Au Sénégal, une pétition dénonce les difficultés liées aux demandes de visas étrangers

3
Au Sénégal, une pétition dénonce les difficultés liées aux demandes de visas étrangers
Au Sénégal, une pétition dénonce les difficultés liées aux demandes de visas étrangers

Africa-Press – Senegal. Les Sénégalais font face à des obstacles pour obtenir un visa afin de se rendre dans certains pays d’Europe et d’Amérique du Nord, selon le site d’information Le 360 Afrique. Plusieurs organisations ont lancé une pétition dénonçant l’injustice de traitement des demandes.

Au Sénégal, une trentaine d’organisations indignées par les problèmes rencontrés par les demandeurs sénégalais de visas ont lancé une pétition qui a déjà récolté au moins 800 signatures sur un objectif de 1.000 depuis le 24 novembre, a relaté le site d’information sénégalais Le 360 Afrique.

Un trafic pour obtenir un rendez-vous

Selon les auteurs de la pétition, qui s’appuient sur “divers témoignages relayés dans les médias traditionnels et sociaux”, les demandeurs de visas se frottent couramment à la difficulté d’obtention d’un rendez-vous pour aller faire une demande en bonne et due forme.

Pour Marina Kabu, membre du collectif des organisations de la société civile pour la protection des droits des migrants à l’initiative de la pétition, citée par la radio RFI, un véritable trafic s’est installé, non pas pour obtenir un visa, mais déjà pour avoir un rendez-vous au consulat pour déposer un dossier: cela peut coûter plus de 650 dollars.

“Combien d’universitaires, d’hommes d’affaires, de patients, d’étudiants, de parents n’ont pas pu se déplacer pour se soigner ou pour participer à des forums, parce que tout simplement nous ne pouvons pas trouver de rendez-vous”, s’est-elle indignée.

La pétition dénonce également l’indisponibilité de créneaux en ligne, ainsi que les conditions d’accueil “humiliantes et inhumaines” dans les centres ou consulats.

Qui plus est, les frais ne sont pas remboursés en cas de refus d’une demande, d’après la pétition.

Ces conditions humiliantes liées à la demande du document de voyage remettent de facto en cause un principe fondamental de la Déclaration universelle des droits de l’Homme qui ne s’appliquerait qu’aux ressortissants des pays occidentaux: “Toute personne a le droit de quitter tout pays y compris le sien et de revenir dans son pays”.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Senegal, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here