« le manque d’une politique foncière crée l’incertitude »

4
"le manque d’une politique foncière crée l’incertitude"

Africa-Press – Tchad. N’Djamena – Le ministère des Affaires foncières, du Développement de l’habitat et de l’Urbanisme a organisé ce 3 octobre, un atelier de cadrage et de formation des membres du Comité multi-acteurs chargé du suivi de l’élaboration de la politique foncière au Tchad, au Radisson Blu.

Ce processus est financé par la FAO et mis en œuvre en étroite collaboration avec le ministère des Affaires foncières, du Développent de l’habitat et de l’Urbanisme. L’objectif dudit atelier est de discuter et adopter la méthodologie et les étapes clés du processus d’élaboration de la politique foncière ; renforcer les capacités des membres du comité multi-acteurs sur les différents outils et thématiques pertinentes pour le processus d’élaboration de la politique foncière ; et valider la feuille de route du processus d’élaboration de la politique foncière au Tchad.

Il s’agit d’un cadre de concertation réunissant les experts recrutés pour accompagner le processus d’élaboration de la politique foncière du Tchad et les membres du comité multi-acteurs dans le but de convenir d’une vision commune de la mission assignée aux deux parties.

L’atelier permettra aux membres du comité et l’équipe des experts de discuter et d’adopter l’approche mais aussi les étapes clés du processus d’élaboration de la politique foncière nationale au Tchad. L’atelier sera également l’occasion d’échanger avec les participants sur les directives volontaires dans l’analyse des problématiques, ainsi que sur les dispositions pertinentes et les avancées dans la mise en œuvre de la loi d’orientation agro-sylvo-pastorale et halieutique (LOAH).

Pour la ministre des Affaires foncières, du Développement de l’habitat et de l’Urbanisme, Ndolenodji Alixe Naïmbaye, les enjeux démographiques, l’urbanisation galopante, les contraintes naturelles découlant des impacts du changement climatique et des actions anthropiques ont profondément bouleversé le fonctionnement du secteur foncier. C’est pourquoi, son statut au fil du temps est passé d’un bien patrimonial à un bien marchand. Il se trouve être aujourd’hui au cœur des enjeux socio-économiques et environnementaux. Par conséquent, ajoute t-elle, au lieu d’être un cadre de cohésion sociale, il est au centre de compétitions et un facteur de rupture sociale qui met à mal le vivre ensemble.

Pour plus d’informations et d’analyses sur la Tchad, suivez Africa-Press

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here