Amnistie pour Karim Wade et Khalifa Sall : Ce qu’en pense Bassirou Diomaye Faye

5
Amnistie pour Karim Wade et Khalifa Sall : Ce qu’en pense Bassirou Diomaye Faye
Amnistie pour Karim Wade et Khalifa Sall : Ce qu’en pense Bassirou Diomaye Faye

Africa-Press – Senegal. Le président des cadres de Pastef a réagi sur le projet de loi d’amnistie annoncé, la semaine dernière, par le président Macky Sall en vue de rétablir des personnes, dont Khalifa Sall et Karim Wade, ayant perdu leurs droits civiques. En effet, même s’il n’est pas contre la réhabilitation de ces deux personnalités de l’opposition, Bassirou Diomaye Faye a proposé une autre voie qu’il trouve « beaucoup plus simple » pour y arriver.

« Ils avaient modifié le code électoral en 2017 pour introduire cette disposition qui a éliminé Khalifa Sall et Karim Wade. Ils n’ont qu’à réviser les dispositions dudit code pour les rétablir dans leurs droits civiques », a-t-il, notamment, déclaré dans un entretien avec Seneweb tv. Car, selon lui, depuis l’annonce, rien n’est encore précis quant aux modalités, craignant qu’elle soit la porte ouverte à la promotion de l’impunité.

« La particularité de l’amnistie, c’est qu’elle concerne des faits sur une période donnée et même si les personnes visées en bénéficient, d’autres vont aussi en bénéficier. Réhabiliter des personnes, cela est inscrit dans la charte de Yewwi Askan Wi », a ajouté ce cadre de Pastef.

Revenant sur les faits, Bassirou Diomaye Faye a regretté la manière dont a procédé le chef de l’Etat, Macky Sall. « Au moment où les Sénégalais, qui l’ont élu en 2012, attendaient le Président Macky Sall sur leurs difficultés auxquelles ils font face, lui, il a identifié une personne (Karim Wade) pour l’écraser, l’amener en prison, le faire exiler et ceux avec qui il travaillait, il les a nommés ministres pour qu’ils siègent ses côtés. Tout ça pour ça », a-t-il indiqué. Et d’ajouter : « Pour éviter d’avoir des adversaires politiques, faisant focus sur comment anéantir les opposants, il a fait pareil pour Khalifa Sall qui était peut-être une menace pour lui en 2019. Maintenant, arrivé à un certain moment, il sait que cette injustice ne peut plus prospérer et il veut revenir en arrière ».

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Senegal, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here