Élan de l’espoir lutte contre les préjugés sur la drépanocytose

Africa-PressTchad. L’association de lutte contre la drépanocytose “Élan de l’espoir” a formé du 27 au 31 décembre 2020, des jeunes drépanocytaires (pairs éducateurs) à N’Djamena. L’objectif est de mieux communiquer à travers les pairs éducateurs pour briser les préjugés sur la maladie mais aussi les aider à s’accepter avec la maladie.
“Les gens ne connaissent pas la drépanocytose. On dit que la drépanocytose c’est la sorcellerie, les esprits. C’est tout une panoplie de préjugés qui sont autour de cette maladie. Et avec ces ambassadeurs, je pense qu’on va mieux connaitre la drépanocytose”, explique Saboura Dounia, présidente de l’association “Élan de l’espoir”.
La formation s’inscrit dans le cadre du projet de la santé sexuelle et reproductive des filles et des femmes drépanocytaires, financé par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA). “L’UNFPA nous soutient depuis un bon moment sur ce projet de la mère et de l’enfant”, se félicite la présidente de l’association.
 Selon Saboura Dounia, “la participation des enfants est très importante parce que nous savons qu’au Tchad, nous n’avons pas une base de données de ces malades”.
“Eux seront des ambassadeurs parce que ceux qui ont la maladie connaissent mieux. Ces enfants vont aller au delà de leur maison, quartier, pour communiquer encore plus et faire passer le message”, ajoute-elle.
Des experts se sont penchés sur plusieurs thématiques durant les cinq jours de formation enrichissants : la vie associative, les moyens pour se protéger, amener les gens à se faire dépister, et accepter la maladie.
 “Quand vous acceptez la maladie, aujourd’hui, vous pouvez vivre. Aujourd’hui, la drépanocytose n’est plus une fatalité”, défend Saboura Dounia.
La drépanocytose est une maladie génétique due à la déformation des globules rouges. Elle se manifeste par des douleurs, infections et déformations des globules rouges, a expliqué l’un des experts au cours de la formation.
Le monde compte 153 millions de malades de la drépanocytose. L’OMS prédit 1 million de malades d’ici 2030.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here