Plaidoyer pour l’érection d’un mémorial dédié à la révolution du Fouta

2
Plaidoyer pour l’érection d’un mémorial dédié à la révolution du Fouta
Plaidoyer pour l’érection d’un mémorial dédié à la révolution du Fouta

Africa-Press – Senegal. Le général Ousmane Kane, président de l’association ‘’Ceerno-Sileymaani-Baal’’, a plaidé, mardi, pour la construction d’un mémorial dédié à la révolution du Fouta de 1776.

‘’Il y a deux cent quarante-cinq années qu’a abouti au Fouta-Toro un mouvement qui a impliqué de nombreuses contrées et peuples de la sous-région ouest-africaine. Et vous conviendrez avec moi qu’il est grand temps de mettre en œuvre le projet de mémorial de la révolution du Fouta de 1776, dont l’édification est envisagée à l’école Thierno-Souleymane-Ball de Guédiawaye’’, a-t-il déclaré.

Le général Ousmane Kane s’exprimait à l’occasion du colloque international sur Ceerno Sileymaan Baal et la révolution des Toorodo de 1776. Cette rencontre est organisée par l’association Ceerno Sileymaan-Baal, avec la collaboration du département d’histoire de l’Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD) de Dakar.

Figure emblématique de l’histoire du Fouta (le nord du Sénégal, qui s’étend de part et d’autre du fleuve Sénégal), Ceerno Sileymaan Baal a été le précurseur de la révolution du Fouta, à l’origine de nouvelles valeurs fondatrices dans l’exercice du pouvoir politique, à travers la première constitution africaine, établie bien avant la révolution française de 1789.

Penseur et homme d’action, Ceerno Sileymaan Baal a porté haut les principes de souveraineté, d’Etat de droit, de bonne gouvernance et de rejet de toute succession dynastique.

‘’Un patrimoine historique peu connu du grand public et qui mérite d’être revisité à tous les niveaux, afin de servir de modèle et de référence à notre jeunesse en quête de sens, soumise à un flot envahissant d’informations erronées’’, a déclaré le général Kane.

Il estime que ‘’le simple fait que cette [école Thierno-Souleymane-Ball de Guédiawaye] soit dans notre pays, le seul lieu évoquant l’œuvre monumentale de la révolution du Fouta de 1776, est signe d’un déséquilibre qui exige une correction’’.

Il faut honorer ‘’ceux qui ont fait cette grande histoire’’, a dit Ousmane Kane.

Il faut aussi en faire de même pour ‘’toutes les forces sociales qui, au-delà du Fouta, se sont unies et ont lutté, en cette période cruelle de chasse à l’homme, de capture et de déportation, en cette période d’instabilité politique et sociale vécue par notre continent meurtri’’, a-t-il proposé.

De l’avis du général Ousmane Kane, la révolution du Fouta de 1776, ‘’qui s’est accomplie sans violence notable, est un exemple historique parmi d’autres, qui montrent que la réforme progressiste, le consensus social, la démocratie, la bonne gouvernance et l’humanisme sont consubstantiels de la marche historique et endogène de l’Afrique précoloniale’’.

Fort de ce constat, l’officier militaire supérieur estime qu’il est urgent ‘’de concevoir et de bâtir, avec le soutien du Collège universitaire d’architecture de Dakar et de bonnes volontés, un centre de recueil, de sauvegarde, de conservation et d’étude des documents historiques détenus dans des conditions souvent précaires par de nombreuses familles’’.

Dans le même sillage, il a invité l’Etat du Sénégal à procéder, de concert avec les autorités mauritaniennes, à l’édification à Jingué, près de Kaédi, d’un mausolée digne de la mémoire de Ceerno Sileymaani Baal.

Le but d’une telle initiative, selon lui, est d’‘’honorer ce héros à la mesure de sa contribution à l’histoire de notre sous-région et du rôle précurseur qu’il a joué dans la conceptualisation et la mise en pratique des normes modernes de l’Etat de droit que sont la bonne gouvernance et la méritocratie, ainsi que le rejet de la dévolution monarchique du pouvoir et de l’accaparement des ressources publiques’’.

Le professeur Alioune Badara Kandji, doyen de la faculté des lettres et sciences humaines de l’UCAD, pense qu’‘’il est urgent, aujourd’hui, de revisiter notre passé pour fonder une conscience historique endogène chez nos concitoyens’’, afin qu’ils puissent ‘’participer positivement à la transformation de l’existence sociale’’.

Le ministre de la Culture et de la Communication, Abdoulaye Diop, a salué la pertinence de ces propositions, selon lui, ‘’plus que d’actualité’’. Il assure que le gouvernement ‘’ne ménagera aucun effort’’ pour ‘’réhabiliter tous ces hommes et femmes qui, à travers cette révolution historique, ont marqué de façon significative l’évolution de notre peuple en jetant les bases d’une société étatique, conformément au programme de réécriture de l’histoire du Sénégal’’.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Senegal, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here