« Les élections législatives : Entre capitalisation d’un bon bilan et quête de capitulation »

4
« Les élections législatives : Entre capitalisation d’un bon bilan et quête de capitulation »
« Les élections législatives : Entre capitalisation d’un bon bilan et quête de capitulation »

Africa-Press – Senegal. Quand la bécassine et la moule se battent, cela profite toujours au malin pêcheur qui reste à l’affût » Cette sagesse asiatique, épouse tout son sens dans le contexte politique actuel et recouvre toute la quintessence des messages du Président Macky Sall en s’adressant à ses responsables de Parti et à ses alliés, de l’intérieur comme de l’extérieur du Sénégal mais surtout ceux de Dakar, où selon certains, le désamour fait rage et ravages. L’adversité ou l’animosité entre camarades est préjudiciable à la bonne performance collective de tout parti ou coalition.

Les guéguerres rudes entre camarades, profitent toujours à celui qui devait être le véritable unique adversaire. Il n’y a pas pire combattant que celui qui se trompe d’adversaires et de camp.

Son coup devient généralement fatal car imprévisible . Pour éviter de tomber de Charybde à scylla, un bon combattant doit savoir rester sourd aux sirènes de la discorde.

Désagréger son groupe est pire qu’abréger ses forces ,c’est désagréablement abroger son hégémonie. Oui querelles de proches ne profitent qu’aux adversaires pour ne pas dire ennemis !

Il faut taire les querelles au nom de l’intérêt supérieur du Président de la République et de la victoire de toute l’équipe de la mouvance présidentielle appelée Benno. Dans le nom Benno Bokk Yakaar , la démarche pleine et entière de la lettre de mission est visible et audible. Faire dans le « Béno » c’est être dans une autre équipe, une équipe outre , car Benno ne rime pas avec « Béno »

Que les mécontents desserrent les dents et regagnent les rangs en enterrant toute hache de guerre ou de guéguerre pour ses proches ou camarades. Dans chaque élection, l’union des cœurs, la solidarité et la générosité sont indispensables pour remporter toute victoire.

Sur le plan local, des derbys peuvent exister mais sur le plan national l’unité est une obligation. Les élections législatives symbolisent un destin national commun.

C’est ensemble ,en équipe ,en synergie que cette élection se gagne . Pour gagner, il faut d’abord gagné les cœurs. Le cœur se gagne par les valeurs de l’humilité, de la disponibilité et de la générosité arrimées à la compétence pour être porteur d’espoir.

Les combats se gagnent dans le cœur ,avant de se concrétiser sur le terrain. Le véritable pouvoir n’est pas seulement dans le faire mais aussi dans le faire-faire . Dans le monde politique, la persuasion est plus forte que la dissuasion .

Le plus doué amadoue ! L’électorat est à séduire par les valeurs symbolisantes d’humanité et d’espoir. Si ailleurs mieux vaut convaincre que vaincre, dans une Démocratie, pour vaincre ,il faut absolument convaincre. L’union c’est la force. Unis nous vaincrons. Telle est le premier paragraphe de l’hymne de la victoire de n’importe quelle équipe de compétition.

Dans une compétition collective, la meilleure façon de faciliter la tâche à ses adversaires c’est d’être désunis. Désunie, une équipe ne vit pas la plénitude de l’effectivité de sa composition numérique et donne l’impression d’être en sous-effectif .

Ces élections législatives du 31juillet 2022 dans la lignée des précédentes ,revêt encore plus une importance capitale pour acter de la vitalité du régime. Ces élections constituent de véritables consultations sanitaires pour le régime. Des élections de destin pour toute la mouvance présidentielle que nous souhaitons salutaires.

Le bouillonnement du champ politique atteste fortement de la prise de conscience des enjeux. CELA FRISE PARFOIS LE RIGOLO , DES CANDIDATS À LA CANDIDATURE À GOGO ! l’Assemblée nationale comme une ruée vers l’or !

