est, première région en chiffre d’affaires

Les revenus au Nigeria ont chuté à 1,5 milliard de dollars, contre 2,12 milliards de dollars l’année précédente, alors que 2,12 milliards de dollars ont été générés par l’Afrique de l’Est, contre 1,93 milliard de dollars sur l’exercice précédent. En Afrique francophone, les revenus ont augmenté, passant de 1,2 milliard de dollars à 1,35 milliard de dollars.

Airtel a déclaré avoir constaté une forte demande sur le segment des données mobiles au Nigeria, ce qui a largement contribué à la croissance de 25,8 % du chiffre d’affaires à taux de change constant. Bien que sa base de clients ait augmenté de 5,3 % dans le pays, Airtel a déclaré qu’elle avait été affectée par l’exclusion de clients conformément aux directives de l’autorité de régulation « Know Your Customer ».

L’impact de la dévaluation du naira sur le chiffre d’affaires et le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (Ebitda) a été de 1 042 millions de dollars et de 554 millions de dollars respectivement, selon Airtel.

La Banque centrale du Nigeria a laissé le naira chuter jusqu’à 40 % le 14 juin 2023, avec l’effondrement de tous les segments du marché des changes en un seul et l’introduction d’un consentement de l’acheteur et du vendeur. Ces changements ont été salués par Airtel Africa, qui les a décrits dans un communiqué comme « une évolution positive vers un marché des changes nigérian plus stable ».

« Le marché s’attend à ce que la nouvelle politique de change et le réalignement ultérieur des différents taux de change du marché apportent une plus grande liquidité au dollar américain et contribuent à atténuer les défis rencontrés ces dernières années pour accéder au dollar américain sur le marché », a déclaré le groupe d’origine indienne.

La deuxième dévaluation du naira, en janvier de cette année, a néanmoins porté un nouveau coup dur aux revenus de l’entreprise de télécommunications. Le chiffre d’affaires de son groupe en devise publiée a diminué de 5,3 % à 4,98 milliards de dollars, et a augmenté de 20,9 % en devise constante, grâce à la fois à une croissance de la base de clients de 9 % et à une croissance moyenne du revenu par utilisateur de 10,7 %.

La société a déclaré que la dévaluation des devises, principalement au Nigeria et au Malawi, a entraîné 1,26 milliard de dollars de pertes sur les produits dérivés et les devises. Elle a précisé que 807 millions de dollars de ce montant ont été classés comme élément exceptionnel, dont 770 millions de dollars liés à la dévaluation du naira nigérian et 37 millions de dollars liés à celle du kwacha malawien. Elle a indiqué que les résultats en devises de l’exercice suivant continueront à refléter les vents contraires en devises enregistrés au cours de l’exercice 2024.

La plus forte croissance en mobile money

L’impact de la monnaie sur les revenus déclarés du Nigeria n’enlève rien à la force des opérations sous-jacentes de l’entreprise dans le pays, estime Tajudeen Ibrahim, directeur de la recherche et de la stratégie chez Chapel Hill Denham, basé à Lagos. « L’activité nigériane reste très forte car, à taux de change constant, la croissance du chiffre d’affaires a été beaucoup plus convaincante que celle de MTN Nigeria, par exemple, explique-t-il. La marge Ebitda de l’entreprise nigériane est également restée solide, bien au-delà de 50 %, ce qui démontre une performance fondamentalement forte en termes de devises constantes. »

Le mois dernier, les opérateurs de télécommunications du pays ont demandé l’autorisation d’augmenter leurs tarifs, dans un contexte économique de plus en plus défavorable qui a contraint de nombreuses industries à augmenter leurs prix.

Airtel a enregistré la plus forte croissance des revenus du mobile money, principalement grâce à la poursuite d’une forte performance en Afrique de l’Est, qui abrite le plus grand nombre d’utilisateurs d’argent mobile sur le continent. Le nombre de ses clients sur ce segment a augmenté de 20,7 % pour atteindre 38 millions, ce qui représente 24,9 % de sa clientèle totale, cette croissance étant attribuée à l’expansion de la distribution et à l’amélioration de l’offre.

« Notre licence PSB au Nigeria reste une opportunité pour le groupe. Cette année, nous avons accéléré notre stratégie d’acquisition de clients et notre base de clients est de 1,5 million de clients actifs. Nous continuons à construire l’écosystème pour augmenter la valeur de nos transactions », a déclaré la société.

Réduire l’exposition à la volatilité des devises

Selon Airtel, le mobile money continue d’être l’un de ses services à la croissance la plus rapide, avec une augmentation des revenus de 32,8 % sur l’ensemble de l’année et une part de 16,8 % des revenus du groupe. « Il s’agit d’une part de plus en plus importante de notre activité, avec plus de 112 milliards de dollars de valeur de transaction annuelle en devise déclarée », a ajouté la société, qui prévoit d’introduire Airtel Money en bourse d’ici à 2025.

« Notre approche rigoureuse de la réduction des risques de notre bilan et nos priorités en matière d’allocation de capital ont sensiblement réduit les risques que la dévaluation de la monnaie a fait peser sur notre activité », a déclaré le PDG, Olusegun Ogunsanya, dans le rapport sur les résultats.

Il a ajouté que les initiatives clés comprenaient la réduction de la dette en dollars américains dans toute l’entreprise et l’accumulation de liquidités au niveau de la société de portefeuille pour couvrir entièrement l’encours de la dette.

« Nous continuerons à nous efforcer de réduire notre exposition à la volatilité des devises. Au début du mois de mars, nous avons lancé notre premier programme de rachat d’actions, ce qui témoigne de la solidité de notre situation financière, a-t-il déclaré. L’opportunité de croissance qui existe sur nos marchés reste convaincante, et nous sommes bien positionnés pour saisir cette opportunité. »

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Niger, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here