Une taupe disparue il y a près de 100 ans réapparaît dans ce pays africain

2
Une taupe disparue il y a près de 100 ans réapparaît dans ce pays africain
Une taupe disparue il y a près de 100 ans réapparaît dans ce pays africain

Africa-Press – Senegal. Ne faisant aucun signe de vie depuis près d’une centaine d’années, la taupe dorée de De Winton a récemment été repérée en Afrique du Sud grâce à une méthode liée à l’ADN, selon une étude des scientifiques de l’Endangered Wildlife Trust (EWT) et de l’université de Pretoria.

Des traces de la taupe dorée de De Winton, espèce qu’on croyait éteinte depuis 1936, ont été découvertes dans les dunes de sable d’Afrique du Sud, ont annoncé des chercheurs de l’Endangered Wildlife Trust (EWT) et de l’université de Pretoria dans la revue Biodiversity and Conservation.

On a mis tant d’années pour retrouver cette espèce de taupe car ces animaux aveugles ont un pelage beige-brun impossible à repérer dans les sables africains. En plus, comme toutes les taupes, celles-ci savent se cacher et passent la plupart de leur temps sous terre. Des chiens dressés pour rechercher les taupes dorées ont aidé les scientifiques.

Une nouvelle méthode de recherches

“Bien que de nombreuses personnes aient douté que la taupe dorée de De Winton existe encore, j’étais convaincu que l’espèce n’avait pas encore disparu […]. J’étais convaincu qu’il suffisait de trouver la bonne méthode de détection, le bon moment et une équipe passionnée par la recherche”, a déclaré Cobus Theron, responsable principal de la conservation pour l’EWT et membre de l’équipe de recherche.

Afin de détecter les taupes dorées, l’équipe dirigée de l’EWT a eu recours à une nouvelle technique: l’analyse de l’ADN environnemental (ADNe) que les animaux perdent lorsqu’ils se déplacent dans l’environnement (cellules cutanées, poils et excrétions corporelles).

En plus de vivre dans des terriers largement inaccessibles, les taupes dorées ont une ouïe extrêmement sensible et peuvent détecter les vibrations des mouvements au-dessus du sol, ce qui leur permet d’éviter d’être vues depuis la surface. En outre, elles laissent rarement derrière elles des tunnels visibles de la surface lorsqu’elles se déplacent sous le sable.

“L’extraction de l’ADN du sol n’est pas sans poser de problèmes, mais nous avons perfectionné nos compétences et affiné nos techniques, même avant ce projet, et nous étions convaincus que si la taupe dorée de De Winton se trouvait dans l’environnement, nous serions en mesure de la détecter en trouvant et en séquençant son ADN”, a souligné Samantha Mynhardt, généticienne de la conservation au sein de l’EWT et de l’université de Stellenbosch.

Cette méthode a été faite sur 100 échantillons de sol collectés en juin 2021 sur des plages et des dunes de la côte nord-ouest de l’Afrique du Sud, dont la plage de Port Nolloth, le seul endroit où la taupe dorée de De Winton a jamais été trouvée.

L’étude de cette espèce se poursuivra, car il est encore nécessaire de déterminer le niveau de conservation animale requis pour les taupes dorées de Winton et d’empêcher qu’elles ne disparaissent à nouveau.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Senegal, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here