On assiste à des déclarations de candidat à la candidature tous azimuts .Une véritable ruée même du côté des hueurs ou activistes négativistes parfois cerbères de corps et de micro d’un leader, en attestent la campagne électorale des élections locales. De bélliqueux à obséquieux ,de cagoulards à démasqués , des citoyens républicains ,des requins de la démocratie, on y voit du tout …des candidatures à gogo.. comme si le virus de la députation à force de cas contact ou communautaire s’est si rapidement propagé dans tout l’univers de la Cité.

Beaucoup de catégories socioprofessionnelles aussi s’agitent en voulant faire de ces élections législatives,une belle occasion de prendre en charge leurs préoccupations spécifiques. Des sénégalais de tous bords s’activent à la déclaration de candidat à la candidature.

Dans le monde purement politique ,des partis et des mouvements, les ambitions aussi augmentent et grossissent au jour le jour.Les stratégies en sourdine se dessinent pour ourdir de plans à même de surprendre l’autre. Les échos bon train, pour se donner de l’entrain et en même temps faire peur aux autres.

De plus en plus un mot,le mot cohabitation sort de la bouche des acteurs politiques.Les différentes oppositions rêvent et menacent de la possibilité d’une cohabitation.

L’opposition affûte ses armes dans l’espoir d’un Bicéphalisme pour pouvoir assouvir ses instincts de possesseurs de pouvoir et de perturbateurs de l’ordre établi.La quête d’une dualité,d’un duel permanent !

La mouvance présidentielle plus que quiconque fait tout ,pour que ces élections suivent et poursuivent la tradition de toutes les autres élections législatives jusques là disputées et gagnées formidablement avec une grande majorité obtenue.

Ce que certains appellent majorité mécanique n’est rien d’autre que le mécanisme qui permet à l’Exécutif de faire formidablement son travail, en traduisant en actes concrets la vision du Président de la République.

C’est dire que ces élections législatives dans la lignée des précédentes et même encore plus, revêt une importance capitale et cruciale car l’opposition y cherche un moyen de faire capituler le régime alors que du côté de Benno, après la grande victoire des locales et le bon bilan décennal du Président Macky Sall avec les nombreuses réalisations ,la seule démarche qui vaille c’est d’obtenir largement la majorité à l’Assemblée nationale pour permettre au Président de la République de continuer son Action sans aucune forme d’entrave.

Dans ces élections législatives l’enjeu concerne surtout la stabilité du Sénégal dans la poursuite de l’ensemble des politiques publiques de développement déjà entamées.

L’historique des différentes élections depuis 2012 a montré que le plus grand adversaire de Benno se trouve dans Benno . C’est Benno contre Benno. La prédominance de la mouvance présidentielle dans les différentes élections se concrétisent davantage par le Benno qui signifie « unité »

Entre capitalisation d’un bon bilan décennal de SEM le Président de la République Macky Sall et quête d’obtenir la cohabitation pour faire dans l’imposition , ces élections législatives sont déterminantes !

La politique étant parfois le domaine du fluctuant chaque coalition politique y va des ses stratégies. S’aimer c’est semer l’espoir et la force. Autant l’union fait la force autant la discorde expose à une prompte défaite.A trop tirer sur la corde, on finit par la perdre en créant sa propre déchéance.

Toute défaillance d’unité dans les échéances électorales à venir peut être source de déchéance ..ou de promptes défaites. Victor Hugo disait « par l’union, vous vaincrez.Etouffez toutes les haines,éloignez tous les ressentiments ,soyez unis, vous serez invincibles. »

A force d’échafauder la discorde,cela peut mener à des échauffourées autodestructives pour tout le groupe. Des batailles rangées.. Les ressentiments servent de nourriture à la haine et détruisent à la fois son logeur et son lorgneur .

