Fin de mandat du Coordonnateur du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale, Représentant au Gabon et à Sao-Tomé-Et-Principe et auprès de la CEEAC.

2
Fin de mandat du Coordonnateur du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale, Représentant au Gabon et à Sao-Tomé-Et-Principe et auprès de la CEEAC.
Fin de mandat du Coordonnateur du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale, Représentant au Gabon et à Sao-Tomé-Et-Principe et auprès de la CEEAC.

Africa-Press – São Tomé e Príncipe. Le point presse de ce jeudi 29 septembre 2022 était l’occasion pour Hélder MUTEIA, Coordonnateur du Bureau sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale, Représentant au Gabon et à Sao-Tomé-Et-Principe et auprès de la CEEAC, de revenir sur les six années de son mandat et donner un bref aperçu de ce que le Bureau Sous-régional de la FAO pour l’Afrique centrale a pu réaliser durant cette période.

Pour lui, c’est grâce à la presse et au soutien des différents partenaires que, le portefeuille du Bureau Sous-régional a été multiplié par 2 au cours des quatre dernières années, avec un total d’engagement de 304 millions de dollars environ (soit 204 milliards de francs CFA). En dehors de ces financements directs sous-forme de projets de coopération technique dans plusieurs domaines, à savoir, l’élevage et la santé animale, les forêts (Environnement et changement climatique), la nutrition, les pêches et l’aquaculture, la production et la protection des plantes, la résilience et la gestion durable des terres et eaux, les politiques, la FAO a également apporté son expertise sous la forme d’études et d’appui-conseil sur des questions transversales et stratégiques.

Parmi les initiatives sous-régionales et nationales dont les résultats sont palpables, on peut souligner : La mise en place du réseau des Alliances Parlementaires de l’Afrique centrale pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle, mais également l’opérationnalisation de l’approche « Une Seule Santé » en partenariat avec la CEEAC ; La promotion d’une agriculture et des systèmes alimentaires sensibles à la nutrition dans les écoles à travers la mise en place des classes vertes au Cameroun, au Congo et au Gabon ; L’appui aux Etats membres de la CEEAC pour la formulation de la Politique Agricole Commune et du Programme Régional d’investissement Agricole, de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PRIASAN) ; La structuration des organisations et acteurs du monde rural gabonais à l’exemple de la Fédération Nationale des Transformateurs des produits Agricoles (FENATAG) et la Coopérative des Eleveurs de l’Estuaire, de la Ngounié Nyanga et du Woleu-Ntem dont les productions sont visibles dans les supermarchés ; L’accompagnement pour la tenue des assises sur la redynamisation du secteur agricole et le Recensement Général de l’Agriculture au Gabon ; La stratégie nationale de transition vers l’économie bleue et la détermination des caractéristiques des sols agricoles de Sao-Tomé-Et-Principe ont été adoptées, et la première même formulée sous forme de loi.

Ces quelques réalisations sont le résultat de la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes avec qui la FAO collabore pour une transformation des systèmes agroalimentaires destinée à les rendre plus efficaces, plus inclusifs, plus résilients et plus durables.

Aussi, Hélder MUTEIA recommande à la presse de poursuivre sa fructueuse collaboration avec la FAO pour la promotion de la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la sous-région et au Gabon en particulier.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la São Tomé e Príncipe, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here