Covid : que sont les auto-anticorps et sont-ils à l’origine des cas sévères ?

1
Covid : que sont les auto-anticorps et sont-ils à l'origine des cas sévères ?
Covid : que sont les auto-anticorps et sont-ils à l'origine des cas sévères ?

Africa-Press – Niger. Depuis l’apparition du Covid-19, les scientifiques tentent de comprendre ce qui fait que les individus réagissent si différemment à la maladie.

Pourquoi certaines personnes sont-elles beaucoup plus malades que d’autres ? Et pourquoi la maladie affecte-t-elle différents organes du corps, potentiellement pendant de longues périodes, comme dans le cas de la Covid-19 ?

Il est de plus en plus évident que certains de ces processus pourraient être liés à la production d’anticorps indésirables, appelés auto-anticorps.

A surtout lire sur BBC Afrique :

Les anticorps combattent généralement les infections, mais les auto-anticorps ciblent par erreur les cellules, les tissus ou les organes de l’organisme.

Mais quel est leur rôle dans la maladie de Creutzfeldt-Jakob, et comment pourraient-ils déterminer la gravité de la maladie ?

Quand le corps se retourne contre lui-mêmeMême les personnes en bonne santé produisent des auto-anticorps, mais généralement pas en assez grande quantité pour causer des dommages significatifs au système immunitaire.

Cependant, chez les patients atteints de Covid-19, on a constaté qu’ils endommagent non seulement le système immunitaire, mais aussi les tissus sains du cerveau, des vaisseaux sanguins, des plaquettes, du foie et du tractus gastro-intestinal, selon les chercheurs de Yale.

Dans les infections à Covid, les auto-anticorps peuvent cibler “des dizaines de voies immunitaires”, confie à la BBC Aaron Ring, professeur adjoint d’immunobiologie à la faculté de médecine de Yale.

Dans une étude récente publiée dans la revue Nature, son équipe a analysé le sang de 194 patients ayant contracté le virus à des degrés divers de gravité et a constaté une “augmentation marquée” de l’activité des auto-anticorps par rapport aux personnes non infectées.

Plus le nombre d’auto-anticorps détectés était élevé, plus la gravité de la maladie était importante chez les patients.

“C’est une arme à double tranchant. Les anticorps sont essentiels pour repousser l’infection, mais certains patients atteints du COVID-19 développent également des anticorps qui endommagent leurs propres cellules et tissus”, dit-il.

Blocage de la réponse immunitaire à CovidL’étude du Dr Ring s’appuie sur des travaux antérieurs menés par Jean-Laurent Casanova à l’université Rockefeller de New York.

Le laboratoire du Dr Casanova étudie depuis plus de 20 ans les variations génétiques qui affectent la capacité d’une personne à combattre les infections.

Leurs recherches mettent en évidence le rôle des auto-anticorps qui attaquent certaines des protéines chargées de combattre les infections virales et de bloquer la réplication du virus (appelées interférons de type 1).

En octobre 2020, l’équipe du Dr Casanova a indiqué dans la revue Science qu’elle avait trouvé ces auto-anticorps chez environ 10 % de près de 1 000 patients atteints de Covid-19 sévère.

Détail crucial : près de 95% d’entre eux étaient des hommes, ce qui pourrait expliquer pourquoi les hommes sont majoritaires parmi les personnes qui développent un Covid sévère.

Puis, le mois dernier, ils ont publié dans la revue Science Immunology les résultats d’une étude plus vaste, portant sur 3 600 patients admis à l’hôpital pour un Covid sévère.

Ils ont trouvé des auto-anticorps contre les interférons de type 1 dans le sang de 18% des personnes décédées de la maladie.

Plus de 20 % des patients âgés de plus de 80 ans atteints de Covid sévère présentaient ces auto-anticorps, contre 9,6 % chez les moins de 40 ans.

Le Dr Casanova explique que ces résultats constituent une “preuve irréfutable” que la “perturbation” causée par les anticorps indésirables “est souvent la cause de la Covid-19, qui peut être mortelle”.

Auto-anticorps, maladie auto-immune et long CovidD’autres études mettent en évidence des liens entre les auto-anticorps et les troubles médicaux liés à Covid-19 qui persistent même après l’élimination du virus de l’organisme.

Dans une étude publiée ce mois-ci dans Nature Communications, des chercheurs de Stanford ont constaté qu’au moins une personne sur cinq admise à l’hôpital avec Covid a développé des auto-anticorps au cours de sa première semaine d’admission.

Pour une cinquantaine de patients, des échantillons de sang prélevés à différents jours, y compris le jour de leur première admission, étaient disponibles.

“Dans la semaine suivant leur admission à l’hôpital, environ 20 % de ces patients avaient développé de nouveaux anticorps contre leurs propres tissus, qui n’existaient pas le jour de leur admission”, souligne le chercheur principal, PJ Utz, professeur d’immunologie et de rhumatologie à Stanford Medicine.

Le professeur Utz souligne que cela pourrait également expliquer pourquoi certains symptômes persistent des mois après la disparition de la maladie, ce que l’on appelle un long Covid.

“Si vous êtes suffisamment malade à cause du Covid-19 pour finir à l’hôpital, il se peut que vous ne soyez pas sorti d’affaire même après votre guérison”.

Au Royaume-Uni, des chercheurs de l’Imperial College London ont découvert des auto-anticorps chez les patients atteints de Covid-19 long qui étaient absents chez les personnes qui se sont rétablies rapidement du virus ou qui n’avaient pas été testées positives pour la maladie.

Le professeur Danny Altmann, qui dirige l’équipe de recherche, explique à la BBC que l’équipe cherche à savoir si le Covid long peut être diagnostiqué en identifiant des auto-anticorps récemment créés.

La recherche est encore à un stade initial, mais un résultat possible pourrait être un test assez simple pour être utilisé dans un cabinet médical.

“Nous espérons vivement ne pas nous contenter de progresser vers un diagnostic, mais aussi vers des perspectives thérapeutiques : nous espérons que cela permettra de mettre en lumière des mécanismes et des traitements spécifiques”, dit-il.

Pour les experts, ces résultats plaident également en faveur de la vaccination.

Dans une infection virale mal contrôlée, le virus reste longtemps en place, tandis que la réponse immunitaire qui s’intensifie continue de briser les particules virales en morceaux, ce qui désoriente le système immunitaire, explique le professeur Utz.

Les vaccins, en revanche, ne contiennent qu’une seule protéine de pointe ou les instructions génétiques pour la produire, de sorte que le système immunitaire n’est pas exposé à la même activité frénétique qui pourrait conduire à la production d’auto-anticorps.

Pas toute l’histoireMais bien que les avancées dans ce domaine soient passionnantes, les scientifiques préviennent que la réponse immunitaire au Covid est complexe et que les auto-anticorps ne sont pas les seuls responsables.

Un autre mécanisme faisant l’objet de recherches est la réponse immunitaire hyperactive qui se produit dans certains cas.

La production de protéines appelées cytokines peut atteindre des niveaux dangereux et endommager les cellules de l’organisme – ce que l’on appelle les tempêtes de cytokines.

Nous ne comprenons toujours pas exactement ce qui se passe dans nos cellules lorsque le virus pénètre dans notre corps – c’est l’issue de cette bataille qui détermine la gravité et, finalement, la létalité de la maladie.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Niger, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here