Réunion du Comité interministériel de négociation avec les centrales syndicales représentatives : La date du 26 janvier 2022 retenue pour le début des négociations sur les points des doléances des travailleurs

3
Réunion du Comité interministériel de négociation avec les centrales syndicales représentatives : La date du 26 janvier 2022 retenue pour le début des négociations sur les points des doléances des travailleurs
Réunion du Comité interministériel de négociation avec les centrales syndicales représentatives : La date du 26 janvier 2022 retenue pour le début des négociations sur les points des doléances des travailleurs

Africa-Press – Niger. Le ministre de l’Emploi, du Travail et de la protection sociale Dr Ibrahim Boukary a présidé, hier après-midi dans la salle de banquets de la primature, la réunion du comité interministériel de négociation avec les centrales syndicales les plus représentatives. Cette rencontre a examiné plusieurs points inscrits à son ordre du jour. Il s’agit entre autres, de la lecture et l’amendement du compte rendu de la dernière réunion dudit comité qui remonte au 15 octobre 2020 ; l’examen des points inscrits dans la plateforme revendicative des centrales syndicales présentée le 1er mai 2021 à l’occasion de la fête des travailleurs ; l’examen et l’adoption d’un nouveau calendrier de travail ; etc. Cette réunion a vu ainsi la participation de plusieurs membres du gouvernement, des cadres du ministère de l’Emploi, du travail et la protection sociale et des secrétaires généraux des centrales syndicales les plus représentatives.

A l’ouverture de cette réunion, le ministre de l’Emploi, du travail et de la protection sociale a, au nom du gouvernement, exprimé sa satisfaction pour la reprise des travaux dudit comité en vue de relancer le dialogue et les négociations avec les partenaires sociaux. Dr Ibrahim Boukary a salué les travailleurs pour leur élan de compréhension et pour avoir contribué à la création d’un climat social apaisé au Niger. Il a réitéré l’engagement et la disponibilité du gouvernement à poursuivre le dialogue avec les centrales syndicales les plus représentatives en vue d’asseoir un climat apaisé dans le pays qui fait déjà face à d’autres défis, notamment l’insécurité, mais aussi pour trouver des solutions acceptables par tous par rapport aux points des doléances. Le ministre en charge de l’Emploi a ainsi invité les secrétaires généraux des différentes centrales syndicales à plus de disponibilité et de compréhension. «Il est indéniable que le dialogue social constitue le moyen le plus approprié pour instaurer la paix sociale, indispensable pour accroître la productivité et garantir le développement économique et social de tout pays. C’est pourquoi je me félicite du partenariat sincère qui existe dans les rapports avec les partenaires sociaux et je saisis cette occasion pour vous en féliciter», a déclaré Dr Ibrahim Boukary.

Cette réunion a été aussi l’occasion pour les différentes parties pour faire la revue de l’exécution des protocoles d’accord signés avec les centrales syndicales de travailleurs et apporter les réponses du Gouvernement aux préoccupations des travailleurs contenues dans les cahiers de doléances remis au gouvernement à l’occasion de la fête du 1er mai 2021, dans la perspective de la conclusion d’un nouveau protocole d’accord avec les centrales représentatives. Ainsi, la date du 26 janvier 2022 a été retenue de commun accord par les différentes parties pour la

prochaine réunion qui marquera le début des négociations sur les points des doléances des travailleurs.

Il convient de rappeler que le Comité Interministériel de Négociation avec les Partenaires Sociaux a été créé par arrêté n°0054/PM du

12 février 2014, modifiant

et complétant l’arrêté n°0206/PM du 26 août 2011, portant création, attributions et composition d’un Comité Interministériel de Négociation avec les Partenaires Sociaux. Ce Comité a pour entre autres missions d’assurer l’information régulière des partenaires sociaux en vue d’une meilleure compréhension des programmes et actions du Gouvernement ; de prévenir et, le cas échéant, régler les conflits ; de discuter des platesformes revendicatives des travailleurs, de négocier et de conclure des accords avec les partenaires sociaux ; de veiller au respect des accords signés avec les partenaires sociaux et d’en assurer le suivi régulier.

Ali Maman(Onep)

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Niger, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here