remise des parchemins à des apprenants en sciences islamiques au Salamat

5
remise des parchemins à des apprenants en sciences islamiques au Salamat
remise des parchemins à des apprenants en sciences islamiques au Salamat

Africa-Press – Tchad. Le Centre “OUBAYE BIN KAAB” pour l’apprentissage du Saint Coran et des sciences islamiques a remis des certificats à des apprenants arrivés à la fin de leur formation. C’était au cours d’une cérémonie organisée ce mercredi 24 novembre 2021 en présence du Gouverneur de la province du Salamat, Abdoulaye Ibrahim Siam.

Ils sont 60 apprenants de la 5ème promotion à être honorés par la direction de “Khalwate Oubaye Bin Kah-ab” pour la fin de leur formation en sciences islamiques et mémorisation du Saint Coran.

Situé dans le quartier torodona 2, au sein de la mosquée “Attakh’wa”, Le centre Oubaye Bin Kah-ab, est crée en 2011. Avec la sortie de la 5ème promotion, le centre totalise près de 400 bénéficiaires des certificats de fin d’études.

Dès 14 heures, la cour de la mosquée Attakh’wa est remplie de monde. Parents, amis, et connaissances des lauréats ainsi que des centaines de fidèles musulmans, des divers quartiers de la ville, sont de la partie pour honorer cet événement d’importance capitale.

Les festivités ont démarré par la lecture de quelques versets coraniques et des éloges sur la personnalité du prophète Muhammad paix et bénédiction sur lui.

Au nom du Comité d’organisation, Mahamat Oumar Yahya, a adressé ses vifs remerciements à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à faire réussir l’événement marquant la fin d’études de la 5ème promotion.

Présent à la cérémonie, le Président du Conseil supérieur des affaires islamiques, branche du Salamat, Cheikh Asseïd Abdallah Fadallah, appelle les parents à faire inscrire les enfants dans les centres d’apprentissage afin qu’ils maîtrisent les principes fondamentaux de l’islam.

Remettant officiellement les parchemins aux récipiendaires, le Gouverneur de la province du Salamat Abdoulaye Ibrahim Siam, exhorte les lauréats à traduire dans le fait les connaissances acquises durant la formation afin d’apporter leur contribution au vivre ensemble.

Le premier magistrat de la province rappelle que beaucoup ont en mémoire le Saint Coran, mais ceux-ci ne mettent pas en pratique ce que ce livre saint leurs apprend.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Tchad, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here