Que toutes les pendules se mettent à l’heure de la cohésion interne pour éviter toute dispersion, toute déperdition des forces ou toute division . La division est source de soustraction. La division ou désunion est source de promptes défaites.

Les factions ne donnent jamais, la satisfaction à la force d’un parti politique et pire elles fulminent et minent de l’intérieur. L’acrimonie et l’animosité entre camarades mènent un parti à l’agonie en le vouant aux gémonies.

Il faut autant que possible éviter de provoquer la rage de son entourage..le premier bassin d’intention pour l’extension électorale de la base politique .

L’aspiration de toutes les conspirations d’une certaine opposition c’est le désir d’élimination ou de barrer la route à la mouvance présidentielle. L’union donne la main et fait la main.. main dans la main nous serons une vaillante armée.

Le balai désuni est pliable à souhait. Ceux qui se ressemblent en maillot doivent s’assembler pour ne pas être brisé. Dans la savane africaine quand le troupeau se regroupe difficile d’avoir sa peau pour se repaître .

En politique,L’unité protège et optimise les chances de victoire. L’unisson ou le son de l’unité vivifie le cœur.les choeurs vivifient le cœur. L’harmonie donne une bonne symphonie musicale tout le

contraire d’une cacophonie.. Cette doctrine aussi bien les bons musiciens que les bons tailleurs habilleurs et les femmes en savent. Sans le cœur, aucun travail n’est bien fait.

Sans le cœur, aucune compétition n’est gagnée. Dans une élection, c’est le cœur qui vote avant de se concrétiser dans les urnes. L’union des coeurs est indispensable pour asseoir toute victoire collective .

Même si se rassembler ne signifie pas toujours se ressembler , autour de valeurs fortes et nobles essayons de nous ressembler. Dans une compétition collective le premier adversaire s’appelle désunion.Ne pas le vaincre c’est comme mettre ses réserves d’eau dans un tamis et créer un tsunami électoral déplorable à son camp. Pour la stabilité nationale du Sénégal vivement que le triomphe soit de la mouvance présidentielle.

Sur un autre registre ,je voudrais dire à Khadim Bamba Diagne qu’il se trompe d’approche sur la vision de SEM le Président de la République Macky Sall . Les nombreuses réalisations du Président Macky Sall ont comme objectif premier l’utilité publique et la rentabilité indirecte en impactant dans les autres leviers de développement.Le mercantilisme n’est pas sa vocation première. Le retour sur investissement se lit dans plusieurs domaines.

L’Etat est un grand protecteur.. constamment conscient de toujours maintenir son coefficient de service public.L’Etat existe par le peuple pour le peuple. Les transports en commun ont montré leurs limites.

Les transports de masse sont rentables déjà par l’utilité de leur existence . Gain de temps,de bien être, de confortablité, sans pollution, Ils sont déjà « gâteau » dans le quotidien des Sénégalais tout le reste n’est que cerises .

Ensemble dans le continuum Oser forer ! Ainsi les puits de l’émergence seront toujours en abondance ! Le gain pour un État n’est pas que gain d’argent..

Que les économistes n’ignorent pas dans leur analyse le regain suiscité par l’existence dans l’environnement économique et social d’une grande réalisation comme le Ter . Le Ministre Mansour Faye a bien raison de parler des recettes du Ter .Le nombre de visiteurs démontre largement l’utilité par l’intérêt et l’engouement suscité. Les tarifs fixés obéissent largement au souci premier de l’État du Sénégal qui est d’alléger au lieu d’avoir toujours en bandoulière le profit.Les nombreuses subventions depuis la guerre de l’Ukraine pour ne pas appliquer autant que possible la vérité des prix obéissent aussi à cette logique.

Un État avant d’être foncièrement économiste et d’abord foncièrement humaniste pour son peuple ! Paix et Émergence en chacun de nous. Sénégal Sunugal Soukeyna Fall

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Senegal, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here