Changement climatique : le rapport du GIEC est une “alerte rouge pour l’humanité”

4
Changement climatique : le rapport du GIEC est une
Changement climatique : le rapport du GIEC est une "alerte rouge pour l'humanité"

Africa-PressSão Tomé e Príncipe. L’impact néfaste de l’humanité sur le climat est un “constat”, affirment des scientifiques des Nations unies dans une étude qui fera date.

Le rapport indique que les émissions continues de gaz à effet de serre pourraient également entraîner le dépassement d’une limite de température clé en un peu plus d’une décennie.

Les auteurs montrent également qu’une élévation du niveau des mers de près de 2 m d’ici la fin du siècle “ne peut être exclue”.

Mais il y a un nouvel espoir que des réductions importantes des émissions de gaz à effet de serre puissent stabiliser la hausse des températures.

Cette évaluation sobre du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) figure dans un document de 42 pages appelé “Résumé à l’intention des décideurs”.

C’est le premier d’une série de rapports qui seront publiés au cours des prochains mois et constitue la première révision majeure de la science du changement climatique depuis 2013.

Sa publication intervient moins de trois mois avant un sommet clé sur le climat à Glasgow, connu sous le nom de COP26.

‘Pas de temps à perdre ni d’excuses à trouver’

“Le rapport du groupe de travail 1 du GIEC publié aujourd’hui est un code rouge pour l’humanité”, indique le secrétaire général de l’ONU, António Guterres.

“Si nous unissons nos forces maintenant, nous pouvons éviter une catastrophe climatique. Mais, comme le montre clairement le rapport d’aujourd’hui, il n’y a pas de temps à perdre ni d’excuses à trouver. Je compte sur les chefs de gouvernement et toutes les parties prenantes pour que la COP26 soit un succès.”

Sur un ton ferme et confiant, le document du GIEC affirme “qu’il est sans équivoque que l’influence humaine a réchauffé l’atmosphère, les océans et les terres”.

Selon le professeur Ed Hawkins, de l’Université de Reading, au Royaume-Uni, un des auteurs du rapport, les scientifiques ne peuvent être plus clairs sur ce point.

“C’est une déclaration de fait, nous ne pouvons pas être plus certains ; il est sans équivoque et indiscutable que les humains réchauffent la planète.”

Petteri Taalas, secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale, explique : “en utilisant des termes sportifs, on pourrait dire que l’atmosphère a été exposée au dopage, ce qui signifie que nous avons commencé à observer des extrêmes plus souvent qu’auparavant.”

Selon les auteurs, depuis 1970, les températures à la surface du globe ont augmenté plus rapidement que pendant toute autre période de 50 ans au cours des 2 000 dernières années.

Ce réchauffement “affecte déjà de nombreux phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes dans toutes les régions du monde”.

Qu’il s’agisse de vagues de chaleur comme celles qui ont récemment touché la Grèce et l’ouest de l’Amérique du Nord, ou d’inondations comme celles qui ont frappé l’Allemagne et la Chine, “leur attribution à l’influence humaine s’est renforcée” au cours de la dernière décennie.

Le rapport du GIEC en bref

La température à la surface du globe a augmenté de 1,09 °C au cours de la décennie 2011-2020 par rapport à la décennie 1850-1900.

Les cinq dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées depuis 1850.

Le taux récent d’élévation du niveau de la mer a presque triplé par rapport à la période 1901-1971.

L’influence humaine est “très probablement” (90 %) le principal facteur du recul mondial des glaciers depuis les années 1990 et de la diminution de la banquise arctique.

Il est “pratiquement certain” que les extrêmes de chaleur, notamment les vagues de chaleur, sont devenus plus fréquents et plus intenses depuis les années 1950, tandis que les épisodes de froid sont devenus moins fréquents et moins graves.

Des changements irréversibles

Le nouveau rapport indique clairement que le réchauffement que nous avons connu jusqu’à présent a entraîné des changements irréversibles à l’échelle des siècles ou des millénaires dans de nombreux systèmes de soutien planétaires.

Les océans vont continuer à se réchauffer et à s’acidifier.

Les montagnes et les glaciers polaires continueront de fondre pendant des décennies, voire des siècles.

“Les conséquences vont continuer à s’aggraver pour chaque petit réchauffement”, a déclaré le professeur Hawkins.

“Et pour beaucoup de ces conséquences, il n’y a pas de retour en arrière possible”.

En ce qui concerne l’élévation du niveau de la mer, les scientifiques ont modélisé une fourchette probable pour différents niveaux d’émissions.

Toutefois, une hausse d’environ 2 m d’ici la fin du siècle ne peut être exclue, pas plus qu’une hausse de 5 m d’ici 2150.

De tels résultats, bien qu’improbables, menaceraient d’inondations plusieurs millions de personnes supplémentaires dans les zones côtières d’ici 2100.

L’un des aspects essentiels du rapport concerne le rythme prévu de l’augmentation de la température et ce qu’il signifie pour la sécurité de l’humanité.

Presque toutes les nations de la planète ont souscrit aux objectifs de l’accord de Paris sur le climat en 2015.

Ce pacte vise à maintenir la hausse des températures mondiales bien en dessous de 2C au cours de ce siècle et à poursuivre les efforts pour la maintenir en dessous de 1,5C.

