Coronavirus : Avec la chaleur et l’été, comment gérer masque et gel hydroalcoolique ?

3
Coronavirus : Avec la chaleur et l'été, comment gérer masque et gel hydroalcoolique ?
Coronavirus : Avec la chaleur et l'été, comment gérer masque et gel hydroalcoolique ?

Africa-PressSenegal. Alors que l’été approche à grands pas, voici quelques conseils pour parvenir à supporter son masque et son gel hydroalcoolique pendant les fortes chaleurs.

SANTÉ – Les vacances approchent et l’épidémie de Covid-19 suscite les mêmes interrogations que celles rencontrées à l’été 2020. Comment supporter la chaleur avec un masque en est une. Quel usage faire du gel hydroalcoolique en plein soleil en est une autre.

Et nous l’avons tous vécu, porter un masque sous une forte chaleur est difficilement supportable. L’air frais a moins de facilités à atteindre les poumons, les muscles respiratoires sont stressés, par conséquent on est plus essoufflé et notre corps accumule la chaleur, note le Japan Times.

Malheureusement, Emmanuel Macron l’a annoncé, lors de son déplacement dans le Lot le mercredi 2 juin, la fin du port du masque en extérieur “se fera de manière différenciée” selon les territoires et la densité de population et “au niveau national il faudra encore attendre un peu” pour être autorisé à ne plus le porter, bien que plusieurs épidémiologistes remettent en cause la réelle utilité de cette mesure.

D’ailleurs, certaines préfectures ont déjà promulgué des arrêtés pour mettre fin au port du masque en extérieur. “Dans les Alpes-Maritimes par exemple, le port du masque n’est plus obligatoire sur les plages. Dans le Puy-de-Dôme, il reste obligatoire dans les communes de plus de 10.000 habitants. En Lozère, l’obligation de le porter en extérieur a été levée sur l’ensemble du département” depuis la fin avril. En attendant la généralisation de la levée des restrictions, voici quelques conseils pour combiner gestes sanitaires et forte chaleur.

Bien choisir son masque

Tout d’abord, les professionnels de la santé préconisent de bien choisir son masque, en tenant compte de la couleur et de la matière. Ainsi, préférez un masque de couleur claire. “Plus une couleur est sombre, plus elle absorbe les rayons du soleil qui se transforment en chaleur”, explique à Ouest-France Laurent Misery, dermatologue au CHU de Brest. “Avec du noir, l’absorption est la plus importante. Le blanc, en revanche, réfléchit la lumière et n’accumule donc pas la chaleur”, poursuit-il. Ce qui vaut pour un tee-shirt vaut donc aussi logiquement pour un masque.

La matière du masque est également déterminante. Pour un après-midi en plein soleil, choisissez donc un masque en coton ou en fibres de bambou plutôt qu’un masque en synthétique. “Le coton n’est pas forcément bon pour absorber l’humidité de la peau, mais il est plus respirable que des fibres synthétiques comme le polyester, qui peuvent donner plus chaud et rendre la respiration plus difficile”, souligne Nicole Jochym, étudiante en médecine, auprès du Philadelphia Inquirer. Selon le professeur en épidémiologie Gerardo Chowell, interviewé par Buzzfeed, le bambou absorbe l’eau (et donc la sueur) bien plus efficacement que le coton.

En savoir plus sur le port du masque en période de canicule

Ne pas porter un masque humide et le changer régulièrement

Si ce conseil peut paraître banal, il est tout de même intéressant à souligner, surtout lorsqu’en plein été, nous dégoulinons sous notre masque. Respirer plus fort constitue un facteur supplémentaire de contamination, car le nombre de gouttelettes éjectées par la bouche et le nez augmente. Avec la chaleur, la respiration s’accélère et devient plus intense, comme lorsque l’on pratique une activité sportive. Le masque chirurgical perdrait vite ses capacités filtrantes en raison de l’humidité générée par l’hyperventilation.

Attention toutefois à ne pas humidifier le masque, car s’il “est mouillé, l’électricité statique des fibres du tissu qui arrête les gouttelettes des postillons disparaît et les gouttelettes passent plus facilement”, explique l’Association française de normalisation (Afnor). La solution, changer son masque plus régulièrement que toutes les 4h, pour éviter qu’il ne soit trop humide à cause d’une respiration intense.

