Algérie – Niger : la réouverture de la frontière fait craindre davantage d’expulsions

5

Africa-PressNiger. Après un an de fermeture, le passage entre les deux pays est de nouveau autorisé. Ce qui pourrait augmenter, encore un peu plus, le nombre d’expulsions illégales de migrants d’Algérie vers le Niger.

Après plus d’un an de fermeture pour cause de coronavirus, la frontière entre l’Algérie et le Niger est de nouveau ouverte. L’annonce a été faite par le président algérien Abdelmadjid Tebboune lors d’un point de presse conjoint avec son homologue nigérien Mohamed Bazoum, en visite à Alger. Selon le chef d’état algérien, cette réouverture autorise “l’exportation des produits algériens vers le Niger et l’importation des produits nigériens”.

Mais force est de constater qu’elle remet aussi en lumière la question des migrants. Car l’endroit voit aussi passer, quotidiennement, de nombreux exilés expulsés illégalement d’Algérie. Selon les Nations unies, le pays – qui ne dispose pas de législation en matière d’asile malgré son attachement à la Convention de Genève sur le statut de réfugié – a depuis 2014, renvoyé des dizaines de milliers de migrants en situation irrégulière de l’autre côté de sa frontière.

“Toujours autant de camions” pendant la pandémie
Sa fermeture, actée le 17 mars 2020, n’y a rien fait : “le refoulement systématique des migrants depuis l’Algérie vers le Niger n’a pas cessé”, déplore Médecins sans frontières (MSF) dans un communiqué. Entre janvier et avril 2021, près de 4 370 personnes ont été emmenées par les forces de l’ordre algériennes jusqu’au “Point Zéro”, en plein désert, à proximité de la région nigérienne d’Agadez.

“Pendant la crise sanitaire, les ONG présentes sur place ont vu toujours autant de camions traverser la frontière en direction du Niger, chargés de migrants expulsés. Des hommes, des femmes, mais aussi des mineurs, de toute origine, “, confirme Lauren Seibert, chercheuse spécialiste des migrants et des réfugiés au sein de Human Rights Watch (HRW).

Sans aucun moyen de localisation ni personne pour les guider, les migrants sont abandonnés là par les autorités algériennes et doivent parcourir, à pied et souvent la nuit, les 15 kilomètres qui les séparent de la petite ville nigérienne d’Assamaka. Avec pour certains, une issue fatale.

Abdul, originaire de Sirerra Leone, a eu, lui, la chance d’arriver sain et sauf. “Ils nous ont emmenés dans le désert et nous ont laissés là en nous disant ‘la route vers le Niger, c’est cette direction’ », raconte-t-il à HRW. “Je n’avais pas de chaussures. J’ai marché pieds nus. Ça nous a pris cinq à six heures [pour arriver au Niger].”
Selon un recensement effectué par MSF, en 2020, plus de 23 175 migrants sont arrivés à Assamaka, qui compte un millier d’habitants permanents.

Avec la réouverture officielle de la frontière, le nombre d’expulsions pourrait “augmenter drastiquement dans les mois à venir”, s’inquiète Lauren Seibert. Malgré un an de pandémie, et les nombreuses critiques dont elle est la cible, “l’Algérie n’a jusqu’à maintenant fait aucun effort pour remédier à cette situation”. Et ce, “malgré la pression internationale et celle de la société civile, déplore-t-elle. On s’attend donc à ce que la situation soit encore pire maintenant”.

 

Des pratiques illégales
Pourtant, en agissant ainsi, l’Algérie trahit ses engagements légaux. Car le pays est “signataire des conventions des Nations unies et de l’Afrique sur les réfugiés et de la convention contre la torture”, rappelle un rapport de HRW. Les autorités sont donc tenues “de respecter le principe de non-refoulement, qui interdit le retour forcé de toute personne vers des pays où elle pourrait être soumise à la torture ou à des menaces contre sa vie ou sa liberté”.

L’article 12 de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, que l’Algérie a ratifié, lui interdit également toute expulsion visant des groupes nationaux, raciaux, ethniques ou religieux.

Des dispositions renforcées par la loi nationale N 08-11, validée en 2008. Si la mesure admet que l’expulsion peut être prononcée contre les étrangers irréguliers, elle les autorise, aussi, à contester la décision devant un juge. “Au regard des faits, force est de constater le non-respect de ces dispositions”, admet Boubakar A. Mahamadou dans un article publié par Alarm Phone Sahara.

Pour le juriste nigérien, “les états ont le droit de restreindre la liberté de circulation des personnes. Mais il n’en demeure pas moins que cela doit s’effectuer dans le respect des règles établies”. L’Algérie ne semble pas, jusqu’ici, en avoir pris conscience.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here