Ce nouveau rapport indique que, dans tous les scénarios d’émissions envisagés par les scientifiques, les deux objectifs ne seront pas atteints au cours de ce siècle, à moins que d’énormes réductions des émissions de carbone ne soient réalisées.

1.1C’est l’augmentation de la température depuis l’époque préindustrielle, en degrés Celsius.

1.1

C’est l’augmentation de la température depuis l’époque préindustrielle, en degrés Celsius.

2,400Et voici la quantité de CO2, en milliards de tonnes, que l’homme a émise à ce jour.

2,400

Et voici la quantité de CO2, en milliards de tonnes, que l’homme a émise à ce jour.

500L’émission de ces milliards supplémentaires ne laisserait qu’une chance sur deux de rester sous la barre des 1,5°C.

500

L’émission de ces milliards supplémentaires ne laisserait qu’une chance sur deux de rester sous la barre des 1,5°C.

40C’est à peu près la quantité de CO2 que l’humanité émet chaque année, toujours en milliards de tonnes.

40

C’est à peu près la quantité de CO2 que l’humanité émet chaque année, toujours en milliards de tonnes.

Les auteurs estiment que l’objectif de 1,5 °C sera atteint d’ici à 2040, quel que soit le scénario envisagé.

Si les émissions ne sont pas réduites au cours des prochaines années, cela se produira encore plus tôt.

C’est ce qu’avait prédit le rapport spécial du GIEC sur les 1,5C en 2018 et cette nouvelle étude le confirme désormais.

“Nous atteindrons un degré et demi en années individuelles beaucoup plus tôt. Nous l’avons déjà atteint en deux mois pendant le phénomène El Niño en 2016”, a déclaré le professeur Malte Meinshausen, un auteur du GIEC de l’université de Melbourne en Australie.

Qu’est-ce que le GIEC ?

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est un organisme des Nations unies créé en 1988 pour évaluer les connaissances scientifiques sur les changements climatiques.

“La meilleure estimation du nouveau rapport est le milieu de 2034, mais l’incertitude est énorme et se situe entre maintenant et jamais.”

Les conséquences d’un dépassement de 1,5C sur plusieurs années seraient malvenues dans un monde qui a déjà connu une hausse rapide des événements extrêmes avec une augmentation de la température depuis l’époque préindustrielle de 1,1C.

“Nous verrons des vagues de chaleur encore plus intenses et plus fréquentes”, a déclaré Friederike Otto, de l’université d’Oxford, au Royaume-Uni, et l’un des auteurs du rapport du GIEC.

“Et nous verrons également une augmentation des épisodes de fortes précipitations à l’échelle mondiale, ainsi qu’une augmentation de certains types de sécheresses dans certaines régions du monde.”

Que peut-on donc faire ?

Si ce rapport est plus clair et plus confiant quant aux inconvénients du réchauffement, les scientifiques ont davantage l’espoir que si nous parvenons à réduire de moitié les émissions mondiales d’ici à 2030 et à atteindre un niveau net zéro d’ici au milieu du siècle, nous pourrons stopper, voire inverser, la hausse des températures.

Atteindre le zéro net implique de réduire autant que possible les émissions de gaz à effet de serre à l’aide de technologies propres, puis d’enfouir les émissions restantes en utilisant le captage et le stockage du carbone, ou de les absorber en plantant des arbres.

Auparavant, on pensait que les températures pouvaient augmenter même après le “zéro net”, a déclaré un autre coauteur, le professeur Piers Forster, de l’université de Leeds, au Royaume-Uni.

“Mais nous attendons désormais que la nature soit clémente avec nous et, si nous parvenons à atteindre le zéro net, nous espérons ne plus connaître d’augmentation de température ; et si nous parvenons à atteindre le zéro net de gaz à effet de serre, nous devrions finalement pouvoir inverser une partie de cette augmentation de température et obtenir un certain refroidissement.”

Cinq impacts futurs

– D’ici 2040, les températures dépasseront de 1,5 °C les niveaux de 1850-1900, quel que soit le scénario d’émissions.

– L’Arctique sera probablement pratiquement libre de glace en septembre au moins une fois avant 2050 dans tous les scénarios évalués.

– Certains événements extrêmes “sans précédent dans l’histoire” seront de plus en plus fréquents, même avec un réchauffement de 1,5 °C.

– Les événements extrêmes liés au niveau de la mer, qui se produisaient une fois par siècle dans le passé récent, devraient se produire au moins une fois par an à plus de la moitié des emplacements de marégraphes d’ici 2100.

– Il y aura probablement une augmentation des incendies dans de nombreuses régions.

Bien que les projections futures du réchauffement soient plus claires que jamais dans ce rapport et que de nombreux impacts ne puissent tout simplement pas être évités, les auteurs mettent en garde contre le fatalisme.

“Diminuer le réchauffement climatique minimise vraiment la probabilité d’atteindre ces points de basculement”, a déclaré le Dr Otto. “Nous ne sommes pas condamnés”.

Un point de basculement fait référence au moment où une partie du système climatique de la Terre subit un changement brutal en réponse à un réchauffement continu.

Pour les dirigeants politiques, le rapport s’inscrit dans une longue série de rappels à l’ordre, mais comme il arrive si près du sommet mondial sur le climat COP26 de novembre, il a un poids supplémentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here