des personnalités exigent une révision de la Charte de la transition

0

Des personnalités tchadiennes issues de divers domaines et d’horizons ont appelé, dans une déclaration, à une véritable Conférence nationale inclusive souveraine (Cnis) à travers la révision de la charte du conseil militaire de la transition pour sauver le Tchad.

Dans la déclaration signée par une vingtaine de personnalités tchadiennes dont d’anciens ministres, des conseillers à la présidence, des parlementaires, des anciens diplomates et des professeurs d’université, il a été recommandé la révision immédiate de la Charte de la transition pour y inclure notamment une disposition sur l’organisation de la Conférence Nationale Inclusive et Souveraine.

L’ancien ministre tchadien des Finances et du Budget, Bedoumra Kordjé, l’un des initiateurs de l’appel, a expliqué à l’Agence Anadolu, jeudi, que les prochaines assises réclamées doivent fédérer toutes « les forces vives de la société tchadienne sans exclusion ».

Pour les signataires de cette déclaration, le dialogue reste la seule et unique voie pour sortir le Tchad de la crise multidimensionnelle qu’il traverse.

« Cette conférence doit être organisée par les Tchadiens, pour tous les Tchadiens », ont-ils déclaré.

En considération de la large représentativité, cette conférence sera « légitime et consensuelle », a souligné Kordjé.

Laquelle légitimité permettra d’aller « avec confiance » à des élections démocratiques et transparentes.

Pour se donner plus de chance d’organiser la conférence nationale inclusive et souveraine réussie, ils ont aussi recommandé de mettre en place un organe indépendant, n’excédant pas 15 jours dans les trois prochains mois en concertation avec l’Union Africaine, les Nations-Unies, l’Union Européenne et l’Organisation Internationale de la Francophonie.

« Cet organe sera composé de personnalités neutres, crédibles et indépendantes », ont-ils plaidé.

Le 8 juin, le collectif de partis d’opposition et d’associations de la société civile, Wakit Tama, a également exigé la modification de la charte de la transition actuelle pour la rendre moins militarisée et la consacrer comme base de gestion de la période conduisant au dialogue inclusif afin de définir les organes consensuels de transition.

La Charte du Conseil militaire de la transition a été adoptée le 20 avril dernier suite à la mort du président Idriss Deby et la prise du pouvoir par la junte militaire sous la commande du fils du défunt président tchadien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here