Voitures électriques : que faire des batteries ?

7
Voitures électriques : que faire des batteries ?
Voitures électriques : que faire des batteries ?

Africa-PressSenegal. Dans les décennies à venir, les voitures électriques prendront la relève, promesse d’un transport plus écologique. Leurs batteries ne sont pourtant pas éternelles… Que faire lorsqu’elles arrivent en bout de course ?

En moins de dix ans, le nombre de voitures, cars et camions électriques est passé de 100 000 à plus de 10 millions. D’ici 2030, ce chiffre devrait s’envoler, avec plus de 145 millions de voitures électriques en circulation.

Le recyclage des batteries, point noir de l’empreinte environnementale

Comparées à leurs cousines thermiques, les voitures électriques ont un bilan carbone plus favorable, à condition d’assurer la fin de vie de leurs batteries.

Celles-ci contiennent de précieux minéraux : lithium, cobalt et nickel, entres autres. Pourtant, seules 5 % d’entre elles trouvent aujourd’hui une seconde vie.

Afin de prolonger leur durée de vie, un data center en Normandie s’est équipé d’anciennes batteries du constructeur automobile Nissan. Celles-ci servent désormais à stocker de l’énergie solaire et alimenter le site en électricité. À Amsterdam, plus de 148 batteries sont utilisées pour répondre à une partie des besoins du stade de football.

“Il y a de la valeur dans ces batteries”, souligne Grégory Nève, directeur Véhicules électriques chez Nissan France. “Elles ont un intérêt écologique, elles ont un intérêt économique, et c’est la raison pour laquelle on fait du xStorage.”

Exploiter la “mine urbaine” des vieilles batteries

D’ici 2035, l’Europe devra être capable de recycler plus de 700 000 tonnes de batteries, contre 15 000 aujourd’hui. Le groupe minier français Eramet mise sur un procédé de recyclage en boucle fermée qui permettrait de refaire des batteries grâce aux minéraux extraits. Avec les millions de véhicules électriques qui circuleront bientôt sur les routes européennes, l’entreprise souhaite exploiter cette “mine urbaine”.

“L’approvisionnement en métaux pour les batteries des véhicules électriques est un enjeu majeur pour les années à venir”, estime Nicolas Verdier, responsable Partenariats et stratégie chez Eramet. “Soit on exploite des mines primaires qui sont principalement hors d’Europe, soit on arrive également à capter ces volumes et à exploiter cette mine urbaine.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here