Forêt classée de Mbao : la FAO offre 200 pieds d’espèces différentes

2
Forêt classée de Mbao : la FAO offre 200 pieds d’espèces différentes
Forêt classée de Mbao : la FAO offre 200 pieds d’espèces différentes

Africa-Press – Senegal. Au total, 200 pieds d’espèces différentes ont été offerts à l’Arboretum de la Forêt classée de Mbao (banlieue de Dakar) par l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) dans le cadre de son initiative ’’Villes vertes’’ (Green Cities Initiative), annonce un communiqué reçu à l’APS.

‘’Aménagé sur un espace de cinq hectares (ha), l’Arboretum a reçu 200 pieds d’espèces différentes dont 25 pieds de cocotiers, 50 pieds de corossoliers, 50 pieds de citronniers, des anacardiers, des plants d’eucalyptus sur 3 ha et des pieds de Moringa oleifera sur 0,5 ha’’, souligne l’agence onusienne.

Le texte précise que la FAO appuie la Direction des eaux et forêts dans la mise en œuvre d’activités de reverdissement de l’agglomération dakaroise, la redynamisation de l’Arboretum de la Forêt classée de Mbao.

L’arboretum est une sorte de ‘’Sénégal en miniature’’ découpé en six parties représentante les zones éco géographiques (ZEG) : zone du littoral et des Niayes, zone du Bassin arachidier, zone forestière du Sud, zone sylvopastorale du Ferlo, zone agrosylvopastorale du Centre-est et du Sud-est et zone de la Vallée du fleuve Sénégal.

Pour renforcer la biodiversité dans ce site, qui accueille des élèves et étudiants lors de sorties pédagogiques, une septième zone dite internationale est prévue pour les espèces provenant d’autres pays.

‘’Le Sénégal est l’un des pays de la région ouest africaine bénéficiaire des activités pilotes de l’Initiative Ville verte. A travers cet appui, la FAO veut aider à renverser la tendance en promouvant l’aménagement d’espaces verts à travers des actions de reboisement”, a expliqué dans le communiqué Mignane Sarr, point focal du projet à la Représentation de la FAO au Sénégal.

’’Avec la pression foncière nous constatons que notre patrimoine vert est en train de disparaitre alors que l’arbre est très essentiel dans nos villes et dans nos vies’’, a de son côté déclaré le Colonel Sidiki Diombana Diop, coordonnateur du projet d’aménagement de la Forêt classée de Mbao (PAFCM).

Le colonel Diop a insisté sur la nécessité de ‘’reconstruire notre le forestier en collaboration avec les communautés locales’’, relevant que ‘’l’appui de la FAO est très important pour le renforcement de la foresterie urbaine et péri-urbaine à Dakar’’.

Le communiqué indique que l’appui de la FAO a été étendu à des opérations de reverdissement d’autres sites dans la capitale sénégalaise notamment sur des axes routiers où les arbres sont quasi inexistants, citant la bretelle de Petit Mbao, la route nationale n°1 à Mbao trois kilomètres ont été reboisés dans les deux sens.

A Keur Massar, diverses espèces bordent certaines artères de la ville sur une distance d’un kilomètre. Des cocotiers et des filaos ont été aussi plantés dans les périmètres de restauration et de reboisement sur un kilomètre et sur 500 mètres respectivement à Malika et à Guédiawaye, indique-t-on dans le texte.

L’initiative Villes vertes, lancée en 2020 par la FAO, vise à garantir l’accès à un environnement sain et à une alimentation salubre, à améliorer le bien-être des habitants des villes (…).

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Senegal, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here