le gouvernement dénonce une “tentative de coup d’État”

4
Niger : le gouvernement dénonce une
Niger : le gouvernement dénonce une "tentative de coup d'État"

Africa-PressNiger. Le gouvernement du Niger a dénoncé, mercredi après-midi, qu’une “tentative de coup d’État” pour “mettre en péril la démocratie” s’était produite dans la nuit de mardi à mercredi à proximité du palais présidentiel à Niamey.

Le gouvernement du Niger a affirmé, mercredi 31 mars, avoir “déjoué” dans la nuit du mardi 30 au mercredi 31 mars “une tentative de coup d’État”, alors que le président élu, Mohamed Bazoum, doit prendre ses fonctions le 2 avril.

“Dans la nuit du 30 au 31 mars 2021 une tentative de coup d’État a été déjouée”, indique dans un communiqué le gouvernement “qui condamne cet acte lâche et rétrograde voulant mettre en péril la démocratie et l’État de droit dans lequel notre pays s’est résolument engagé”.

“Des tirs à l’arme lourde ont été entendus pendant une demi-heure dans le quartier du palais présidentiel. Mais la Garde présidentielle a repoussé cette attaque et la situation semble être revenue sous contrôle”, indique Cyril Payen, envoyé spécial de France 24 dans la capitale nigérienne.

Des riverains du quartier de la présidence à Niamey ont raconté à l’AFP avoir été réveillés au milieu de la nuit. “Il était vers 3 h (2 h GMT) et les tirs étaient intenses, il y avait des armes lourdes et des armes légères”, a témoigné l’un d’eux.

Une source proche de Mohamed Bazoum a confirmé à l’AFP qu’il y a eu ce qu’il a qualifié de “petite tentative de coup d’État vite maîtrisée par les forces légitimistes”.

“Il y a eu des arrestations à la base aérienne de Niamey, mais les forces de sécurité restent à la recherche des autres éléments de ce commando”, indique notre envoyé spécial, précisant que leur nombre exact était inconnu.

Le quartier présidentiel a été quadrillé par les forces de l’ordre, mais dans le reste de la ville, la situation était normale mercredi et les gens vaquaient à leurs occupations comme si rien ne s’était passé, selon notre envoyé spécial.

Un scrutin présidentiel contesté

L’ambassade des États-Unis à Niamey a décidé de suspendre ses “services consulaires jusqu’à nouvel ordre” et “encouragé” son personnel à rester à la maison, l’ambassade de France invitant elle “les Français à rester chez eux”.

Des vidéos de quelques secondes ont vite été postées sur les réseaux sociaux, permettant d’entendre des tirs sporadiques de rafales dans le noir total.

Cette “tentative de coup d’État” est intervenue avant l’intronisation prévue vendredi à Niamey du nouveau président élu Mohamed Bazoum, très proche du chef de l’État sortant Mahamadou Issoufou.

 

Son rival, l’ex-président Mahamane Ousmane, conteste les résultats du scrutin et a revendiqué la victoire. Il a appelé à des “marches pacifiques” dans tout le pays. Dans la capitale Niamey, la marche prévue mercredi par l’opposition a été interdite mardi par les autorités.

L’histoire du Niger, pays sahélien parmi les plus pauvres du monde, en proie à de récentes attaques jihadistes particulièrement meurtrières, est jalonnée par les coups d’État.

Depuis l’indépendance de cette ex-colonie française en 1960, il y en a eu quatre, le dernier ayant renversé le président Mahamadou Tandja en février 2010. Sans compter les tentatives de putsch, nombreuses. Le passage de relais entre Mahamafou Issoufou et Mohamed Bazoum est le premier entre deux présidents démocratiquement élus.

 

vidéo:

“L’armée au Niger est gangrénée par la corruption et l’impunité”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here