« La responsabilité des terroristes est et demeure individuelle »

Africa-PressNigeril s’est tenu à Ouallam un forum de dialogue entre Administration — Population. Cette rencontre qui intervenait dans un contexte particulier, marqué par deux attaques terroristes dans la région (le 2 janvier), a vu la participation de nombreuses autorités, dont le président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), le Général Mahamadou Abou Tarka.

Dans son allocution, l’officier des forces armées nigériennes a rappelé les défis sécuritaires auxquels le Niger fait face sur plusieurs fronts depuis plusieurs années. Il s’est attardé sur la situation particulière de la région de Tillabery. « Les difficultés de garantir la paix dans une zone comme celle du nord Tillabéry viennent du fait que c’est une zone frontalière ouverte sur le Mali ou l’État a malheureusement disparu. Il suffit aux terroristes, une fois leur forfait accompli, de s’enfuir dans les grands espaces du Nord Mali et d’attendre une prochaine occasion pour frapper fort au lieu et au moment de leur choix », a-t-il déclaré.

Continuant dans cet ordre d’idée, il a indiqué que la région de Nord Tillabéry est un foyer d’instabilité. Selon lui, « les mouvements extrémistes et identitaires qui écument le Nord du Mali ont rapidement étendu leurs activités dans le Nord et l’Ouest de la région de Tillabéry au Niger mais aussi dans le Nord et l’Est du Burkina Faso. Cette extension est facilitée par la présence de chaque côté de la frontière des mêmes communautés ».

Il a ensuite a tenu à rassurer les populations qui se sentent parfois marginalisées. « Dans notre République, la Stigmatisation des communautés n’a pas de Place (…) ; la Responsabilité des terroristes est et demeure Individuelle ».

Le président du HACP a également annoncé que l’État nigérien entendait au-delà de la réponse humanitaire, reprendre un contrôle total de toutes les zones passées sous domination des terroristes.

Notons que les attaques terroristes perpétrées sur les populations des localités de Toumour (région de Diffa) à la mi-décembre et de Tchomabangou et Zaroumadareye (région Tillabéry) le 2 janvier ont fait au total, 134 décès et affecté 5823 ménages.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here