Koulibaly : « J’aurais pu jouer avec la France, mais à 23 ou 24 ans… »

2
Koulibaly : « J’aurais pu jouer avec la France, mais à 23 ou 24 ans… »
Koulibaly : « J’aurais pu jouer avec la France, mais à 23 ou 24 ans… »

Africa-Press – Senegal. Kalidou Koulibaly est né de parents sénégalais dans la ville de Saint-Dié dans le nord-est de la France et a commencé sa carrière professionnelle à Metz, avant de déménager en Belgique, en Italie et maintenant en Angleterre avec Genk, Naples et Chelsea.

Comme de nombreux joueurs français d’origine africaine du même âge, dont les coéquipiers des Bleus Edouard Mendy et N’Golo Kanté, ce sont des événements proches de chez eux qui ont inspiré son amour précoce du football, alors que Koulibaly, sept ans, regardait La France remporter la coupe du monde en 1998.

À l’époque, il a été présenté comme un moment fédérateur pour le pays, alors qu’une équipe composée de joueurs d’origines ethniques et culturelles très diverses s’est réunie pour soulever le prix ultime à domicile, et ce sont deux des joueurs clés de ce côté que Koulibaly nomme comme ses premières idoles de football.

« Marcel Desailly et Lilian Thuram. J’étais français. Je suis Français. Je suis né en France, j’ai donc grandi avec eux comme exemple, et ça m’a beaucoup aidé. En tant que Français d’origine africaine, je les regardais comme de grandes stars, des idoles. Aujourd’hui, je parle avec Lilian Thuram et il me donne beaucoup de conseils, beaucoup d’aide », dit-il, interrogé par son club.

Malgré cette enfance en France, le défenseur central de Chelsea n’a jamais oublié ses origines africaines, comme en témoigne sa décision de représenter le Sénégal, le pays natal de ses parents, dans sa propre carrière internationale.

« C’était un grand, grand choix, car j’aurais pu jouer avec l’équipe de France, mais à 23 ou 24 ans, j’ai décidé de jouer pour le Sénégal, car ils m’attendaient. J’ai parlé avec l’entraîneur, il m’a donné une bonne motivation et de bonnes raisons de venir, et j’ai aussi parlé avec ma famille. Les personnes les plus importantes étaient mes parents – ils m’ont dit que je devais faire ce que je voulais, mais quand je leur ai dit que je voulais jouer pour l’équipe nationale du Sénégal, j’ai vu la lumière dans leurs yeux et j’ai su que c’était une bonne chose », a-t-il ajouté.

Il poursuit : « Quand je suis arrivé et que j’ai vu les autres joueurs, c’était comme si c’était ma famille, parce qu’on avait tous l’habitude de manger les mêmes choses à la maison, de parler la même langue à la maison, donc pour moi c’était comme si j’étais à la maison ! » Je me suis dit : « Pourquoi ne suis-je pas venu avant ? Ils sont comme mes frères. Nous avions une bonne dynamique, un bon esprit, et quand vous avez cela, cela vous apporte beaucoup de bonnes ondes. Cela nous a beaucoup aidés, car dans les moments difficiles, vous en avez besoin pour réaliser quelque chose. »

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Senegal, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here