Si la transpiration ne peut être la cause de la transmission du virus, elle “risque de faire glisser le masque et le remettre constamment avec ses mains n’est pas recommandé”, expliquait également au HuffPost le docteur Roland Krzentowski, président de Mon Stade, un centre d’expertise en santé, sport et performance à Paris, dans cet article.

Il est également déconseillé de se toucher le visage avec les doigts, même pour essuyer la transpiration. Privilégiez un mouchoir à usage unique, que vous jetterez ensuite dans une poubelle, ou bien utilisez un brumisateur pour vous rafraîchir le front ou le cou. Exit aussi le partage des bouteilles d’eau.

En savoir plus sur les conséquences de la respiration intense sur la transmission du covid-19.

Bien positionner son masque

Pour éviter les maux de tête, la transpiration et la buée sur les lunettes, il existe quelques petites astuces. “Mes chefs attachent les élastiques des masques avec de la ficelle ou un bout de plastique pour ne pas que ça leur tire les oreilles. On le fait de plus en plus à l’hôpital, pour soulager les douleurs. Pour enlever la buée des lunettes, je conseille de bien pincer le masque au niveau du nez. Et je nettoie mes verres avec du liquide-vaisselle, peut-être que ça aide également!”, raconte Claire, interne en réanimation, qui a l’habitude de porter son masque plus de 20 heures de suite.

Puisque la chaleur se fait ressentir sous le masque, l’Institut canadien de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail recommande de “favoriser” autant que possible “la respiration par le nez (bouche fermée) lors du port du masque”, car cela “génère moins de chaleur et d’humidité”.

En savoir plus sur les conseils donnés par “les habitués du masque”

Bien choisir son gel, et ne pas en abuser

Évitez à tout prix les gels faits maison fabriqués avec des ingrédients hasardeux. “Préférez les produits conçus par les industriels de l’hygiène des mains dont les propriétés cosmétiques seront optimales”, conseille Pierre Parneix, médecin de santé publique à Bordeaux.

Attention également aux gels parfumés. “Tout dépend du produit utilisé. S’il s’agit d’un gel avec une formule certifiée, il ne devrait pas y avoir de soucis particuliers. Maintenant, j’ai eu l’occasion de voir des gels hydroalcooliques parfumés ou ‘originaux’, là effectivement cela pose davantage problème. C’est souvent plus agressif”, estime Isabelle Gallay, dermatologue. “Il faut qu’il contienne un seul alcool, éventuellement deux, au moins à 60% -c’est encore plus efficace à 80 ou 85%- de la glycérine pour protéger les mains, pas de parfum, car cela irrite les mains”, poursuit-elle.

Enfin, il faut garder en tête qu’en cas d’exposition prolongée au soleil, à la plage notamment, vous n’avez pas forcément besoin de vous nettoyer les mains au gel hydroalcoolique. “Utiliser du gel hydroalcoolique à la plage est inutile: là-bas, a priori, on ne touche aucun bouton d’ascenseur ni de poignée de porte, mais seulement ses propres affaires et le sable”, affirme ainsi Catherine Oliverès-Ghouti, dermatologue à Paris.

En savoir plus sur les dangers du gel hydroalcoolique sur une peau exposée au soleil

S’hydrater les mains et le visage

Évidemment, parmi ces conseils spécifiques sur le masque, il faut être d’autant plus prudent quant à la chaleur en général.

Les gels hydroalcooliques peuvent assécher la peau, c’est un fait. Sur ce point, Pierre Parneix est rejoint par la vice-présidente du Syndicat des Dermatologues, Isabelle Gallay. “Le gel va rajouter du dessèchement à une période où la peau est sensible. Néanmoins, il suffit de s’hydrater un peu plus la peau, encore davantage lors d’une exposition au soleil”, explique-t-elle auprès de LCI.

Ainsi, parmi les experts japonais alertant sur les risques encourus par l’association masque et chaleur, Yasufumi Miyake, qui travaille à l’hôpital universitaire Teikyo de Tokyo, rappelle de se rafraîchir avec de l’air climatisé si cela est possible, de boire régulièrement de l’eau et de prendre des pauses. Et, bien sûr, de ne pas pratiquer d’activité physique intense avec un masque sur le visage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here